Gérer la migration et promouvoir le développement

Prise de position de Caritas

Depuis quelques années, la Suisse mène une politique extérieure active en matière de migration. Elle veut par là concilier les intérêts de la politique migratoire de la Suisse avec les objectifs de politique de développement partout dans le monde. Pour pouvoir contribuer positivement et efficacement à résoudre les défis mondiaux que pose la migration, la Suisse doit concevoir cette politique extérieure de manière humaine, cohérente et adaptée aux causes de cette migration. C’est ce que demande Caritas. La protection des femmes, des hommes et des enfants, sur place ou sur les routes de la migration et de la fuite, doit être au centre des préoccupations. Parallèlement, il faut réglementer de manière équitable et humaine les mouvements migratoires internationaux. À plus long terme, il faut viser à traiter les causes possibles de la migration forcée de manière à ce que les personnes aient de meilleures chances de vivre correctement en restant dans leur pays d’origine.

La politique extérieure en matière de migration ne peut pas être motivée par la politique intérieure et viser seulement à dissuader, rejeter et se défendre contre la migration du travail motivée par la pauvreté. Les fonds du développement ne peuvent être liés aux conditions de retour ni être offerts en échange de contrôles répressifs des frontières et d’autres mesures visant à empêcher la migration. Pour répondre sérieusement aux défis posés par la migration, il faut que la Suisse s’engage de manière cohérente en faveur d’une politique propice au développement dans tous les domaines politiques. Le Conseil fédéral et le Parlement doivent concevoir la politique extérieure économique, climatique, fiscale et financière de manière à promouvoir les chances de développement des pays du Sud, et non pas de les entraver.

Michael Egli

Responsable du service Politique migratoire

+41 41 419 22 03megli@caritas.ch

Photo de couverture: Brésil 2021 © SPM