« Nous aimerions juste un logement convenable »
Mariam Khalaf (25 ans) de Syrie
 

Le ciel est bas sur la plaine de la Bekaa et change constamment de couleur. Dans un camp situé près de la ville de Zahle au Liban, Mariam Khalaf* et ses trois enfants se tiennent assis autour d’un poêle, le seul meuble de leur tente. L’épuisement se lit sur leurs visages. En hiver, les températures tombent maintenant en dessous de zéro. Une tempête de grêle s’abat sur le camp. Le vent siffle autour de la tente et de l’eau s’écoule du plafond. Pour aller aux toilettes, il faut emprunter un sentier boueux jusqu’à une cabane en tôle à ciel ouvert.

 

D’un camp à l’autre

À l'intérieur, Mariam console doucement son plus jeune fils Jalal (2 ans). Comme le reste de la fratrie, il n’a connu rien d’autre que la vie dans un camp de réfugiés. Voici plus de six ans que ses parents ont fui la Syrie pour se réfugier dans la plaine de la Bekaa, cette vaste étendue située entre les chaînes de montagnes du mont Liban et de l'Anti-Liban le long de la frontière syrienne.

« Depuis, nous passons d’un camp à l’autre », explique Mariam. Il y a longtemps qu’elle ne s’est plus sentie chez elle. « Nous ne pouvons rester nulle part. » La famille se fait sans cesse expulser, faute de pouvoir payer son loyer à temps. Son dénuement est extrême. Chaque jour est un combat pour la survie. Le travail est rare, surtout en hiver. Au printemps, il y a à nouveau plus d'emplois journaliers ou saisonniers dans l'agriculture. Considérée comme le grenier du Liban, la plaine de la Bekaa est le centre de la production agricole.

 

Mariam doit porter seule un lourd fardeau

Comme si leur vie ici n'était pas déjà assez dure, les Khalaf ont été frappés d’un autre coup du sort : le père de famille est décédé subitement d'une maladie cardiaque. Mariam n'en peut plus. « Je ne savais pas ce qu’il allait advenir de nous », dit-elle, les mains sur le poêle et les yeux dans le vide. Au deuil s'ajoute l'immense tâche de devoir prendre soin d’elle et des enfants et de porter seule ce lourd fardeau.

Les frais des médicaments de son mari ont englouti tout ce qu’elle possédait. Mariam a dû s’endetter pour payer l’enterrement. Sans travail ni formation, elle arrive au terme de sa grossesse. La spirale de l’endettement s’accélère.

 

Une lueur d’espoir

Face à une telle détresse, Caritas fournit une aide concrète, en espèces : 300 dollars par mois pendant quatre mois. Mariam peut utiliser l'argent pour parer au plus pressé. Avec le premier paiement, elle a réglé, entre autres, ses arriérés de loyer. Dans l’immédiat, elle n'a donc plus à s'inquiéter de perdre à nouveau son logement - un souci de moins. « Je suis très contente que Caritas m’ait ôté ce poids », déclare-t-elle. Elle suit actuellement un cours de couture à Caritas Liban et une autre organisation l’aide à chercher un emploi.

 
Liban: Mariam
Depuis fin 2019, les Khalaf doivent s’en sortir seuls. Le père est décédé.
Liban: Mariam
Dans le camp de réfugiés, la chaleur est l'un des biens les plus précieux, surtout en hiver.
Liban: Mariam
Le sentier qui mène aux douches et aux WC.
Liban: Mariam
La famille Khalaf habite dans cette tente depuis deux ans environ.
La guerre en Syrie a jeté plus de 11 millions de personnes sur les routes de l’exil, dont la moitié sont des enfants.
L'extrême pauvreté est accablante.
Liban: Mariam
La plaine de la Bekaa est le lieu de refuge de plus de 500 000 réfugiés et personnes déplacées.
Liban : Mariam
Les personnes en détresse peuvent atteindre les collaborateurs de Caritas Liban via une permanence téléphonique ou passer au centre de Caritas.
Liban : Mariam
Mirna Sabbak, travailleuse sociale, se souvient bien du jour où Mariam a appelé Caritas : « Elle se sentait très seule et ne savait plus que faire.»
Liban : Mariam
Avec la carte de Caritas, les familles peuvent prélever directement aux distributeurs le montant mensuel de l’aide en espèces. L
Liban : Mariam
Que réservera l’avenir à Mariam, Sidra, Shiro, Jalal et à l’enfant à naître ?
1 / 11
Depuis fin 2019, les Khalaf doivent s’en sortir seuls. Le père est décédé.
Dans le camp de réfugiés, la chaleur est l'un des biens les plus précieux, surtout en hiver.
Le sentier qui mène aux douches et aux WC.
La famille Khalaf habite dans cette tente depuis deux ans environ.
La guerre en Syrie a jeté plus de 11 millions de personnes sur les routes de l’exil, dont la moitié sont des enfants.
L'extrême pauvreté est accablante.
La plaine de la Bekaa est le lieu de refuge de plus de 500 000 réfugiés et personnes déplacées.
Les personnes en détresse peuvent atteindre les collaborateurs de Caritas Liban via une permanence téléphonique ou passer au centre de Caritas.
Mirna Sabbak, travailleuse sociale, se souvient bien du jour où Mariam a appelé Caritas : « Elle se sentait très seule et ne savait plus que faire.»
Avec la carte de Caritas, les familles peuvent prélever directement aux distributeurs le montant mensuel de l’aide en espèces. L
Que réservera l’avenir à Mariam, Sidra, Shiro, Jalal et à l’enfant à naître ?
 


