Navigation mit Access Keys

 

Almanach Politique du développement 2017/18 : Protection du climat et lutte contre la pauvreté

La mise en œuvre de la protection du climat dans le sens voulu par l’Accord de Paris prend du retard en Suisse. Cet état de fait engendre des conséquences graves pour la Suisse, mais aussi pour les pays en développement. En effet, le changement climatique continue, réduisant à néant les efforts faits pour lutter contre la pauvreté : c’est en tout cas le constat du troisième volume de la série des Almanachs Politique du développement de Caritas Suisse.

 

La protection climatique et l’évolution permettant de passer à une technologie propre résultent d’une même nécessité globale : selon le « Global Humanitarian Forum », le changement climatique et le réchauffement de 1° Celsius jusqu’en 2009 ont déjà coûté dans le monde, chaque année, 300 000 vies, 300 millions de personnes déplacées ou ayant tout perdu et 125 milliards de dollars de pertes économiques ; une somme plus importante que toute l’aide au développement mobilisée dans le monde entier chaque année. Si la communauté internationale n’agit pas, les dégâts vont se multiplier.

Aujourd’hui déjà, les sécheresses qui provoquent la famine en Afrique de l’Est poussent à la fuite des centaines de milliers de personnes. Les conflits violents autour des ressources comme l’eau, la terre et d’autres ressources de base pour l’existence font rage un peu partout dans le monde. Et permettent de réaliser que protection du climat et lutte contre la pauvreté sont étroitement liées.

Pourtant, avec la mise en œuvre de l’Accord de Paris, on menace de diviser ces deux domaines d’action et même de les faire jouer l’un contre l’autre. La sortie des États-Unis de l’accord sur le climat à peine un an après son approbation n’est pas le seul problème. Il y a aussi les calculs d’apothicaire que l’on fait concernant le coût de la protection climatique et la manière de jouer l’un contre l’autre les budgets de la protection du climat et de la lutte contre la pauvreté. C’est ce que fait le Conseil fédéral lorsqu’il propose un financement annuel de 450 à 600 millions de francs seulement pour la protection du climat, une somme largement en dessous de celle que la Suisse devrait payer pour respecter ses engagements internationaux (un milliard de francs par an) et pour atteindre les 100 milliards de dollars annuels nécessaires à son financement dans les pays en développement. En outre, la provenance de ces fonds pose problème. Au lieu de chercher des fonds additionnels, on va puiser tout ou partie de cette somme dans le budget de la coopération au développement.

Protection du climat et lutte contre la pauvreté sont liées
L’Almanach Politique du développement 2017/18 qui vient de paraître est le troisième volume de la série des Almanachs Politique du développement de Caritas Suisse. L’ouvrage, titré « Protection du climat et lutte contre la pauvreté », réunit faits, analyses, critiques et réflexions de différents spécialistes, analystes et praticiens de la coopération au développement et de partenaires de l’économie privée et du monde scientifique, des pays du Nord et du Sud. Sous différents angles, ces spécialistes se penchent sur la question de savoir comment et dans quelle proportion la politique climatique et la lutte contre la pauvreté se recoupent et se complètent. L’ouvrage apporte un éclairage particulier, par le biais d’une analyse détaillée et commentée, sur la politique climatique actuelle de la Suisse.

Contenu de replacement

 
 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS