Almanach social 2019 : Caritas fait le bilan en cette fin d’année

La pauvreté ne diminue pas en Suisse

Alors que l’économie en Suisse se porte à merveille, on n’arrive pas à réduire un tant soit peu la pauvreté. C’est le constat que Caritas Suisse tire dans son Almanach social qui paraît en cette fin d’année. La statistique de l’aide sociale publiée aujourd’hui confirme ce constat : la proportion de bénéficiaires de l’aide sociale reste constante et le nombre de cas augmente. L’Almanach social se penche – en français également dès cette année – sur les conséquences sociales de la nu-mérisation.

 

Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique (OFS) montrent que le nombre de personnes recourant à l’aide sociale n’a cessé d’augmenter depuis 2010. Le nombre de cas était de 278 345 en 2017. C’est 5000 personnes de plus qu’en 2016. Ce sont les enfants et les adolescents qui courent le plus grand risque de tomber à l’aide sociale. Et le risque des personnes âgées de 50 à 64 ans a augmenté bien plus que la moyenne. Ce groupe d’âge compte un grand nombre de per-sonnes qui n’arrivent pas à répondre aux exigences de la société et se retrouvent à l’aide sociale de manière permanente. 

Réduire la pauvreté de moitié, c’était l’objectif

Pour Caritas Suisse, ces résultats de la statistique de l’aide sociale sont très préoccupants. Ils confirment la tendance qu’observe aussi le nouvel Almanach social 2019 de Caritas Suisse. Alors que l’économie se porte bien et que les projections de la croissance sont favorables, on constate l’an passé une nouvelle augmentation de la pauvreté. 615 000 personnes sont pauvres en Suisse, et 600 000 autres vivent dans des conditions précaires et risquent de tomber dans la pauvreté. En signant l’Agenda 2030, la Suisse s’est engagée à réduire de moitié la pauvreté dans le pays — une exigence que Caritas Suisse a également formulée depuis un certain temps. 

L’inquiétante désertion de la Confédération

Mais « les statistiques montrent que la Suisse ne parvient pas actuellement à réduire un tant soit peu la pauvreté, sans parler de la réduire de moitié », écrit Bettina Fredrich dans son rapport sur le développement économique et social en Suisse. Il est donc d’autant plus inquiétant que la Confédération ait décidé cette année de ne pas poursuivre le Programme national de lutte contre la pauvreté et d’abandonner de facto la responsabilité de la politique de lutte contre la pauvreté aux cantons et aux communes.

Des conditions de travail plus précaires — notamment à cause de la numérisation

La précarité des conditions d’emploi augmente nettement. De plus en plus de personnes ne peuvent plus gagner leur vie par leurs propres moyens. La situation économique favorable que connaît la Suisse ne bénéficie pas à tout le monde. En 2017, 8 % de la population vivait dans des conditions d’emploi temporaire, contre seulement 6,7 % en 2010. Le sous-emploi et l’emploi multiple ont également augmenté.

La numérisation doit être accompagnée socialement

Caritas Suisse traite dans son Almanach social 2019 du thème de la numérisation (« La numérisation - et l’individu dans tout ça ? ») et se penche sur l’une des causes principales de cette évolution : les conséquences sociales de la transformation numérique. En choisissant ce thème, Caritas souligne que, d’un point de vue sociopolitique, la numérisation ne doit pas être simplement comprise comme une loi de la nature, mais qu’il faut la façonner et la gérer. Cela implique notamment qu’à l’ère de la numérisation, l’on applique de manière cohérente les lois existantes en matière de protection des travailleurs et de sécurité sociale. 

 
 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS