La réalité est amère et scandaleuse

Imaginez que vous n’avez pas plus de 2,15 dollars par jour pour vivre. Et qu’avec cet argent, vous devez couvrir toutes les dépenses pour vous et votre famille. Ce n’est pas possible ? C’est pourtant la réalité, amère et scandaleuse, pour 700 millions de personnes dans le monde, principalement dans les pays du Sud. La Banque mondiale parle de « pauvreté extrême ». Concrètement, cela signifie que ces personnes n’ont même pas assez d’argent pour couvrir leurs besoins essentiels de base. 

Beaucoup d’entre elles vivent dans des régions touchées par des conflits, des catastrophes liées au climat, des épidémies ou des crises économiques. 

L’engagement de plusieurs décennies contre la pauvreté dans le monde a porté ses fruits. Grâce notamment à une coopération au développement professionnelle et moderne, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté n’a cessé de diminuer au cours des 25 dernières années.

 

 Pendant des années, j’ai vécu au jour le jour, sans savoir comment nourrir mon enfant. Grâce à une formation de Caritas, j’ai pu améliorer notre vie et lui apporter un peu de stabilité. 

Pierre Evena Delinois (41 ans), Haïti

 

La pauvreté augmente à nouveau dans le monde

Mais l’année 2020 a marqué une inversion brutale et a réduit à néant de nombreux succès dans la lutte contre la pauvreté. 

La pandémie de Covid, les crises politiques, financières et climatiques ont dramatiquement aggravé les conditions de vie de plus de deux milliards de personnes dans l’hémisphère Sud. À cela s’ajoute une sécheresse extrême, particulièrement en Afrique de l’Est et dans la région du Sahel. De plus en plus de personnes doivent quitter leur maison parce qu’elles ne peuvent plus cultiver de quoi vivre sur des terres asséchées et que leurs troupeaux périssent. 

La guerre en Ukraine réduit l’approvisionnement en céréales et en pétrole. De nombreux pays d’Afrique subsaharienne sont en proie à une inflation galopante et le coût des denrées alimentaires de base a plus que doublé. Les prix de l’énergie et des carburants augmentent eux aussi massivement. 

Le monde est confronté à une multicrise. Ces crises simultanées qui se chevauchent entraînent la faim, une pauvreté croissante et signifient pour les habitants des pays du Sud une lutte quotidienne pour survivre. Une fois de plus, ce sont les plus pauvres qui sont les premiers et les plus durement touchés, et ce bien qu’ils n’aient guère contribué à ces crises et qu’ils n’aient pas les moyens de s’y opposer. 

 

Plus d'informations

 

Oui à un monde sans pauvreté

Prévenir, combattre et atténuer la pauvreté, et plus encore, mettre fin à la pauvreté, partout et pour tous : c’est la mission fondamentale à laquelle Caritas Suisse s’est engagée depuis sa fondation en 1901. L’objectif — un monde sans pauvreté — est toujours le même, mais les moyens d’y parvenir s’adaptent aux besoins.

Aujourd’hui, lutter durablement contre la pauvreté passe par une approche globale. C’est pourquoi Caritas Suisse associe l’aide d’urgence à des projets de développement à long terme et se concentre sur les changements à court et à long terme dans la vie des gens. 

La coopération au développement ainsi comprise contribue de manière décisive à l’amélioration des conditions de vie des personnes particulièrement pauvres et défavorisées. 

Caritas Suisse dit « Oui à un monde sans pauvreté ».
 

 
Wissenswertes zur Armut
 

La pauvreté, qu’est-ce que c’est ?

La pauvreté n’est pas seulement un manque d’argent. La pauvreté contraint les personnes touchées à vivre dans des conditions indignes, soit en raison de difficultés matérielles, comme la perte de récoltes, ou d’autres obstacles, comme des troubles politiques. 

La pauvreté, c'est aussi

  • ne pas avoir accès à l'éducation 
  • ne pas pouvoir se permettre des soins adéquats 
  • travailler dans des conditions précaires 
  • devoir vivre dans des logements insalubres 
  • perdre ses moyens de subsistance à la suite d'une catastrophe 
  • n’avoir aucune perspective de revenus 
  • devoir quitter son pays parce que les changements climatiques, la guerre ou la violence éliminent tout moyen de subsistance 

La pauvreté a de multiples visages, mais elle porte toujours atteinte à la dignité humaine.

 

D’ici 2030, la communauté internationale veut mettre fin à l’extrême pauvreté (Agenda 2030). La Banque mondiale prévoit que ce grand objectif ne sera pas atteint et qu’au contraire, plus d’un demi-milliard de personnes vivront — ou continueront de vivre — dans une extrême pauvreté. Caritas Suisse contribue elle aussi, au niveau national et international, à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) définis par l’ONU dans l’Agenda 2030.

Caritas s’engage pour l’Agenda 2030

 

Quand la pauvreté montre son visage - les portraits