« Je suis toujours en vie. C’est l’essentiel. »
Un an après l'explosion à Beyrouth
 

Le 4 août 2020 est gravé à jamais dans la mémoire de Joseph Ghafari : il a perdu sa jambe dans l’explosion du port de Beyrouth, et sa maison a été gravement endommagée. Aujourd’hui, un an plus tard, il est heureux d’avoir pu survivre pendant les mois les plus difficiles et de pouvoir recommencer à travailler. Mais au Liban, la vie de la population est de plus en plus difficile en raison de la profonde crise que traverse le pays.

 

Le 4 août 2020 était un jour comme les autres pour Joseph Ghafari, 57 ans. Comme toujours, il est rentré chez lui après le travail, a passé un moment avec sa famille et s’est reposé quelques instants. Puis il est parti pour sa promenade quotidienne du soir dans le quartier, et brusquement à 18h07, Joseph a entendu une première explosion au port. Il a couru vers une école voisine pour se mettre à l’abri. Puis, la seconde explosion, énorme, a tout soufflé autour de lui.

« Cette douleur à la jambe ! J’ai vécu de nombreuses souffrances, y compris pendant la guerre civile. Mais je n’ai jamais rien ressenti de tel. Je le savais : j’aurai des douleurs pour toujours », dit Joseph. « J’ai vu la mort en face. Je me sentais déconnecté de mon corps ». Le voisin de Joseph, qui s’en est miraculeusement sorti indemne, s’est précipité pour l’emmener à l’hôpital le plus proche.

 

Grâce à l’aide financière, la famille de Joseph a pu joindre les deux bouts

La famille de Joseph a été durement touchée. Presque tous les membres de la famille ont été blessés, et leur petit appartement a été dévasté par la puissance de l’explosion. Le salaire de Joseph, employé des télécommunications, suffisait à peine à couvrir le loyer.

« Je suis toujours en vie. C’est l’essentiel », dit Joseph aujourd’hui. Il porte une prothèse et a appris à vivre avec la douleur. Il peut même retravailler et il trouve moyen de conduire avec une seule jambe. L’aide en espèces de Caritas Suisse et sa partenaire Caritas Liban a permis à Joseph et à sa famille de joindre les deux bouts et d’envisager plus sereinement l’avenir. Ils ont pu financer des travaux de réparation et faire des achats essentiels grâce à l’aide d’urgence en espèces qu’ils ont reçue pendant trois mois.

 

Crises multiples au Liban

L'aide est d'autant plus indispensable que les forces et les ressources de la population, en particulier des plus pauvres, sont épuisées depuis longtemps. Le pays, structurellement affaibli, qui a accueilli plus de 1,5 million de réfugiés syriens depuis le début de la guerre en Syrie, est au bord de la faillite. L'économie et les infrastructures sont complètement débordées. La vie quotidienne de la population est de plus en plus marquée par la pauvreté, un chômage galopant et la dévaluation continue de la monnaie locale. Les tensions entre réfugiés et communautés d’accueil se multiplient.

 

Plus d'informations et faire un don

 
 
 
 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des impôts.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS