Nein, das ist kein Viehmarkt
Nein, das ist kein Viehmarkt

Des moyens de subsistance malgré la crise climatique

Éthiopie: faire face à la crise climatique avec de nouvelles entreprises

La crise climatique prive des millions de personnes de leurs moyens de subsistance, les plonge dans une grande détresse et les pousse à l’exil. Selon la Banque mondiale, quelque 140 millions de femmes, d'hommes et d'enfants pourraient être contraints de quitter leur foyer d'ici 2050. Leur pauvreté s’en trouve encore aggravée.

Nos projets apportent une aide d'urgence et créent des moyens de subsistance durables malgré la crise climatique, comme le montre l'histoire de Garo Wariyo en Éthiopie.

Garo Wariyo est rassurée

Ces dernières années, la Corne de l’Afrique a été frappée à plusieurs reprises par de longues périodes de sécheresse. La région de Borena, dans le sud de l’Éthiopie, a été particulièrement touchée. Caritas aide les plus pauvres à trouver de nouvelles sources de revenus et à faire face ainsi aux changements climatiques.

«La sécheresse de l’année dernière nous a tout pris. Les champs sont desséchés, le bétail est mort. C’est terrible de voir ses enfants souffrir de la faim.»Garo Wariyomère et ancienne gardienne de bétail

La grande détresse de Garo a été remarquée au village. Une assemblée communale a été convoquée pour proposer Garo et ses enfants au projet d’aide de Caritas.

Sous la direction d’un mentor, Garo s’est associée à deux autres bénéficiaires du projet pour se concerter sur les moyens de sortir de la pauvreté. Leur idée d’entreprise: un petit kiosque. «Continuer à investir dans l’agriculture est trop risqué. La sécheresse extrême et les semences coûteuses rendent la survie difficile à long terme», s’accorde à dire le groupe de travail. Un kiosque, c’est prometteur, car le village est éloigné de la route principale et des autres possibilités d’achat.

Avant l’ouverture du magasin, le trio a appris le b.a.-ba du commerce de détail dans le cadre de la formation en entreprise du partenaire de Caritas. Avec persévérance. Aujourd’hui, Garo vend de la nourriture et d’autres produits que son équipe a pu se procurer à moindre coût sur le marché. Chaque transaction est soigneusement consignée. La moitié du capital de départ a déjà été réinvestie grâce aux bénéfices des ventes.

