Faim

Toujours plus de personnes souffrent de la faim. Ne détournons pas les yeux !

Une personne sur onze est sous-alimentée. Depuis quelques années, la faim augmente à nouveau dans le monde. La crise du coronavirus aggrave encore la situation et jette des millions de personnes dans la détresse. La Suisse ne doit pas détourner les yeux. Caritas Suisse invite le Parlement et le Département fédéral des affaires étrangères à mettre sur pied un programme d’aide humanitaire supplémentaire pour compléter les mesures d’aide mises en place en Suisse, et de lui allouer 1 milliard de francs. 

 

Ces dernières années, le thème de la faim a disparu des préoccupations de l’opinion publique. Et pourtant, les chiffres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) montrent que le problème est loin d’être résolu : 690 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. Cela représente 8,9 % de la population mondiale. Et 144 millions d’enfants ont faim et subissent les problèmes de santé qui accompagnent la sous-alimentation.

Après des années de recul, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde est à nouveau en hausse depuis 2014. Ce chiffre pourrait encore augmenter ces prochaines années. La persistance de la pauvreté et de l’inégalité dans le monde et les problèmes structurels du système agricole et alimentaire mondial sont parmi les causes de cette situation. Le changement climatique détruit une grande partie de ce que les habitants des pays les plus pauvres ont laborieusement construit et les prive de sécurité alimentaire. Et leur situation s’est encore aggravée avec la pandémie. Le marché informel des produits agricoles et des services simples ne fonctionne plus, le prix des denrées alimentaires a explosé. Les écoles sont fermées, les enfants pauvres qui prenaient souvent leur seul repas à l’école ne mangent plus. La FAO craint que plus de 130 millions de personnes supplémentaires ne connaissent une crise alimentaire aiguë. L’objectif que la communauté internationale s’est fixé — un monde libéré de la faim — dans le cadre de l’Agenda 2030, s’éloigne de plus en plus.

Un paquet d’aide spécialement contre la faim dans le monde

Face à cette évolution dramatique, la Suisse est appelée à agir. La lutte contre les effets du Covid-19 a été une priorité ces derniers mois pour le gouvernement suisse. « Le Conseil fédéral a montré qu’il accordait la priorité à la lutte contre le Covid. Il a engagé une enveloppe de 30 milliards de francs pour venir en aide aux personnes touchées et a ainsi montré qu’il prenait courageusement position pour relever les défis qui se posent en Suisse. Cela crée sans doute la confiance nécessaire pour qu’il s’engage également auprès des populations des pays du Sud. Caritas part du principe qu’un tel programme d’aide humanitaire bénéficierait d’un large soutien dans la population suisse. » Caritas demande donc au DFAE de soumettre au Parlement un paquet d’aide humanitaire d’un montant de un milliard de francs. « Un grand nombre d’États du Sud n’ont pas les moyens de faire face sans aide à la crise humanitaire », explique encore Hugo Fasel. Il invite également la Suisse à élaborer une stratégie de coopération avec l’Afrique et à revoir sa politique agricole pour qu’elle soit équitable.

Caritas Suisse met en place ses propres projets pour lutter contre la faim. Les pays d’Afrique subsaharienne bénéficient d’une attention particulière dans ce contexte. Par exemple, au Mali, au Tchad, en Éthiopie et en Ouganda, Caritas Suisse encourage la production agricole des petits paysans, et elle fait également en sorte que ces petits paysans aient accès aux marchés locaux et génèrent ainsi des sources de revenus.

 
 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS