Beaucoup doivent la vie au « médecin de l’eau »
L'eau potable pour les habitants du Bangladesh
 

Un reportage de Stefanie Egli (texte) et Parag Biswas (photos)

 

Le Bangladesh est constitué en grande partie d’une vaste plaine traversée de nombreux fleuves et bras de fleuve. La ville de Mongla se trouve au sud et est proche des « Sundarbans », les plus grandes forêts de mangroves de la Terre. La région est fortement influencée par les cyclones et les marées. L’or bleu, pourtant présent en abondance, n’est pas potable à cause de sa forte teneur en sel. Caritas Suisse a développé, en collaboration avec divers partenaires et avec le soutien de la « Clean Water Foundation » du groupe Georg Fischer, un produit qui permet à la population de Mongla de consommer l’eau de pluie et l’eau douce des étangs de façon simple et avantageuse. 

 

Beaucoup de ménages parmi les plus pauvres de Mongla ne possèdent qu’une petite hutte sur une sorte de mini-île. La famille de Puspo Das par exemple vit dans une misérable cahute composée de feuilles et de bambous. Outre Puspo et son mari, elle se compose d’une fille, ainsi que d’un fils et son épouse. Le père de famille travaille comme cordonnier. C’est au prix de beaucoup de sacrifices que la famille réussit à se débrouiller sur le plan financier. 

 
 

Le manque d’eau potable a longtemps représenté une menace importante. Par bonheur, ce n’est plus le cas : Puspo compte parmi les consommatrices du « Joler Doctor » (qu’on peut traduire par « médecin de l’eau »), un produit fabriqué avec l’aide de la population locale, dans le cadre d’un projet de Caritas Suisse et Caritas Bangladesh. Une goutte de chlore liquide suffit à purifier un litre. Le projet est rendu possible grâce au partenariat avec la Clean Water Foundation du groupe Georg Fischer de Schaffhouse. Comme la famille ne peut pas s’offrir un toit en tôle ondulée et un réservoir en plastique – accessoires indispensables pour recueillir et conserver l’eau de pluie, elle consomme l’eau pleine de bactéries qu’elle puise dans l’étang. Grâce à Joler Doctor, les maladies telles que la diarrhée, la dysenterie ou le choléra se raréfient. Le montant que la famille de Puspo dépense pour les coûteux médicaments a donc aussi baissé. 

 
 

Smrity Halder et ses proches profitent aussi du « médecin de l’eau ». Ils habitent dans une maison en tôle ondulée, en bois et en argile et comptent de ce fait parmi les familles plutôt bien logées. Leurs enfants étudient tous les trois dans une haute école ou à l’université. Les coûts de formation étant extrêmement élevés, les parents sont confrontés à des problèmes financiers. Grâce à l’accès à l’eau potable et à d’autres mesures d’hygiène, ils dépensent moins d’argent en médicaments, ce qui a un impact positif sur leur budget. 

 
 

Organisées à un rythme mensuel, les séances dites « WASH » pour « Water », « Sanitation » et « Hygiene » sont aussi des composantes fixes du projet. Elles réunissent normalement 20 à 25 personnes. Gita Sarker est l’une d’elles. Elle a déjà acquis de nombreuses connaissances sur l’hygiène à travers des thèmes tels que « le lavage des mains », « la conservation et la purification de l’eau de pluie », « les maladies liées à l’eau », et « les soins avant et après l’accouchement ». Elle transmet les connaissances acquises lors de chacune de ces rencontres à sa famille et à ses voisins. Cela a entraîné une nette amélioration de l’état de santé de son entourage. « Mon mari a guéri de la dysenterie », témoigne Gita Sarker avec reconnaissance. Et Laboni, une autre participante, est heureuse de constater que les membres de sa famille n’ont plus de problèmes de peau ou de maladies cutanées depuis qu’ils utilisent le Joler Doctor.

 
 

Les maladies diarrhéiques, principale cause de décès

Comme il n’y a pas de nappe phréatique à Mongla, les gens utilisent de l’eau contaminée par des bactéries, raison pour laquelle beaucoup souffrent de maladies potentiellement mortelles. Les maladies diarrhéiques peuvent par exemple entraîner une déshydratation. Or ces maladies font partie des principales causes de mortalité dans les pays en développement, en particulier chez les enfants. Dans un sondage réalisé par Caritas Suisse et Caritas Bangladesh, 49 % des familles interrogées ont indiqué qu’au moins l’un de leurs membres avait souffert de diarrhée au cours des deux semaines précédant l’enquête. Le projet de Caritas Suisse tend à remédier à cette situation alarmante en instaurant un approvisionnement en eau potable gratuit et durable. Il applique la technologie de chloration « WATA » mise au point par la fondation suisse Antenna. Le chlore liquide constitue un moyen simple de rendre potable de l’eau contaminée. Les jeunes habitants de Mongla sont associés au processus de fabrication et de commercialisation du produit Joler Doctor. Les habitants peuvent acheter l’article, apprendre à l’utiliser et à améliorer leur hygiène. Rien qu’en juillet 2017, 3651 ménages ont pu profiter du Joler Doctor. Les connaissances et les pratiques couronnées de succès inculquées par ce projet doivent à l’avenir bénéficier aussi à d’autres régions du pays. 

 
 
 

Nos projets WASH actuels dans le monde

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS