Navigation mit Access Keys

 

Caritas s'engage pour l'Agenda 2030

« Nous sommes résolus à libérer l'humanité de la tyrannie de la pauvreté et du besoin, à prendre soin de la planète et à la préserver. » Cette phrase figure dans la Résolution sur l'Agenda de développement durable que l'Assemblée générale des Nations Unies a adoptée le 25 septembre 2015 à New York. Les 17 Objectifs de développement durable (ODD) qui doivent être réalisés d'ici 2030 sont l'élément central de cet « Agenda 2030 ». À l'évidence, la communauté internationale a entrepris quelque chose d'ambitieux. Elle veut éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

 
 

Objectif 1 : pas de pauvreté

Même si de grands succès ont été obtenus ces dernières années dans la lutte contre la pauvreté dans le monde, plus de 800 millions de personnes vivent toujours dans une extrême pauvreté. L’objectif de l’Agenda de développement durable est d’éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde. Cela ne concerne pas que l’extrême pauvreté. Même les pays où le niveau de vie est assez élevé sont appelés à lutter efficacement contre la pauvreté relative dans leurs sociétés. La Suisse doit elle aussi œuvrer à cette tâche, puisqu’elle compte plus d’un demi-million d’habitants considérés comme pauvres et autant de personnes menacées par la pauvreté. 

Ce que fait Caritas :
Lutter contre la pauvreté, la prévenir et la soulager : telle est aussi la mission de base de Caritas. En Suisse et à l’étranger, l’organisation s’engage pour atteindre cet objectif de l’Agenda 2030 et pour donner un visage à la pauvreté. Dans la coopération au développement, Caritas s’efforce de couvrir les besoins fondamentaux, de renforcer les populations et de combattre les inégalités. En Suisse aussi, Caritas s’engage contre la pauvreté : elle veut garantir des moyens de subsistance aux personnes concernées, leur indiquer des issues à la précarité et tout faire pour empêcher la pauvreté. Sur le plan politique, elle s’engage dans la lutte contre la pauvreté et le démantèlement social.

 

 

Objectif 2 : faim « zéro »

La faim est l’un des plus grands scandales de notre temps. Aujourd’hui encore, près de 800 millions de personnes dans le monde souffrent de sous-alimentation ou de malnutrition. L’Agenda 2030 veut mettre un terme à la faim et à toutes les formes de sous-alimentation dans le monde au cours des quinze prochaines années. Comme la demande en denrées alimentaires croît rapidement à l’échelle mondiale, on estime qu’il faudra plus que doubler la production vivrière mondiale d’ici 2050. Parmi les personnes sous-alimentées, 70 % dépendent directement ou indirectement de l’agriculture pour leur subsistance. Par conséquent, la sous-alimentation menace justement les petits paysans, mais ce sont aussi eux qui peuvent en grande partie contribuer à la combattre.

Ce que fait Caritas :
L’accès à une nourriture saine en quantité suffisante est un droit humain. Avec ses programmes, Caritas permet aux petits paysans et aux éleveurs d’exploiter durablement les ressources naturelles et d’améliorer l’accès à une alimentation équilibrée et suffisante. Elle les aide en outre à s’insérer dans la chaîne de valeur ajoutée et à pouvoir vendre sur les marchés locaux des produits respectueux de l’environnement à des prix abordables.

Exemple de projet :
Caritas aide les familles de paysans du Tchad à améliorer leurs revenus et à les stabiliser avec la production d’arachides et une meilleure commercialisation des produits à base de beurre de karité. Les familles concernées obtiennent de meilleurs rendements avec des semences résistant aux sécheresses et élargissent leurs connaissances en matière d’agriculture. Caritas aide les paysans à entreposer correctement leurs récoltes. Elle soutient la fondation de coopératives paysannes et d’organisations de femmes. Environ 450 000 personnes profitent directement de ce projet.

 

 

 

Objectif 3 : bonne santé et bien-être

L’Agenda 2030 veut garantir une vie saine à chacun, quel que soit son âge, et favoriser le bien-être de tous. Cela passe notamment par de nouveaux progrès dans la lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria. La santé est fortement liée à la pauvreté. L’accès à de bons services de santé et aux médicaments doit être garanti pour tout le monde.

Ce que fait Caritas :
En Suisse, comme partout dans le monde, les personnes en situation de pauvreté ont plus de problèmes de santé et une plus courte espérance de vie. La lutte contre la pauvreté a donc toujours pour objectif d’améliorer les chances de ces personnes sur le plan de la santé, ainsi que leur participation à la société. Cela peut passer par une promotion concrète de la santé, mais aussi indirectement par un meilleur accès à des offres culturelles et sportives.

Exemple de projet :
Dans plusieurs régions de Suisse, Caritas propose aux personnes socialement défavorisées une CarteCulture donnant droit à des rabais sur des offres culturelles, sportives et de formation, ainsi qu’à des offres dans le domaine de la santé. Plus de 70 000 personnes possèdent déjà une telle carte. Plus de 2270 partenaires dans toute la Suisse octroient de généreux rabais sur présentation de la CarteCulture.

 

 

Objectif 4 : éducation de qualité

Une éducation de bonne qualité est centrale pour lutter contre la pauvreté et améliorer les conditions de vie. D’après l’Agenda 2030, tous les enfants doivent pouvoir aller à l’école. Mais cela ne suffit pas : il faut aussi leur garantir ensuite une formation professionnelle, ainsi que la chance d’apprendre tout au long de leur vie. L’accès à l’éducation doit être garanti, en particulier pour les filles et les femmes. Même dans les pays aussi développés que la Suisse, cette revendication est centrale, car un maigre bagage scolaire constitue l’un des principaux risques de pauvreté.

Ce que fait Caritas :
Caritas s’engage dans le monde pour améliorer l’accès à l’école aussi pour les enfants et adolescents défavorisés. Elle se soucie également de l’instruction des enfants réfugiés. Caritas attache une importance particulière à la qualité de l’enseignement et par conséquent à la promotion des enseignants. Il s’agit en outre de réduire le nombre de décrochages scolaires prématurés. Comme une formation primaire ne constitue pas une base suffisante pour assurer sa subsistance, Caritas favorise aussi les formations professionnelles. En Suisse, il s’agit de promouvoir le plus tôt possible les enfants de familles défavorisées, afin qu’ils puissent entrer à l’école sans avoir accumulé de retards presque impossibles à rattraper.

Exemple de projet :
En Éthiopie, les enfants n’ont encore de loin pas tous la chance d’aller à l’école. Leur force de travail est trop importante, les écoles sont trop éloignées, les familles trop pauvres. Grâce à Caritas, 3600 enfants peuvent être scolarisés chaque année. La scolarisation des filles est particulièrement encouragée, car le développement du pays est entre leurs mains. Les écolières discutent de thèmes qui les concernent spécialement dans des clubs de filles. Cette mesure est importante pour la lutte contre les mariages précoces et favorise l’égalité des chances.

 

 

 

 

Objectif 5 : égalité entre les sexes

Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles : tel est le libellé de l’Objectif 5 de l’Agenda 2030. Les inégalités entre les sexes sont l’un des principaux obstacles au développement durable, à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté. Il faut donc renforcer le rôle des femmes. Il faut contrer avec détermination la violence contre les femmes, les inégalités économiques et la faible participation des femmes aux structures décisionnelles politiques.

Ce que fait Caritas :
L’égalité des sexes et le renforcement des femmes est un objectif important pour Caritas Suisse dans tous les projets et coopérations. Les femmes doivent avoir les mêmes chances que les hommes dans leur développement personnel et dans l’organisation de leur vie. Cela inclut l’égalité des droits, les mêmes possibilités d’accès à des ressources comme le petit crédit et la protection contre l’exploitation. Les femmes ont le même droit de regard dans les projets que les hommes. 

Exemple de projet :
Au Tadjikistan, Caritas Suisse a contribué en 2007 à la fondation du réseau de femmes Zamzam qu’elle soutient aujourd’hui encore. Plus de 20 groupes de femmes se sont réunis pour améliorer leurs revenus en tant que cheffes de petites entreprises, pour assurer la subsistance de leurs familles et pour permettre à leurs enfants de suivre une formation. Une entreprise de transformation du lait en crème acidulée, en beurre ou en fromage à pâte dure a ainsi vu le jour. D’autres entreprises se consacrent à la transformation de la laine ou à l’élevage de volailles.

