Navigation mit Access Keys

 
Le Conseil des États dit oui au renforcement des aides à l’accueil extra-familial pour enfants

Une réduction du risque de pauvreté des enfants

Le Conseil des États a approuvé aujourd’hui le renforcement des aides financières à l’accueil extra-familial pour enfants. C’est une importante contribution à la réduction du risque de pauvreté des enfants. Car en Suisse, près d’un quart de million d’enfants sont actuellement en situation de pauvreté ou risquent de l’être.

 

Les aides financières supplémentaires sont prévues pour le relèvement des subventions cantonales et communales à l’accueil extra-familial pour enfants et pour des projets contribuant à mieux adapter les offres d’accueil extra-familial aux besoins des parents. La Confédération veut mettre 100 millions de francs à disposition dans ce but au cours des cinq prochaines années.

Le renforcement des aides financières contribue à la mise en place d’une offre adaptée aux besoins. Les incitations financières de la Confédération ont certes abouti à une croissance réjouissante de l’offre d’accueil extra-familial pour enfants. Mais les parents employés dans les secteurs à bas salaires sont précisément ceux qui travaillent souvent sur appel ; ils ont des horaires irréguliers, travaillent le soir ou le week-end. Aussi ne peuvent-ils guère utiliser l’offre habituelle, ce qui les empêche de percevoir un revenu suffisant ou leur complique la vie. La mise en place d’une offre adaptée aux besoins est une condition primordiale pour éviter à ces familles de sombrer dans la pauvreté.

Les parents à faible revenu ne peuvent souvent pas s’offrir une solution de garde extra-familiale. En Suisse, ces services coûtent particulièrement cher : les parents paient deux à trois fois plus qu’en Allemagne, en France et en Autriche pour une place d’accueil. L’augmentation des subventions améliore la situation.

La garde extra-familiale n’offre pas seulement une prise en charge, mais aussi une promotion précoce. Des études internationales confirment aujourd’hui sans exception que la promotion précoce est une mesure qui se justifie pour tous les enfants, mais que c’est auprès des enfants socialement défavorisés qu’elle déploie le plus d’effet. Une promotion précoce de bonne qualité permet de compenser des chances de départ inégales encore avant l’entrée à l’école enfantine et d’éviter que la pauvreté se transmette d’une génération à l’autre.

En décidant de renforcer les aides financières à l’accueil extra-familial pour enfants, le Conseil des États émet un signal en faveur d’une politique sociale qui investit dans l’avenir. Cette politique requiert un engagement financier aujourd’hui qui portera ses fruits à l’avenir, car les parents perçoivent ainsi un revenu suffisant grâce à leur activité professionnelle et leurs enfants commencent leur parcours scolaire avec de meilleures chances de réussite. 

 
 

La lutte de Caritas contre la pauvreté: Nos projets

Contenu de replacement