«Avec mon revenu, je peux nourrir mes enfants, les envoyer à l’école et même économiser un peu d’argent pour des frais de santé imprévus.»Garo
Garo Wariyo lebt mit vier ihrer fünf Kinder in Yabelo im Süden Äthiopiens.
Garo Wariyo vit à Yabelo, dans le sud de l’Éthiopie, avec quatre de ses cinq enfants. © Ayaana Publishing
1 / 5
Seit einiger Zeit betreibt sie mit der Unterstützung von Caritas gemeinsam mit zwei weiteren Frauen einen kleinen Kiosk.
Grâce au soutien de Caritas, elle tient, depuis quelque temps, un petit kiosque avec deux autres femmes. © Ayaana Publishing
2 / 5
In ihrem Kiosk verkaufen sie Zucker, Suppe, Nudeln und andere Waren. Da ihr Dorf sehr weit von Läden und der Hauptstrasse entfernt liegt, ist es für die Dorfbewohner sonst schwierig, solche Produkte zu kaufen. Der kleine Kiosk wird daher von der Gemeinde sehr geschätzt.
Elles y vendent du sucre, des potages, des pâtes et d’autres marchandises. Comme les villageois habitent très loin des magasins et de la route principale, ils ont de la peine à trouver ces produits ailleurs. Le petit kiosque est donc très apprécié. © Ayaana Publishing
3 / 5
Die Teilnehmenden des Programms erhalten regelmässig Coachings von einer Mentorin oder einem Mentor – beispielsweise zur Geschäftsentwicklung und Führung des Unternehmens.
Les participant-e-s au programme sont régulièrement coachés par une ou un mentor, par exemple pour le développement de leur affaire ou la gestion d’une entreprise. © Ayaana Publishing
4 / 5
Das Geld, das Garo nun mit der Unterstützung von Caritas verdient, reicht aus, um die Kinder zur Schule zu schicken, ins Krankenhaus zu gehen und die Familie zu ernähren.  
L’argent que Garo gagne maintenant avec le soutien de Caritas lui suffit pour envoyer ses enfants à l’école, aller à l’hôpital et nourrir sa famille. © Ayaana Publishing
5 / 5
Garo Wariyo lebt mit vier ihrer fünf Kinder in Yabelo im Süden Äthiopiens.
Garo Wariyo vit à Yabelo, dans le sud de l’Éthiopie, avec quatre de ses cinq enfants. © Ayaana Publishing
1 / 5
Seit einiger Zeit betreibt sie mit der Unterstützung von Caritas gemeinsam mit zwei weiteren Frauen einen kleinen Kiosk.
Grâce au soutien de Caritas, elle tient, depuis quelque temps, un petit kiosque avec deux autres femmes. © Ayaana Publishing
2 / 5
In ihrem Kiosk verkaufen sie Zucker, Suppe, Nudeln und andere Waren. Da ihr Dorf sehr weit von Läden und der Hauptstrasse entfernt liegt, ist es für die Dorfbewohner sonst schwierig, solche Produkte zu kaufen. Der kleine Kiosk wird daher von der Gemeinde sehr geschätzt.
Elles y vendent du sucre, des potages, des pâtes et d’autres marchandises. Comme les villageois habitent très loin des magasins et de la route principale, ils ont de la peine à trouver ces produits ailleurs. Le petit kiosque est donc très apprécié. © Ayaana Publishing
3 / 5
Die Teilnehmenden des Programms erhalten regelmässig Coachings von einer Mentorin oder einem Mentor – beispielsweise zur Geschäftsentwicklung und Führung des Unternehmens.
Les participant-e-s au programme sont régulièrement coachés par une ou un mentor, par exemple pour le développement de leur affaire ou la gestion d’une entreprise. © Ayaana Publishing
4 / 5
Das Geld, das Garo nun mit der Unterstützung von Caritas verdient, reicht aus, um die Kinder zur Schule zu schicken, ins Krankenhaus zu gehen und die Familie zu ernähren.  
L’argent que Garo gagne maintenant avec le soutien de Caritas lui suffit pour envoyer ses enfants à l’école, aller à l’hôpital et nourrir sa famille. © Ayaana Publishing
5 / 5
Garo Wariyo lebt mit vier ihrer fünf Kinder in Yabelo im Süden Äthiopiens.
Garo Wariyo vit à Yabelo, dans le sud de l’Éthiopie, avec quatre de ses cinq enfants. © Ayaana Publishing
1 / 5
Seit einiger Zeit betreibt sie mit der Unterstützung von Caritas gemeinsam mit zwei weiteren Frauen einen kleinen Kiosk.
Grâce au soutien de Caritas, elle tient, depuis quelque temps, un petit kiosque avec deux autres femmes. © Ayaana Publishing
2 / 5
In ihrem Kiosk verkaufen sie Zucker, Suppe, Nudeln und andere Waren. Da ihr Dorf sehr weit von Läden und der Hauptstrasse entfernt liegt, ist es für die Dorfbewohner sonst schwierig, solche Produkte zu kaufen. Der kleine Kiosk wird daher von der Gemeinde sehr geschätzt.
Elles y vendent du sucre, des potages, des pâtes et d’autres marchandises. Comme les villageois habitent très loin des magasins et de la route principale, ils ont de la peine à trouver ces produits ailleurs. Le petit kiosque est donc très apprécié. © Ayaana Publishing
3 / 5
Die Teilnehmenden des Programms erhalten regelmässig Coachings von einer Mentorin oder einem Mentor – beispielsweise zur Geschäftsentwicklung und Führung des Unternehmens.
Les participant-e-s au programme sont régulièrement coachés par une ou un mentor, par exemple pour le développement de leur affaire ou la gestion d’une entreprise. © Ayaana Publishing
4 / 5
Das Geld, das Garo nun mit der Unterstützung von Caritas verdient, reicht aus, um die Kinder zur Schule zu schicken, ins Krankenhaus zu gehen und die Familie zu ernähren.  
L’argent que Garo gagne maintenant avec le soutien de Caritas lui suffit pour envoyer ses enfants à l’école, aller à l’hôpital et nourrir sa famille. © Ayaana Publishing
5 / 5
Votre don pour un monde sans pauvreté
Nous protégeons vos données.
Caritas Schweiz unterstützt Hirtinnen und Hirten, ihre Familien und Gemeinschaften im Hinblick auf den Klimawandel dabei, alternative Einkommensmöglichkeiten zu finden.
Caritas Schweiz unterstützt Hirtinnen und Hirten, ihre Familien und Gemeinschaften im Hinblick auf den Klimawandel dabei, alternative Einkommensmöglichkeiten zu finden.

Sortir les femmes et les jeunes de l'extrême pauvreté

Avec l’aide de Caritas, 3000 habitants des régions rurales du sud de l'Éthiopie se créent de nouvelles possibilités de revenus. Les 18'000 membres de leurs familles bénéficient également des répercussions positives du projet.

En savoir plus sur notre projet en Éthiopie

Plus d'informations

Photo de couverture: Non, ce n'est pas un marché au bétail