 

 

Objectif 6 : eau propre et assainissement

L’accès à l’eau est un droit humain. Pourtant, d’après l’ONU, près de 780 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable et plus de 2,5 milliards ne peuvent pas utiliser d’installations sanitaires. Avec l’Agenda 2030, l’accès à l’eau potable doit être amélioré, de même que l’hygiène et le système sanitaire.

Ce que fait Caritas :
Assurer la disponibilité de l’eau figure parmi les tâches centrales de Caritas. Il s’agit de capturer des sources, de creuser des puits, de construire des barrages et des installations sanitaires. Caritas accomplit un travail de sensibilisation à l’exploitation de l’eau et à l’hygiène, règle les droits d’utilisation de l’eau et atténue les pires répercussions des catastrophes par la construction de digues de protection contre les crues et par des mesures de protection contre l’érosion des sols. Et, dans l’esprit de l’aide à l’autonomie, elle réunit les autorités locales, des comités de village en charge de l’eau et des artisans pour qu’ils puissent s’atteler eux-mêmes à la résolution des problèmes.

Exemple de projet :
Dans de nombreux villages du Soudan du Sud, Caritas Suisse améliore l’accès à l’eau potable. Des rochers servent de surfaces de captage naturelles pour les eaux de pluie. L’eau est capturée et stockée au moyen de barrages et de citernes. La transmission de connaissances en matière d’hygiène et d’utilisation des installations sanitaires est une préoccupation aussi importante que la disponibilité de l’eau.

 

 

Objectif 7 : énergie propre et d’un coût abordable

Aujourd’hui, 1,6 milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’électricité et 2,5 milliards dépendent de méthodes traditionnelles – surtout le bois de chauffe – comme source d’énergie. L’Objectif 7 réclame l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable. C’est là une condition indispensable à la réalisation des autres objectifs, tels que vaincre la pauvreté, assurer l’alimentation, l’approvisionnement en eau potable, l’amélioration de la santé publique et des progrès dans le système éducatif. Il faut considérablement augmenter la part d’énergies renouvelables.

Ce que fait Caritas :
Un accès équitable à l’énergie est une condition de base pour lutter contre la pauvreté. Les femmes et les enfants en situation de pauvreté profitent tout particulièrement de la disponibilité de sources d’énergie propres et modernes. Celles-ci réduisent par exemple le temps et les efforts qu’ils doivent consacrer tous les jours à aller ramasser du bois de chauffe, ainsi que leur exposition aux polluants libérés par la cuisson sur des foyers ouverts à l’intérieur des maisons. Caritas s’engage pour que les plus pauvres, eux aussi, puissent utiliser une énergie durable et renouvelable.

Exemple de projet :
Au nord du Brésil, les petits paysans souffrent de la sécheresse aggravée par l’agriculture intensive des grosses exploitations. Caritas aide les familles pauvres à construire des citernes et leur permet de produire du biogaz et des engrais organiques.

 

 

Objectif 8 : travail décent et croissance économique

Avec l’Objectif 8, l’Agenda 2030 veut promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable. Le plein emploi et un travail décent sont visés. La croissance doit être durable et ne pas contribuer à détériorer davantage l’environnement. Il s’agit non seulement de créer suffisamment d’emplois, mais aussi de garantir des conditions de travail décentes. Le travail forcé, l’esclavage moderne et la traite des êtres humains doivent disparaître d’ici 2030.

Ce que fait Caritas :
Caritas lutte pour que les pauvres aussi aient un meilleur accès aux marchés. Les familles de petits paysans doivent ainsi pouvoir réaliser un bénéfice sur la vente de leurs produits, afin d’améliorer leur situation économique. Mais il faut aussi que le travail s’accomplisse dans des conditions décentes. Caritas s’engage ainsi pour que les travailleurs se protègent contre l’exploitation en se rassemblant pour défendre leurs droits. En Suisse, Caritas agit contre les conséquences des conditions de travail précaires et des bas salaires.

