Aide aux réfugiés de Syrie

Aide aux réfugiés de Syrie

Plus de onze millions de Syriens sont en fuite, dont la moitié sont des enfants. Caritas Suisse assure depuis 2012 une aide d’urgence et un soutien à long terme pour un montant de 18 millions de francs en Jordanie, en Syrie, au Liban et au nord de l'Irak.

Faire un don ici

Oui, je voudrais soutenir ce projet et faire un don

World map + -

Les enfants à l’école

Des millions d’enfants dans le monde sont trop pauvres pour aller à l’école. Pour les jeunes, l’instruction est pourtant le meilleur moyen d’échapper à la pauvreté. Rendez le monde un peu plus juste. Avec un franc par jour seulement, vous pouvez envoyer des enfants à l’école.

Le meilleur chemin pour sortir de la pauvreté est celui de l’école. Une formation solide et pratique permet de se construire une existence assurée une fois adulte. Elle renforce la confiance en soi et l’aptitude à se faire entendre. À l’école, les enfants apprennent à croire en eux-mêmes et en leurs compétences. C’est le meilleur moyen pour les rendre autonomes par la suite. Le parrainage de Caritas «Les enfants à l’école» permet aux enfants pauvres d’aller à l’école et aux jeunes de suivre une formation professionnelle.


 

Grâce à nos marraines et parrains, 2560 enfants éthiopiens peuvent fréquenter l'école+-

Dans les campagnes d’Éthiopie, beaucoup d’enfants ne peuvent pas aller à l’école. Leur travail est nécessaire, leur école est trop éloignée, leur famille est trop pauvre. Grâce à Caritas, chaque année, 2560 enfants fréquentent l’école. On privilégie surtout la scolarisation des filles, car le développement du pays dépend beaucoup d’elles. Dans des «girls clubs», elles discutent des thèmes les concernant. Cela favorise l’égalité des chances et c’est une mesure importante dans la lutte contre le mariage forcé des enfants. le projet


 

Vous soutenez ces autres projets en contractant un parrainage «Enfants à l'école»+-

Bangladesh: les petits entrepreneurs

Le projet „Papillon“ (Projaboti) soutenu par Caritas offre aux enfants des plus pauvres des structures d’accueil et de promotion précoce à Mymensingh. Il s’agit d’offrir de meilleures conditions pour permettre une formation. C’est un chemin à long terme pour sortir de la pauvreté. le projet


 

Bosnie-Herzégovine : des enfants roms intégrés à l’école

La discrimination quotidienne et le manque d’intégration, notamment dans le système scolaire, ont fait des Roms le groupe de population le plus pauvre et le plus défavorisé de Bosnie-Herzégovine. À l’aide de classes spéciales et à travers la formation continue d’enseignants, le projet intègre des enfants roms à l’école primaire. Des travailleurs sociaux accompagnent les parents et, dans le canton de Sarajevo, de jeunes Roms sont désormais préparés à entrer à l’école professionnelle. Des enfants non roms de familles socialement défavorisées sont aussi intégrés au projet. le projet


 

Haïti: l'avenir est dans l'éducation

En Haïti, la moitié de la population ne sait ni lire, ni écrire. Pour sortir le pays de la pauvreté et des conséquences des catastrophes naturelles, il faut des citoyennes bien formées. Les parrains et les marraines soutiennent l’école de Trou Sable qui propose aux familles les plus pauvres du bidonville des Gonaïves un jardin d’enfants, une école primaire et une école secondaire qui mène jusqu’au baccalauréat. Aux Cayes, Caritas soutient 15 écoles et promeut la formation des enseignants. le projet


 

Nicaragua: ne pas rater l'école

Au Nicaragua, à Posoltega et à San Lucas, Caritas et ses partenaires locaux font en sorte que les enfants qui travaillent puissent aller à l’école. Aucun des projets ne permet de supprimer le travail des enfants, mais ils le réduisent et le rendent moins dangereux. le projet


 

Ouganda : un avenir pour les jeunes mères et leurs enfants

En Ouganda, les femmes et les filles sont souvent victimes de violence et d’exploitation sexuelles. Les filles en particulier sont astreintes à la prostitution, ainsi qu’au travail et au mariage dès leur plus jeune âge, et deviennent mères avant d’avoir atteint leur majorité. Le « Christian Counselling Fellowship » (CCF) permet aux jeunes mères d’avoir accès à une formation scolaire et professionnelle, tout en confiant leurs enfants à une crèche. Les perspectives d’avenir des mères et des enfants s’en trouvent améliorées. Des mesures de sensibilisation et d’information auprès des parents des filles et de la population en général visent à les protéger des abus. le projet

 

 


 

 

Le Prix Caritas 2010 pour l'humanité a été décerné à Lucerne à Soeur Vicenzina Dallai et au Père Gérard Dorméville. Le Conseiller fédéral Didier Burkhalter a rendu hommage à l'engagement des lauréats en faveur de la formation des enfants socialement défavorisés et des jeunes à Gonaïves.