Navigation mit Access Keys

 

Politique climatique pour les plus pauvres

Dans le cadre de la conférence de l’ONU sur le climat qui se tient à Marrakech, Caritas appelle les gouvernements à promouvoir la mise en œuvre de l’accord de Paris. Il faut défendre en particulier les intérêts des communautés les plus vulnérables qui souffrent déjà des conséquences du changement climatique.

 

La conférence COP 22 sur le climat s’est ouverte le 7 novembre à Marrakech et se poursuit jusqu’au 18 novembre. La mise en œuvre de l’accord de Paris en est le thème central . L’accord de Paris est entré en vigueur le 4 novembre 2016 , 30 jours après sa ratification par 55 États responsables ensemble d’au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre.

Selon Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse, quelques pays doivent encore ratifier l’accord, cela même alors que les plus vulnérables partout dans le monde, surtout les femmes et les enfants, sont déjà confrontés aux catastrophes naturelles, à de mauvaises récoltes et à la perte de leurs moyens de subsistance. « Les personnes marginalisées et vivant dans une pauvreté extrême sont plus que les autres fortement touchées par le changement climatique et les catastrophes naturelles, souligne Hugo Fasel. Les pays développés, et la Suisse également, ont un devoir moral de les aider en renforçant leur capacités par des moyens financiers et technologiques. »

Le réseau international de Caritas appelle les représentants des gouvernements des pays développés qui participent à la COP 22 à développer le plan financier pour la protection du climat de manière plus réaliste. Lors de la phase préparatoire de la conférence, les pays développés ont présenté un plan financier de 100 milliards de dollars. Caritas estime qu’il faut bien examiner comment ces moyens financiers seront attribués, suivis et comptabilisés. Par ailleurs, les pays développés présents à la COP 22 doivent envisager bien plus de moyens pour poursuivre les mesures d’adaptation dans toutes les parties du monde où le changement climatique a déjà touché les plus pauvres.

Pour une mise en œuvre rapide de l’accord sur le climat, Caritas recommande par ailleurs de se pencher sur le thème des droits de l’homme, au-delà de la COP 22. Les États signataires ont besoin de soutien pour que le respect et la protection des droits de l’homme soient garantis dans leur politique climatique nationale. L’œuvre d’entraide demande à la COP 22 de conclure des accords spécifiques sur les pays africains particulièrement menacés, sur les pertes et dommages subis en conséquence du changement climatique et sur la situation des petits paysans.

Contenu de replacement

 
 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS