Navigation mit Access Keys

 
Crise en Syrie

Les réfugiés syriens souffrent de l’hiver

Ces dernières semaines, le froid et les conditions climatiques hivernales ont très durement touché les réfugiés en Syrie, dans les pays voisins et en Grèce. Caritas Suisse et ses organisations partenaires ont pris des mesures pour que ces personnes puissent mieux se protéger de l’hiver.

 

Les millions de personnes que la guerre a depuis longtemps obligées à quitter leur lieu d’origine en Syrie et dans les pays voisins souffrent particulièrement de cet hiver rigoureux. Elles n’ont pas de vrai logement fixe, manquent de chauffages, de vêtements chauds et de nourriture. À de nombreux endroits, il a tellement neigé que les écoles ont dû fermer.

Depuis deux semaines, Alep est en proie à une pénurie d’eau. Personne ne sait quand l’approvisionnement sera rétabli. Les pannes d’électricité sont quotidiennes. Le carburant est limité. Les conditions de sécurité semblent pour l’instant relativement stables. Mais on signale des attaques aux obus de mortier dans des quartiers extérieurs. La soupe populaire de Caritas Suisse, qui dispense chaque jour un repas chaud à 7600 personnes, a revêtu plus d’importance que jamais au cours de ces journées. Les collaborateurs et les bénévoles ont fait tout leur possible pour assurer une aide même dans ces conditions difficiles.

En Jordanie également, l’hiver a pris ses quartiers avec des chutes de neige et des températures glaciales. Là aussi, beaucoup de personnes sont logées dans des abris de fortune. Il n’y a pas assez de possibilités de chauffage, seules des étoffes sont pendues aux portes et aux fenêtres. Dans le cadre de son aide d’urgence, Caritas assure un soutien supplémentaire pour l’hiver et aide 200 familles à se procurer des radiateurs, des cuisinières à gaz et des couvertures.

En Grèce, les réfugiés souffrent également du froid. Caritas héberge des réfugiés particulièrement vulnérables tels que les personnes âgées et malades ou les familles avec enfants en bas âge sur l’île de Lesbos et à Athènes.

Les pourparlers de paix à Astana ont été repoussés à la fin février. En Syrie et sur les routes de l’exil, beaucoup de gens espèrent qu’ils vont bel et bien se poursuivre et aboutir à un résultat positif.

L'aide de Caritas en Syrie et les Etats voisins

L'aide de Caritas en Grèce

Contenu de replacement