Liban

Améliorer la qualité d’enseignement et renforcer le système éducatif des enfants syriens réfugiés au Liban et des enfants libanais de familles défavorisées

Le Liban compte environ 4 millions d’habitants, et près de 1,5 million de réfugiés syriens. La situation est préoccupante et très précaire. Caritas lance un projet scolaire visant à créer un environnement de scolarité plus sûr et plus stimulant pour les enfants syriens au Liban et leurs camarades libanais de familles défavorisées. Le programme forme les enseignants de quatre écoles publiques et de quatre écoles (semi -) privées au modèle d’enseignement innovant QTL pour les enfants traumatisés et défavorisés. En collaboration avec les différentes institutions du secteur de l’éducation, Caritas travaille également à l’intégration officielle et durable du modèle QTL dans le système scolaire libanais.

 

Pays / région / lieu
Beyrouth et quelques régions du Liban


Groupe cible
Environ 1400 enfants syriens et libanais vulnérables, 100 enseignants, 8 écoles et les collaboratrices/teurs des institutions du système scolaire libanais


Budget nécessaire
Environ 632 700 francs suisses par an


Durée du projet
Parrainages à long terme


Numéro du projet
P190057


Objectif du projet
Contribution à l’amélioration de la qualité de l’éducation des enfants syriens et libanais vulnérables et au renforcement du système éducatif libanais


Responsable du projet
Richard Asbeck, tél. 041 419 22 29, rasbecknot shown@caritasto make life hard for spam bots.ch

 
 

De quoi s’agit-il?

Depuis le début de la guerre en Syrie, en 2011, plus de 1,5 million de Syriennes et Syriens ont trouvé refuge au Liban. Ce petit pays compte désormais le plus grand nombre de réfugiés au monde par rapport au nombre de ses habitants. L’économie du pays, qui est fortement dépendante de l’extérieur, a été mise à rude épreuve par cette crise. Le déficit budgétaire ne cesse de grandir et depuis des années, les investissements publics sont fortement limités.

Le secteur scolaire notamment est débordé : plus de 600 000 enfants syriens en âge de scolarité sont tributaires de l’accès à l’éducation de base. Dans le cadre d’une stratégie nationale dans le secteur de l’éducation, le gouvernement libanais, en coopération avec la communauté internationale, a fait de grands efforts pour intégrer les enfants syriens dans le système scolaire public ; malgré cela, en 2018, plus de 300 000 enfants réfugiés n’avaient toujours pas la possibilité de fréquenter des établissements d’enseignement formel ou non formel. Ce chiffre avait même augmenté par rapport à l’année précédente. À cela s’ajoute le fait que depuis le début de la crise, de plus en plus d’enfants libanais de familles défavorisées se retrouvent également en rupture de scolarité.

D’autre part, la qualité de l’enseignement est lacunaire. Avant même le déclenchement de la crise, le système éducatif libanais souffrait déjà de déficits dans la formation et le perfectionnement des enseignants. Par exemple, il n’existe pas de système unifié définissant clairement l’entrée d’un enseignant dans le système scolaire officiel. Les méthodes pédagogiques prédominantes sont pour la plupart dépassées. En raison d’un manque de possibilités de formation et de soutien continus, les enseignants ne sont pas en mesure de répondre aux besoins particuliers des enfants traumatisés ni de leur fournir un soutien psychosocial. De plus, les faibles rémunérations et les difficultés matérielles rendent également la profession d’enseignant dans le secteur public peu attrayante.

Sans compter que ces difficultés financières et les problèmes de capacités du système scolaire se sont fortement aggravés avec la crise des réfugiés et sont devenus institutionnels et systémiques. Le secteur entier est institutionnellement fragmenté, et par là même relativement inefficace. La lenteur des processus politiques, l’absence de stratégies harmonisées pour le développement de la profession d’enseignant et les systèmes obsolètes de collecte et d’analyse des données empêchent le pays de progresser vers une éducation de qualité. L’enseignement n’est plus à jour, cultivant des méthodes d’enseignement autoritaires basées sur des manuels obsolètes.