Exemple de projet :
D’après l’Office fédéral de la statistique, au moins 570 000 habitants de Suisse ont de gros arriérés de paiement ou des dépassements de compte critiques. Un surendettement entraîne souvent de graves conséquences. Les personnes en difficulté financière sont plus sujettes aux problèmes de santé ; elles sont confrontées à des tensions familiales, peuvent selon les circonstances perdre leur emploi et tomber à l’aide sociale. Caritas lutte contre le surendettement par la prévention, l’information et le conseil.  

 

 

Objectif 9 : industrie, innovation et infrastructure

L’ONU veut bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation. Cela passe par une utilisation plus judicieuse des matières premières et par la promotion de technologies et de processus industriels propres et respectueux de l’environnement. Les pays en développement ont besoin de soutien pour le développement technologique, la recherche et l’innovation. Par ailleurs, les plus petites entreprises industrielles et autres doivent aussi avoir accès aux marchés et à des crédits à des prix abordables. Enfin, un accès général et abordable à Internet doit être mis à disposition dans les pays les moins développés.

Ce que fait Caritas :
Après des catastrophes telles que tremblements de terre ou inondations, la reconstruction des infrastructures est un élément primordial pour le retour à la normalité. Caritas est spécialisée dans la reconstruction des écoles. Les établissements scolaires qu’elle a construits en Haïti et aux Philippines, de même que ceux qui sont actuellement en chantier au Népal, sont conçus de manière à résister aux tempêtes et aux tremblements de terre, et à pouvoir aussi servir de protection à la population en cas d’urgence.

Exemple de projet :
En avril 2015, le Népal a été frappé par un séisme dévastateur. Dans le district de Sindhupalchok, 95 % des maisons, des routes et des écoles ont été détruites. Immédiatement après le tremblement de terre, Caritas Suisse et Helvetas ont assuré, avec le soutien de la Chaîne du Bonheur et d’autres partenaires, la continuation de l’enseignement sans interruption dans les écoles du district de Sindhupalchok. Cent écoles provisoires ont été érigées à cet effet pour 6500 enfants. Un an après la catastrophe, on a commencé à reconstruire 34 centres scolaires durables pour 6000 élèves.

 

 

Objectif 10 : inégalités réduites

Les inégalités globales constituent l’un des principaux obstacles au développement durable et à l’élimination de la pauvreté. Au cours des dernières années, les inégalités ont augmenté dans de nombreux pays. Or, elles empêchent certains groupes sociaux de participer pleinement à la vie sociale, culturelle, politique et économique et d’apporter une contribution utile dans ces domaines. C’est pourquoi l’Objectif 10 consiste à réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre. Il réclame entre autres une augmentation durable des revenus des 40 % les plus pauvres de la population.

Ce que fait Caritas :
En Suisse, plus d’un demi-million de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté et le même nombre juste au-dessus. Caritas Suisse réclame une politique nationale de lutte contre la pauvreté. De son point de vue, il est en particulier nécessaire de stopper le démantèlement social pratiqué ces dernières années. Des efforts particuliers s’imposent sur le plan de l’éducation des personnes défavorisées et de la promotion des familles. Caritas prend régulièrement position à ce sujet.

Exemple de projet :
Dans le projet de parrainages « avec moi », des bénévoles s’engagent en faveur d’enfants défavorisés en leur offrant du temps et de l’attention. Caritas met les enfants en contact avec des bénévoles et assure le suivi.

 

 

Objectif 11 : villes et communautés durables

Plus de la moitié de la population mondiale vit désormais dans les villes. Cette proportion est encore appelée à augmenter fortement. L’urbanisation comporte de gros défis, précisément du point de vue écologique. L’ONU veut réduire la charge environnementale émise par les villes. Elle veut aussi diminuer les écarts sociaux au sein de la population.

Ce que fait Caritas :
La tendance irréversible de l’urbanisation mondiale entraîne de nouveaux défis sociaux. Caritas renforce son engagement en faveur de la population des quartiers pauvres qui s’étendent de manière incontrôlée. Comme dans les régions rurales, il s’agit ici d’assurer l’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires, aux écoles, mais aussi aux petits crédits et à un travail permettant aux gens de subvenir à leurs besoins. En même temps, il faut contrer les causes de l’exode rural. Il est important de vouer une attention particulière à la prévention des catastrophes, car les plus pauvres sont les plus exposés aux risques d’inondations ou aux tremblements de terre.

