Navigation mit Access Keys

 

Journée internationale des droits des femmes

Ces dernières décennies, la lutte contre la pauvreté et pour l'accès à l'éducation a vu quelques avancées dans le monde. Mais le bilan est très modeste en ce qui concerne l'égalité des chances pour les femmes et les filles. Dans ses projets, Caritas Suisse s'engage particulièrement pour les femmes et les filles et la mise en oeuvre de leurs droits. Le 8 mars est la Journée internationale des droits des femmes.

 

Selon la Déclaration universelle des droits de l’homme, article 2, « chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment […] de sexe […] ». Cela signifie que les femmes et les hommes, les jeunes hommes et les jeunes filles devraient jouir des mêmes droits garantis. La réalité est bien différente. Partout dans le monde, les femmes et les jeunes filles sont défavorisées à cause de leur sexe et soumises à des violations massives de leurs droits.

Les femmes et les jeunes filles font l’objet d’un trafic organisé d’êtres humains qui ne cesse de prospérer et sont forcées à la prostitution ou au travail dans des conditions indignes. Selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), en Inde seulement, plus de quatorze millions de personnes sont victimes du trafic d’êtres humains, et plus de la moitié sont des femmes.

Concernant l’éducation, les jeunes filles sont très défavorisées. Selon l’ONU, 62 millions de jeunes filles d’âge scolaire n’ont pas accès à l’école et environ deux tiers des 781 millions d’analphabètes dans le monde sont des femmes (Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous, UNESCO 2014). Très souvent, les femmes n’ont pas la formation professionnelle ni la reconnaissance de leurs droits qui leur permettrait d’avoir une source de revenus et d’acquérir ainsi leur indépendance.

Dans beaucoup de ses projets, Caritas Suisse met un accent particulier sur la protection, l’éducation, l’encouragement et le traitement équitable des femmes et des jeunes filles. Dans la crise des réfugiés qui se déroule actuellement, l’œuvre d’entraide offre une protection particulière aux mères et à leurs enfants et aux femmes qui voyagent seules. Elle s’engage également pour l’application des droits des employées de maison en Inde, l’éducation scolaire des jeunes filles au Soudan du Sud, la création de possibilités d’acquérir un revenu pour les femmes du Tadjikistan ou encore la prévention des mutilations génitales féminines en Suisse.

Le 8 mars, c’est la Journée internationale des droits des femmes !

Contenu de replacement