Navigation mit Access Keys

 

Journée internationale contre les mutilations génitales féminines

On estime à près de 15 000 le nombre de femmes et de filles concernées en Suisse par les mutilations génitales ou menacées d'excision. Pour attirer l'attention sur ce sujet, TERRE DES FEMMES Suisse et Caritas Suisse organisent, avec le soutien d'Amnesty International Suisse, une manifestation sur la place de la gare de Berne demain samedi, à l'occasion de la " Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines ".

 

Dans le monde, plus de 125 millions de femmes vivent actuellement avec les conséquences de mutilations génitales. En Suisse, on dénombre 15 000 femmes et filles concernées par cette pratique ou menacées d’excision. Beaucoup ont besoin de protection et du soutien de spécialistes. Le Conseil fédéral a décidé l’automne dernier de financer un réseau contre les mutilations génitales féminines en Suisse. C’est un pas important qui mérite d’être salué. Mais il n’y a toujours pas de stratégie nationale, ni de programmes cantonaux contre les mutilations génitales. Des outils pourtant indispensables pour pouvoir faire disparaître durablement cette pratique de Suisse.

Manque de connaissances dans les institutions et chez les spécialistes

Les mutilations génitales féminines sont une forme de violence domestique et d’abus commis sur des enfants. Elles sont mondialement reconnues comme une violation des droits humains, interdites par la loi en Suisse et dans beaucoup d’autres États et considérées ici comme un délit poursuivi d’office. Les mutilations génitales féminines sont certes reconnues comme motif de fuite, mais dans la pratique, cette réglementation s’applique rarement. Les autorités confrontées à des femmes et à des filles concernées ou menacées par cette atteinte à leur intégrité n’ont souvent pas les connaissances spécifiques nécessaires. Il s’agit de dispenser une formation ciblée aux professionnels de la santé, de l’asile, de l’intégration, de l’accueil des enfants, de l’instruction et de la protection des enfants. C’est le seul moyen de garantir que les intéressées obtiennent l’aide dont elles ont impérativement besoin.

À elle seule, une interdiction ne protège pas les filles ; il faut des mesures de prévention dans les communautés. Pour ce travail, Caritas Suisse engage des migrantes et des migrants. Avec beaucoup de patience et de respect pour les traditions, ceux-ci instaurent auprès des mères, pères, filles et garçons la base de confiance nécessaire pour un dialogue sur la culture, les traditions, les droits humains et les conséquences dramatiques des mutilations génitales féminines.

TERRE DES FEMMES Suisse et Caritas Suisse s’engagent ensemble depuis longtemps contre les mutilations génitales féminines en Suisse. Elles offrent soutien et conseil aux femmes concernées, informent les spécialistes, effectuent un travail de prévention dans les communautés, proposent des formations continues et des séances d’information et s’impliquent sur le plan politique à l’échelle internationale, nationale et cantonale.

Elles appellent à une manifestation contre les mutilations génitales féminines sur la place de la gare à Berne, le 6 février de 17h30 à 18h30.

Programme :

  • accueil
  • illumination de bougies, avec la chanteuse Fatoumata Dembélé
  • exposés de deux femmes qui s’engagent dans leurs communautés contre les mutilations génitales féminines

Contenu de replacement