Exemple de projet :
Au Cambodge, il est normal que les fleuves sortent de leur lit. Les familles de paysans vivent depuis toujours avec des champs inondés des mois durant. Mais ces dernières années, la saison des pluies est devenue de plus en plus imprévisible et la population subit désormais aussi des sécheresses. Conséquences : des récoltes détruites, la faim et l’exode rural. Caritas enseigne à 10 000 familles comment se préparer aux catastrophes.

 

 

Objectif 12 : consommation et production responsables

La population mondiale consomme actuellement plus de ressources que ce que les écosystèmes ne peuvent fournir. Afin que société et économie puissent se développer sans outrepasser les capacités de la planète, notre société doit fondamentalement modifier sa façon de produire et de consommer.

Ce que fait Caritas :
Les personnes en situation de pauvreté n’ont souvent pas le choix. À cause de leur budget serré, elles achètent les produits les meilleurs marché qui ne correspondent souvent pas aux critères d’une production durable. Caritas se fixe pour objectif de donner aussi à ces personnes accès à des denrées alimentaires saines à des prix abordables et de leur offrir ainsi plus de possibilités de choix.

Exemple de projet :
Aider au lieu de jeter : dans les 24 Épiceries Caritas de Suisse, les personnes qui ont un revenu modeste peuvent acheter des denrées alimentaires et des articles d’hygiène à très bas prix. Les économies ainsi réalisées augmentent leur marge financière. L’assortiment comprend des aliments de base, des produits frais, des fruits et légumes, des articles d’hygiène et tous les produits d’usage courant importants. Une partie de la marchandise provient d’excédents de production, d’erreurs de livraison, de séries endommagées et de liquidations de plus de 400 fournisseurs – mais la qualité des produits est toujours irréprochable.

 

 

Objectif 13 : mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques

Le changement climatique est l’une des plus grosses menaces de notre époque. Le réchauffement menace les conditions d’existence de groupes entiers de population. L’Objectif 13 vise un accord cadre susceptible d’atténuer le changement climatique. Ces mesures sont impérativement nécessaires. En tant que principaux responsables du réchauffement climatique, les pays industrialisés sont particulièrement mis à contribution. Mais ce sont les pays les plus pauvres et leurs populations qui en subissent principalement les conséquences. Il s’agit donc aussi de renforcer leur capacité de résistance face aux catastrophes naturelles induites par le climat.

Ce que fait Caritas :
Par ses projets, Caritas Suisse apporte une aide ciblée à la réduction des émissions qui contribuent au changement climatique. Les populations les plus pauvres doivent aussi obtenir un meilleur accès à une énergie propre et renouvelable. Il est par ailleurs nécessaire de protéger les gens contre les conséquences du changement climatique. Caritas contribue ainsi à ce que les communautés paysannes soient mieux armées contre les périodes de sécheresse et puissent tirer un rendement suffisant de leur travail agricole. Les catastrophes naturelles se multiplient. La protection contre leurs conséquences revêt de plus en plus d’importance. Caritas mise sur la prévention et sur une meilleure protection de la vie et des biens.

Exemple de projet :
Au Mali, des installations d’irrigation des champs et des barrages de retenue améliorent l’alimentation de la population. En même temps, les systèmes combinés d’eau potable et d’eau d’usage favorisent un meilleur approvisionnement des ménages en eau potable.

 

 

Objectif 14 : vie aquatique

La pollution et la surexploitation des océans posent de plus en plus de problèmes, comme le risque aigu de dégradation de la diversité des espèces, l’acidification des mers et l’augmentation des déchets plastiques. À côté de la pêche industrielle et de l’exploitation industrielle des ressources marines, les changements climatiques pèsent eux aussi de plus en plus fortement sur les écosystèmes. Par ailleurs, la population mondiale, qui ne cesse de croître, est promise à dépendre toujours davantage des ressources marines.

Ce que fait Caritas :
La protection des mers ne figure pas parmi les domaines d’activité de Caritas. Mais quelques projets consistent à aider des familles de pêcheurs à trouver d’autres sources de revenu, quand elles ne parviennent plus à tirer un revenu suffisant de leur activité suite à des catastrophes ou à cause de la surpêche dans leur zone.

Exemple de projet :
Après le tsunami qui a dévasté les régions côtières d’Asie du Sud-Est en 2004, Caritas a aidé des familles de pêcheurs en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande et en Indonésie à repartir sur de nouvelles bases. Elle leur a procuré de nouveaux bateaux et des filets. En Inde, Caritas a aidé des veuves vivant de la vente de poisson à s’organiser et à mieux se protéger contre l’exploitation.

 

 

Objectif 15 : vie terrestre

Les écosystèmes terrestres ont besoin d’une meilleure protection. Il faut les restaurer là où c’est nécessaire et promouvoir leur utilisation durable. Il s’agit en particulier de mettre fin à la déforestation et de lutter contre l’avancée des déserts. La sauvegarde de la diversité des espèces mérite aussi une attention particulière.

Ce que fait Caritas :
Les petits paysans assurent toujours une contribution importante à l’approvisionnement de la population mondiale. Le vol des terres par les grands propriétaires fonciers qui produisent en monocultures pour le marché mondial est une menace pour leur subsistance comme pour les bases naturelles. Caritas soutient les populations rurales, promeut les méthodes agricoles écologiques et durables et aide les petits producteurs à rendre leurs produits commercialisables. Ce faisant, elle apporte aussi une contribution importante à une utilisation durable des ressources naturelles. 

Exemple de projet :
En Suisse, Caritas soutient des familles de paysans de montagne. Elle fait appel à des bénévoles qui les aident à venir à bout du lourd travail à accomplir durant les mois d’été. Cette aide est précieuse en particulier quand les familles sont touchées par des maladies ou des accidents, ou quand des glissements de terrain ou des avalanches ont endommagé leurs champs.

 

 

Objectif 16 : paix, justice et institutions efficaces

Un monde pacifique fait partie de la vision de l’ONU. Réduire toutes les formes de violence, mettre fin à la torture et lutter contre toutes les formes de crime organisé figurent donc parmi les Objectifs de l’Agenda 2030. Il faut en outre diminuer nettement la corruption, ainsi que les armes et flux financiers illégaux. Il s’agit de promouvoir l’État de droit, tout en garantissant l’égalité d’accès à la justice.

Ce que fait Caritas :
La violence et la guerre obligent les gens à fuir et menacent leurs moyens de subsistance. Caritas Suisse s’engage en faveur des réfugiés et des personnes déplacées ; elle les aide à survivre et à développer de nouvelles perspectives d’avenir. Après les guerres, elle s’engage pour la protection des minorités, pour le respect des droits fonciers des populations les plus pauvres et pour la mise en place d’une société civile pacifique. Caritas soutient aussi les organisations de la société civile qui s’engagent pour la paix et la réconciliation.

Exemple de projet :
En Colombie, les habitants espèrent qu’un traité de paix mettra bientôt fin à des décennies de guerre. Caritas s’engage avec la Confédération et d’autres œuvres d’entraide suisses dans le programme de promotion de la paix « Semillas de Esperanza ». Deux organisations colombiennes accompagnent les communautés villageoises dans les questions de droit foncier, créent des possibilités de dialogue et promeuvent le développement local dans cette région particulièrement marquée par le conflit. Ces mesures atténuent les conflits locaux et régionaux et contribuent ainsi au processus de paix en Colombie.

 

 

Objectif 17 : partenariats pour la réalisation des objectifs

Les pays du Nord se sont engagés à consacrer 0,7 % de leur revenu national brut à l’aide au développement. Cet objectif est renouvelé avec l’Agenda 2030. Il faut revitaliser le Partenariat mondial pour le développement durable.

Ce que fait Caritas :
Caritas estime que la Suisse doit impérativement témoigner de plus de solidarité avec les pays pauvres. En tant que l’un des pays les plus riches avec un produit intérieur brut équivalent à celui des 30 pays les plus pauvres et leurs 800 millions d’habitants, elle doit aussi être en tête dans la coopération au développement. La population suisse est favorable à une coopération au développement généreuse, comme le montrent les sondages. Il est donc inacceptable de prétendre réduire des moyens, comme le monde politique en débat sans cesse. Caritas demande au contraire que la Suisse augmente considérablement les moyens consacrés à la coopération au développement.

 

Contenu de replacement