Photos : Alexandra Wey

 

Qu’attendre de l’avenir ?

Mariam espère trouver bientôt du travail. Avec un nouveau-né, ce sera deux fois plus difficile. Elle est heureuse que son beau-frère vive dans le même camp qu'elle ; les deux familles pourront de temps en temps s'entraider pour la garde des enfants.

Mariam aimerait envoyer sa fille Sidra à l’école l’an prochain. Mais où trouver l'argent pour les trajets en bus ? Un service de transport gratuit a été supprimé. La communauté internationale met de moins en moins d’argent à disposition du Liban pour faire face à la catastrophe humanitaire.

Mariam souhaite avant tout un endroit à elle : « J’aimerais juste avoir une tente correcte, à un endroit où nous pourrons rester », dit-elle en regardant ses enfants. Elle n’ose même plus rêver d’un véritable appartement.

*Noms modifiés pour des raisons de protection de la personnalité

 

À propos de Mariam Khalaf (25 ans)

 


Famille :
Veuve depuis fin 2019, mère de Sidra (5 ans), Shiro (4 ans) et Jalal (2 ans), enceinte de son quatrième enfant.

Revenu :
Mariam ne perçoit plus de revenu depuis le décès de son mari. C’était lui qui nourrissait la famille. Mariam a cumulé plus de 800 francs de dettes. Elle a eu besoin de cet argent pour les frais d’enterrement et la nourriture.

 

 

Origine :
Alep, Syrie

Lieu de domicile :
Une tente dans un camp de réfugiés de la zone industrielle de Zahle, une ville du Liban. Le loyer se monte à près de 80 francs, une somme que la famille a eu beaucoup de peine à payer jusqu’à présent. Elle est ainsi passée d’un camp à l’autre dans la plaine de la Bekaa. Plus aucun membre de la famille élargie ne vit en Syrie.

 

Votre don apporte une aide très concrète aux familles de réfugiés syriens

 

Caritas consacre chaque franc versé par les donateurs aux familles, afin qu'elles puissent survivre et offrir un avenir à leurs enfants. Au Liban, 1,5 million de personnes déplacées et réfugiés syriens vivent dans une extrême pauvreté. L'économie et les infrastructures ploient sous cette charge. La population libanaise s’appauvrit aussi rapidement.
Voici l’aide concrète de Caritas au Liban :

  • 220 familles – près de 1100 personnes – en profonde détresse reçoivent entre 200 et 300 dollars de paiements en espèces pendant trois à six mois. Elles peuvent ainsi parer au plus pressé suite à un décès, un accident ou une séparation.
  • Caritas participe au financement des opérations quand il s’agit de sauver des vies et de permettre à des gens de reprendre le travail et de nourrir leurs familles. Elle assure ainsi la survie de 220 familles.
  • Au moyen d’un modèle didactique adapté aux enfants, Caritas forme des enseignants, afin de favoriser les conditions d’apprentissage de près de 1400 enfants. Pour qu’un maximum d’élèves en profitent, le modèle est officiellement ancré dans le système scolaire.
  • Avec une installation de vente de pommes de terre et des formations continues dans le domaine agricole, Caritas aide près de 650 familles de paysans à améliorer le rendement de leurs récoltes et à accroître leurs revenus.

Par ailleurs, dans le cadre de son aide étendue dans le contexte de la crise syrienne, Caritas soutient les réfugiés syriens en Jordanie et les personnes restées en Syrie.

 
 
 

Votre don

Alimentation
Avec 45 francs, vous aidez une famille de cinq personnes à acheter de la nourriture pour une semaine.

Logement
Avec 90 francs, vous aidez une famille d’un camp de réfugiés à payer son loyer.

Santé
Avec 120 francs, vous aidez une famille de réfugiés à chauffer son logement pendant deux mois.

 
 

Plus d'informations

 

Les Portraits