Navigation mit Access Keys

 
Journée internationale de l’alphabétisation 2017

Formation pour les jeunes en détresse

La formation, c’est l’avenir. C’est ce que rappelle la Journée internationale de l’alphabétisation qui a lieu chaque année le 8 septembre. Dans les situations de détresse lors de crises ou de catastrophes, une bonne formation manque souvent, alors qu’elle serait justement particulièrement importante dans ces moments-là. Caritas Suisse s’engage pour que le plus grand nombre possible d’enfants et d’adolescents en détresse reçoivent une formation scolaire adaptée et de qualité.

 

Les crises et les catastrophes sont les principaux obstacles à la formation pour les enfants et les adolescents. La moitié des enfants qui ne vont pas à l’école dans le monde (39 millions) vivent dans des pays fragiles et touchés par des conflits. Soit le système scolaire est totalement anéanti dans un État fragile, soit les enfants en fuite ne peuvent pas être scolarisés, soit encore les infrastructures scolaires ont été détruites par une catastrophe naturelle. Les enfants ne bénéficient alors pas des perspectives qu’offre une formation, alors que justement ils en auraient un urgent besoin. La formation scolaire n’est pas seulement importante pour acquérir des connaissances. Elle offre également une structure et renforce la confiance en soi d’un enfant.

Caritas Suisse s’engage dans ses projets pour une formation sûre, adaptée à l’âge et aux besoins de tous les enfants et jeunes en situation de détresse. Voici trois exemples:

 

Liban : formation scolaire pour enfants réfugiés

Caritas crée dans des situations de détresse un environnement sûr et stimulant qui permet aux enfants de développer leur potentiel. La qualité de l’enseignement baisse au Liban, avant tout parce que les écoles publiques doivent intégrer plus de 450 000 enfants réfugiés. Caritas Suisse aide les enfants au Liban en soutenant en particulier les enseignants : elle développe les capacités didactiques et pédagogiques des enseignants et travaille avec le Ministère libanais de l’éducation à un nouveau concept de formation continue et d’encadrement des enseignants dans les écoles publiques. 

 

Gaza : dépasser les traumatismes pour pouvoir bien apprendre

De nombreux enfants sont exposés à des situations et des expériences traumatisantes : des catastrophes, des guerres, la violence, la mort subite d’un parent, l’éloignement d’un environnement familier. Ces enfants ont souvent des difficultés d’apprentissage. Caritas a développé, avec Essence of learning, son propre modèle de formation dans des situations de détresse qui lie appui pédagogique et soutien psychosocial. Les enfants peuvent ainsi rattraper leur retard de développement, déjà avant d’entrer à l’école. À Gaza, Caritas renforce ainsi la capacité d’apprentissage, la motivation pour apprendre et la force de résistance d’enfants qui souffrent de stress et de traumatismes. 

 

Népal : écoles sûres après le tremblement de terre

Lorsque les infrastructures ont été détruites, Caritas s’efforce de permettre aussi rapidement que possible un enseignement scolaire régulier et de qualité. Au Népal, elle reconstruit après le violent séisme 31 écoles antisismiques. Elle aide les autorités locales à développer des plans pour l’entretien des bâtiments et forme les enseignants en leur transmettant des méthodes pédagogiques modernes et adaptées aux enfants. Caritas mène par ailleurs une campagne pour promouvoir l’importance de l’éducation. Caritas s’occupe de familles particulièrement pauvres comme celle de Krishna Bishal, dont les enfants ne vont pas à l’école. Elle se rend au domicile de ces familles pour permettre aux enfants de suivre un enseignement scolaire régulier.

 

Nos domaines de travail

 

Contenu de replacement