La reine de la pâtisserie

Bolivie: parrainage «Les enfants des rues et en exil»

À 21 ans, Angelica mène aujourd’hui une vie autonome, ce qui tient presque du miracle. Durant son enfance, elle n’a reçu ni amour ni chaleur de la part de ses parents adoptifs, seulement des coups et des mots méchants. À 15 ans, elle a trouvé refuge chez Enda, l’organisation partenaire de Caritas Suisse qui a su lui donner un sentiment de sécurité et un soutien émotionnel.

«Tu n’es pas ma fille. Tu n’es personne.» Ce sont des mots qu’Angelica a sans cesse entendus dans la bouche de son père adoptif au cours de son enfance. À la maison, elle n’était qu’une servante. Pourtant, Angelica n’a pas connu d’autre foyer. Elle ne garde aucun souvenir de ses parents biologiques, explique qu’ils sont morts. La jeune femme a grandi dans un quartier pauvre à proximité de La Paz, avec les jumeaux de ses parents adoptifs. Ceux-ci lui ont toujours préféré les jumeaux. L’école était le seul endroit où Angelica se sentait bien.

Tout juste tolérée

Angelica a sept ans quand les jumeaux décèdent. Personne ne sait très bien pourquoi. Par la suite, elle est tout juste tolérée par ses parents adoptifs. Elle ne reçoit que des coups et des mots méchants, à peine assez à manger. Finalement son beau-père refuse de lui payer l’école. Angelica ne sait plus que faire. Des parents de camarades finissent par l’envoyer au service de protection de la jeunesse. Cette étape marque un tournant dans sa vie.

Un nouveau foyer

Angelica est une adolescente de 15 ans, sans confiance en soi ni joie de vivre, quand le SPJ l’adresse à Enda, l’organisation partenaire de Caritas. Elle y trouve refuge. «Durant cette sombre période, je n’avais plus envie de vivre», se souvient Angelica.

«Les mots gentils des éducatrices et l’intérêt sincère qu’elles m’ont témoigné m’ont redonné goût à la vie.»AngelicaEntrepreneuse

Le soutien thérapeutique lui a aussi été d’un grand secours en cette période difficile. En principe, on ne séjourne que quelques mois dans ce foyer. Angelica y reste jusqu’à ses 19 ans. En effet, la jeune fille mineure n’a pas de parents proches chez qui aller.

© Pablo Quiroga/Yamil Antonio

Protection contre la violence et l’exploitation sexuelle

Partenaire de Caritas, l’organisation Enda à El Alto (La Paz) prend en charge des enfants et des adolescents qui ont subi des violences, qui sont tombés aux mains de trafiquants d’êtres humains ou qui ont été exploités sexuellement. Enda offre un accueil de jour à 60 adolescentes. Seize d’entre elles y trouvent refuge pour plusieurs mois. Enda organise en outre des ateliers de prévention dans des communes et des écoles.

Angelica se découvre une passion

Avec l’aide d’Enda, Angelica participe à plusieurs cours de cuisine et de pâtisserie déjà au cours de sa scolarité. Les compétences acquises lui permettent de décrocher rapidement un job d’appoint dans une agence d’événementiel. Pendant plusieurs années, elle y prépare des gâteaux et des cakes richement décorés. Ses tourtes ont tellement de succès qu’Angelica finit par créer sa propre petite entreprise. On lui commande des gâteaux et des cakes artistiques pour les anniversaires et les fêtes d’entreprise. Elle les prépare le week-end et pendant ses loisirs. Son affaire marche si bien qu’elle peut bientôt ouvrir une petite échoppe à La Paz.

Angelica a plus de 5'000 followers

Pendant la pandémie, Angelica doit fermer son magasin. Elle déplace son activité sur les réseaux sociaux. Connue de ses 5'500 abonnés comme la virtuose des gâteaux, Angelica n’a pas à se plaindre des commandes. En parallèle, elle termine sa quatrième année d’apprentissage de cuisinière qu’elle finance elle-même pour moitié. L’autre moitié est prise en charge par Enda. Si son revenu reste modeste, la jeune femme peut ainsi subvenir à ses besoins. Elle vit avec des amies dans un logement communautaire de La Paz.

«Je dois tout aux éducatrices d’Enda. Elles sont comme mes parents et m’ont aidée à surmonter le traumatisme de mon enfance.»AngelicaEntrepreneuse
© Pablo Quiroga/Yamil Antonio
Offrez une nouvelle chance aux enfants des rues et en exil
Nous protégeons vos données.

Bon à savoir

45 francs

Avec 45 francs, vous permettez à une adolescente de manger sainement pendant un mois.

160 francs

Avec 160 francs, vous payez un mois de consultation psychologique pour quatre adolescentes.

365 francs

Avec 365 francs, 30 adolescentes bénéficient d’un accès Internet pendant huit mois pour suivre des cours en ligne.

Plus d'informations

Photo de couverture: Avec l'aide d'Enda, Angelica participe dès l'école à différents cours de cuisine et de pâtisserie. Ses gâteaux rencontrent un tel succès qu'elle finit par créer sa propre petite entreprise. © Pablo Quiroga/Yamil Antonio