Depuis 2016, Caritas Suisse travaille avec son organisation partenaire locale Ana Aqra au développement d’un modèle qui permettra aux enseignants de pratiquer un enseignement plus proche des enfants et élèves. Le modèle dit QTL a été développé en coopération avec diverses institutions du système éducatif libanais et formalisé dans un manuel pour la formation pratique et le perfectionnement des enseignants. Caritas Suisse a donc déjà commencé à jeter des ponts entre les différentes institutions éducatives et à soutenir les enfants concernés par une meilleure qualité d’enseignement. Grâce à des échanges réguliers, les représentants du ministère de l’Éducation ont eu l’occasion de reconnaître la plus-value de ce modèle et ont désormais la volonté d’en intégrer des éléments dans le système éducatif libanais.

 

Que faisons-nous?

Dans le cadre de ce projet, Caritas Suisse, en collaboration avec Ana Aqra, s’appuie sur ce qui a déjà été réalisé et mène d’autres activités pour offrir aux enfants réfugiés syriens et aux élèves libanais vulnérables un enseignement de meilleure qualité grâce à la poursuite de la diffusion du modèle QTL. Pour la première fois, la QTL sera également introduite dans l’enseignement de base formel et dans le système scolaire public, alors qu’auparavant, on ne l’employait que dans le cadre d’un enseignement de rattrapage.

Dans ce contexte, Caritas Suisse va continuer à développer et à valider le modèle QTL en collaboration avec Ana Aqra et les institutions libanaises responsables de la formation et du perfectionnement des enseignants. Le modèle est activement appliqué dans quatre écoles publiques qui comptent une forte proportion d’enfants réfugiés syriens et se caractérisent par des niveaux élevés d’abandon scolaire précoce, et dans quatre écoles (semi -) privées réparties dans différentes régions du pays. Grâce à des formations et à des visites régulières dans les classes, on aide une centaine d’enseignants à mettre en application l’approche pédagogique de la QTL. Environ 1 400 enfants bénéficieront ainsi directement d’une meilleure qualité d’enseignement, ce qui aura un impact direct sur leurs résultats scolaires et sur leurs stratégies d’apprentissage et de résolution de problèmes. En outre, ils seront plus nombreux encore à bénéficier indirectement des meilleures connaissances de leurs enseignants et de la modernisation des concepts pédagogiques. La mise en œuvre de l’approche QTL comprend également l’équipement de certaines écoles avec du matériel pédagogique adapté, des livres ou des tapis, ainsi que l’échange continu avec les directeurs d’école et les parents. En outre, les frais de transport des enfants vers les écoles sont pris en charge pour garantir leur participation aux cours.

D’autre part, en collaboration avec les différentes institutions du secteur de l’éducation, le projet vise à élaborer une stratégie officielle pour l’intégration, la diffusion et l’utilisation du modèle QTL au sein du système scolaire libanais. Une première condition préalable nécessaire est la validation scientifique du modèle QTL et de ses effets positifs. Dans le même temps, avec le soutien de Caritas Suisse et d’Ana Aqra, on élabore et met partiellement déjà en place un plan stratégique pour l’application de l’approche à l’échelle du système scolaire libanais. En outre, les employés du ministère de l’Éducation et de ses diverses institutions bénéficient directement de cours de formation sur le modèle de la QTL. Cela leur permettra, avec le soutien de l’AAA, de former et d’encadrer eux-mêmes les enseignants, et d’ancrer ainsi cette approche dans le système étatique. Enfin, des activités de sensibilisation telles que des campagnes ou des séminaires contribueront à faire connaître le modèle QTL et ses résultats positifs au sein du secteur.

L’inclusion de toutes les organisations clés du système éducatif libanais apporte donc une autre contribution importante à la réduction des obstacles et à une plus grande harmonisation au sein du secteur.

 

Yara (11): « Je suis si heureuse de pouvoir aller à l’école. »

 

Votre parrainage/marrainage

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS