Navigation mit Access Keys

 

Idomeni : il faut respecter les droits de l’homme

Mardi 24 mai, les autorités grecques ont commencé l’évacuation du camp non officiel de migrants d’Idomeni au nord du pays. Caritas Suisse rappelle l’importance du respect des droits de l’homme afin de protéger les migrants, en particulier les familles, les enfants et les personnes fragilisées.

 

Les forces de l’ordre grecques ont investi et encerclé le camp d’Idomeni, situé à la frontière avec l’Ancienne république yougoslave de Macédoine, avant l’aube ce mardi 24 mai 2016. Selon les estimations, quelques 8'000 migrants vivent encore dans ce camp non officiel. Les conditions de vie y étaient très difficiles, mais beaucoup ne voulaient pas le quitter car il représentait une sorte d’espoir. Malgré la fermeture de la route des Balkans, les migrants croyaient en leur chance de pouvoir traverser la frontière en direction de l’Europe centrale.

Caritas Suisse salue les efforts des autorités grecques pour offrir les meilleures conditions de vie possibles aux migrants. Ces autorités affirment à présent que les camps officiels offrent suffisamment de places avec de meilleures conditions d’hébergement. Certaines ONG ont exprimé des craintes à cet égard. Durant les premières heures de l’évacuation, il semble que les forces de l’ordre n’ont pas fait usage de la force pour contraindre les migrants à embarquer dans des autocars à destinations de camps situés plus au sud.

Caritas Suisse rappelle l’importance du respect des critères fixés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) en cas de transferts vers de nouveaux camps : les migrants doivent être informés à l’avance des conditions qui prévalent dans le nouveau site ; le transfert doit être volontaire ; les migrants doivent conserver la liberté de se déplacer ; les services de base doivent être disponibles et les familles doivent rester ensemble. Il en va des droits de migrants et de familles de migrants qui ont fui depuis des mois la guerre et les persécutions.

L’aide d’urgence de Caritas sur place

Caritas Suisse soutient les actions d’aide d’urgence de Caritas Grèce à Idomeni. L’installation de toilettes et la distribution de repas chauds en font partie. Ces actions ont été arrêtées hier à Idomeni car l’accès au camp est refusé aux ONG. Caritas Grèce, avec l’appui de la Suisse, offrira cette assistance également dans d’autres camps. À Athènes et plus tard dans la région de Thessalonique, Caritas Grèce prévoit de loger sous peu quelque 200 migrants particulièrement fragilisés (femmes enceintes, familles avec enfants en bas âge, personnes malades ou âgées). À la mi-juin, Caritas ouvrira un centre social pour les migrants à Athènes.

 

Contenu de replacement