L’appel de Caritas trouve un large écho

Des interventions parlementaires demandent un soutien aux personnes touchées par la pauvreté

L’appel de Caritas à apporter un soutien ciblé aux personnes en situation de pauvreté et aux classes moyennes dans la crise du coronavirus a trouvé un large écho. Plusieurs interventions parlementaires introduisent dans les débats du Parlement des mesures centrales pour soutenir les personnes les plus vulnérables de la société.

 

Caritas Suisse appelle le Conseil fédéral et le Parlement à mettre en place un programme de soutien des personnes et ménages à faible revenu. Ces personnes doivent toucher un paiement direct unique de 1000 francs qui leur permettra de surmonter les goulets d’étranglement financiers. Les autres mesures préconisées par Caritas sont les places de crèches gratuites pour les familles à faible revenu, une augmentation de 50 %, par la Confédération et les cantons, des subsides aux primes d’assurance-maladie, et des indemnités de chômage partiel s’élevant au 100 % du salaire pour les faibles revenus.

Le Parlement a entendu cet appel de Caritas. Plusieurs interventions invitent le Conseil fédéral à apporter un soutien ciblé aux personnes les plus touchées par la crise. Élisabeth Baume-Schneider, conseillère aux États (PS/Jura et vice-présidente de la CSIAS, la Conférence suisse des institutions d'action sociale) et Benjamin Roduit, conseiller national (PDC/Valais et président de l'Association romande et tessinoise des institutions d'action sociale), ont tous deux soumis des motions demandant un soutien aux personnes sans statut légal. Ada Marra, conseillère nationale (PS/Vaud), ancienne membre du Présidium de Caritas, a déposé une interpellation pour que la Confédération et les cantons mettent en place un compte pour l'aide aux sans-papiers, "travailleurs parmi les plus touchés". La même Ada Marra fait partie de la majorité de la Commission des institutions politiques du Conseil national qui a écrit une lettre au Conseil fédéral pour qu'il adresse des directives aux cantons leur demandant de ne pas prétériter les étrangers par rapport à leur titre de séjour ou à la naturalisation s'ils doivent recourir à l'aide sociale durant la crise du coronavirus.

Maya Graf (Bâle-Campagne), conseillère aux États, et Katharina Prelicz-Huber (Zurich), conseillère nationale, toutes deux du groupe des Verts, ainsi que Cédric Wermuth, conseiller national (PS/Argovie), proposent que l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail s’élève à 100 % du salaire mensuel des personnes qui touchent moins de 4000 francs par mois. Cédric Wermuth dépose également devant le Conseil national une motion demandant un paiement direct de 1000 francs pour les ménages à faible revenu. Une autre motion, de Marina Carobbio, conseillère aux États (PS/Tessin), réunit ces deux propositions.

Caritas est très heureuse de constater que la nécessité d’un soutien aux personnes vulnérables et touchées par la pauvreté ait trouvé un écho favorable au sein de la politique fédérale. Les mesures prises jusqu’ici par le Conseil fédéral et le Parlement en effet ne répondent pas suffisamment aux besoins des plus vulnérables de notre société.

 
 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS