Coopération internationale

Programme Pays Tchad

Au Tchad, l’agriculture occupe près de 80% de la population active et est l’activité économique principale en milieu rural. Alors que le pays dispose de ressources naturelles importantes ainsi que d’une grande diversité agro-écologique, son potentiel reste largement sous-exploité.

 

En bref:

  • Engagé au Tchad depuis 1973
  • 675 500 personnes bénéficient du programme actuel
  • Partenaires : Swissaid, Swisscontact, ONG locales, agences d’État, institutions du secteur privé et de la société civile
  • Bailleurs principaux : DDC, UE, fondations et donateurs privés

Résultats clés :

  • 84 coopératives ont amélioré la qualité et la quantité de leur production agricole ainsi que les conditions de stockage et de conservation.
  • Elles ont renforcé leurs compétences et le contrôle de qualité des aliments.
  • À travers des transactions contractuelles et une reconnaissance juridique en conformité à l’Acte Uniforme OHADA, les coopératives ont amélioré la commercialisation de leurs produits avec les acteurs des filières.
 

Pourquoi nous sommes là

Classé en 2016 au 186ème rang sur 188 selon l’Indice de Développement Humain, le Tchad fait partie des pays les plus pauvres du monde. Au sein d’une population estimée à 12 millions de personnes, deux tiers sont analphabètes, 2,4 millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire et 35% des enfants en milieu rural souffrent de malnutrition. Malgré un potentiel certain en matière de ressources naturelles, plusieurs facteurs restent défavorables au développement agricole. L’insécurité alimentaire demeure une préoccupation majeure. La production agricole est limitée par un accès inégal au marché, l’exposition à des risques naturels et écologiques multiples ainsi que la réduction des surfaces arables. En effet, une variabilité pluviométrique de plus en plus conséquente provoque régulièrement inondations et sécheresses. À cela s’ajoutent une économie dépendante de l’exploitation pétrolière, un taux de chômage élevé chez les jeunes et l’absence d’opportunités économiques. Tous ces facteurs contribuent à la fragilité du Tchad qui doit également faire face à une situation politique et sécuritaire délicate, tant au niveau national que régional.

Pour aider les populations rurales à faire face à ces difficultés, Caritas Suisse travaille dans le domaine de la sécurité alimentaire, de la réduction des risques de catastrophes et de l’adaptation au changement climatique. Actuellement, cinq partenaires participent à la mise en place du programme en zone soudanienne, où sont situées les terres cultivables avec un fort potentiel agricole, ainsi qu’en zone sahélienne.

 

Secteurs d'activité

Sécurité alimentaire et marchés

En 2014, les résultats de l’Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire au Tchad indiquaient que 2,4 millions de personnes étaient affectées par l’insécurité alimentaire dont 4% par l’insécurité alimentaire sévère. La prévalence de la malnutrition est beaucoup plus importante en milieu rural qu’en milieu urbain. En moyenne, plus de 35% des enfants en milieu rural contre 23% en milieu urbain souffrent de malnutrition chronique globale. Pour faire face à ces défis, le programme de Caritas Suisse au Tchad poursuit les objectifs suivants en matière de sécurité alimentaire et de marchés :

  • L’amélioration de la gestion intégrée des ressources naturelles et des systèmes de production. Le but est de permettre aux communautés rurales et aux petits producteurs de gérer les ressources naturelles de façon pérenne et d’augmenter la productivité des systèmes de production.
  • L’appui au développement de systèmes de marché inclusifs et de chaîne de valeur. Il s’agit d’assurer une production de qualité, de faciliter un accès compétitif des petits producteurs au marché, d’améliorer leurs revenus et de créer des emplois locaux.

Changement climatique et réduction des risques de catastrophes

La production agricole au Tchad est principalement assurée par les petites exploitations familiales qui ont des moyens très limités et se base sur une agriculture itinérante sur brûlis et à faible apport d’intrants. Dans ces conditions, une production suffisante peut être assurée grâce à la jachère de longue durée qui permet aux sols de se restaurer. Ces dernières décennies, la forte croissance démographique, l’accroissement du cheptel et le recul des isohyètes ont entraîné une forte pression sur les ressources naturelles de base, avec comme conséquences une baisse significative de la durée de la jachère. Ainsi, les exploitations familiales et les communautés rurales restent vulnérables et exposées au changement climatique et aux catastrophes. Elles doivent faire face à une mauvaise répartition des précipitations, des inondations, des sécheresses et une augmentation des températures. Les objectifs du programme au Tchad dans le domaine du changement climatique et de la réduction des risques de catastrophes sont les suivants:

  • L’adaptation au changement climatique. Une des priorités du programme est de renforcer les capacités des petites exploitations familiales et des communautés en zones rurales afin qu’elles puissent mieux s’adapter au changement climatique.
  • La réduction des risques de catastrophes. le but est de soutenir ces mêmes communautés et exploitations familiales en zones rurales afin qu’elles aient la capacité de s’adapter aux impacts des catastrophes naturelles et réduire ainsi les pertes et dégâts qui en résultent.


Aide humanitaire

L’aide humanitaire ne constitue pas un secteur d’activité à part entière dans le cadre du programme Tchad. Il s’agit plutôt d’intervenir de manière ponctuelle en cas d’urgence et principalement en complément du programme de sécurité alimentaire déjà mis en oeuvre.

 

Documents

  • Programme de pays Tchad (brochure, fr)
    Format de fichier: pdf / 331 Ko
    Download
  • Programme de pays Tchad : Secteurs d'activité (brochure, fr)
    Format de fichier: pdf / 224 Ko
    Download
 

Projets clés

 

Personnes de contact