Navigation mit Access Keys

 
Reconstruction au Népal

Les enfants népalais retrouvent une certaine normalité

Au Népal, après le séisme, la reconstruction des écoles avance. À Palchok, on vient de terminer un nouveau bâtiment scolaire. Une délégation de Caritas et de la Chaîne du Bonheur s’est rendue le 23 février dans ce village de montagne situé à l’est de Katmandou pour inaugurer et transmettre l’école à la commune. 

 

L’espoir est devenu réalité, a dit Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse, aux enfants népalais qui ont approuvé en hochant la tête. Voilà deux ans à peine, après le tremblement de terre le plus violent ayant frappé le pays depuis 1934, ce village de montagne du district de Sindhupalchok ressemblait à une scène de guerre. L’école était un amas de ruines. Personne n’osait croire qu’en si peu de temps, on pourrait construire une nouvelle école et qu’une délégation de Caritas Suisse et de la Chaîne du Bonheur pourrait l’inaugurer en février 2017 déjà et la transmettre aux autorités locales.

Des espaces d’apprentissage provisoires

Le séisme du printemps 2015 a particulièrement touché le district de Sindhupalchok : 95 % des maisons, des routes et des écoles ont été détruites, plus de 3100 salles de classe s’étaient effondrées ou menaçaient de l’être. Les écoles ne fonctionnaient plus. 

Tout de suite après le séisme, Caritas Suisse a érigé 200 salles de classe provisoires sur 40 sites scolaires. À peine un mois après la catastrophe, et malgré les dégâts, près de 6500 enfants ont ainsi pu reprendre leur scolarité. Mais pour les enseignants et pour les élèves, ce n’était pas une sinécure que de donner et suivre les cours dans des cabanes de tôle, de bois et de bambou, en butte aux vents, à la poussière, au froid de l’hiver et aux chaleurs de l’été, ainsi qu’aux odeurs désagréables qui passaient facilement les parois trop légères. Tout cela rendait l’apprentissage particulièrement difficile.

Prêts à être investis

Maintenant, neuf mois après le début des travaux, les salles de classe temporaires ont disparu. À leur place, le nouveau bâtiment scolaire, construit pour résister aux séismes, domine le village. Caritas Suisse, avec le soutien de la Chaîne du Bonheur, a construit ici un bâtiment de quatre salles de classe, et assaini deux autres bâtiments de deux salles de classe chacun. Tony Burgener, directeur de la Chaîne du Bonheur, est content du 
résultat : c’est une bonne chose que l’école ait été finie dans un temps si court. C’est un bon exemple de l’aide que nous pouvons apporter.

Peu de choses rappellent les ruines d’antan. Les salles de classe sont plus claires et mieux meublées qu’auparavant. Elles forment la base d’un enseignement adapté aux enfants et de bonne qualité. Pour que le plus grand nombre possible d’enfants aient la chance d’être scolarisés et pour éviter que trop d’enfants abandonnent l’école, les partenaires sur place de Caritas mènent des campagnes pour convaincre les parents de l’importance de l’école pour l’avenir de leurs enfants.

Nouveaux standards

Les plans de l’école ont mis l’accent sur l’eau potable, les installations sanitaires et l’hygiène. Helvetas Népal a construit des toilettes séparées pour les filles et les garçons, et à côté du bâtiment, une arrivée d’eau fournit de l’eau potable. Les enfants apprennent en cours les comportements adéquats avec l’eau et les principes de base d’hygiène.  

L’école est aussi le lieu qui offrira protection puisque la construction est résistante aux séismes et les enfants apprennent les comportements à adopter en cas de catastrophe.

Un exemple

Avec cette transmission de l’école aux autorités, le village de Palchok retrouve une certaine normalité. L’école est l’un des cinq projets pilotes que Caritas a prévus en collaboration avec le ministère de l’Éducation, les autorités locales, les enseignants et les parents. Ces projets pilotes servent de modèles pour les 31 bâtiments scolaires du district de Sindhupalchok que Caritas va construire d’ici 2018. L’espoir dont Hugo Fasel a parlé dans son discours d’inauguration va s’exprimer concrètement dans d’autres lieux éprouvés par le tremblement de terre.

 

L'inauguration de l'école à Palchok en images

 

Le projet

 


Caritas Suisse vous remercie pour tout don versé sur le compte 60-7000-4, mention «Népal».

Faire un don

Contenu de replacement