Interview sur le document « Une alimentation équitable et respectueuse du climat »

 

Pourquoi Caritas Suisse publie-t-elle la prise de position « Une alimentation équitable et respectueuse du climat », qui traite de l’agriculture et de la manière dont nous nous nourrissons dans le monde ?

Pour trois raisons :

  • Après des années de recul, la faim dans le monde augmente à nouveau depuis six ans. En cause, notamment les conflits violents et, de plus en plus, les conséquences du changement climatique. À cela s’ajoute une crise sanitaire et économique mondiale qui touche particulièrement durement les pays du Sud. En 2015, la communauté internationale et la Suisse se sont engagées, en signant l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable, à œuvrer pour éradiquer la faim dans le monde d’ici 2030. Il faut donner un sérieux coup de collier pour y arriver vraiment.
  • Le modèle agraire et alimentaire qui prévaut actuellement est incapable de nourrir suffisamment et sainement toute la population du monde. Et non seulement il en est incapable, mais en plus il occasionne d’immenses dommages à l’environnement et des violations des droits de l’homme, tout en contribuant significativement au réchauffement de la planète. Il faut de toute urgence induire des changements profonds et durables dans les pratiques agricoles et le système alimentaire mondial ; c’est la condition sine qua non pour respecter l’accord de Paris sur le climat et protéger l’humanité d’un effondrement climatique.
  • Enfin, la sécurité alimentaire dans les pays pauvres est l’un des thèmes centraux de Caritas Suisse. C’est pourquoi nous avons voulu contribuer au premier Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui s’est tenu à New York en septembre 2021, en prenant position dans ce domaine de la politique de développement. Caritas s’engage pour une agriculture et un mode d’alimentation équitables, capables de faire face aux crises et respectueux du climat.

Cette prise de position invite fermement le Conseil fédéral à promouvoir l’agriculture agroécologique dans la coopération au développement. Pouvez-vous dire en quelques mots de quel type d’agriculture il est question ici ? En quoi ce type d’agriculture est-il plus équitable et nécessaire dans le contexte du changement climatique ?

L’agroécologie peut être considérée comme un contre-modèle à l’agriculture industrielle à grande échelle et au système alimentaire piloté par les multinationales :

  • L’agroécologie vise à garantir que les populations locales peuvent manger des aliments sains, en quantité suffisante. Pour cela, il faut mettre en place un système alimentaire équitable qui tient compte des limites écologiques, des droits humains et des intérêts culturels et économiques de toutes les personnes concernées.
  • L’agroécologie s’appuie sur les connaissances et les cultures traditionnelles et locales et les combine avec les découvertes et les méthodes de la science moderne. Elle combine et intègre également l’agriculture et l’élevage. Cette combinaison garantit une plus grande diversité alimentaire et une meilleure stabilité contre les influences extérieures que sont les catastrophes naturelles ou les chocs économiques. Il s’agit donc de promouvoir un approvisionnement local en aliments sains et abordables grâce à des réseaux de commercialisation régionaux et équitables.
  • Enfin, l’agroécologie est importante dans la lutte contre le changement climatique. Elle produit des gaz à effet de serre moins nocifs contenant moins d’azote et donc moins d’oxyde d’azote. Les systèmes de production agroécologiques renoncent à l’élevage intensif, ce qui réduit les émissions de méthane des ruminants et d’ammoniac des engrais de ferme. Les animaux sont élevés sans aliments industriels responsables d’émissions dues à la déforestation et à la culture intensive.

Caritas Suisse pose des revendications claires à la Confédération en ce qui concerne les pratiques agricoles à appliquer. Comment Caritas met-elle en œuvre ses recommandations dans ses propres projets ?

Dans ses projets agricoles en Asie, en Afrique et en Amérique latine, Caritas Suisse travaille depuis de nombreuses années en collaboration avec la science, la recherche et les organisations partenaires locales sur des approches durables issues de l’agroécologie et de l’agroforesterie. Ces approches aident en particulier les communautés rurales vulnérables à utiliser les ressources disponibles de manière plus respectueuse de l’environnement et du climat. Sur la base d’analyses climatiques approfondies et d’études de marché, on organise des formations aux méthodes de culture agroécologiques durables et des activités visant à améliorer la qualité et la valeur ajoutée des produits et l’accès au marché (par ex. transformation locale du beurre de karité en savons au Tchad). Cela permet non seulement de promouvoir durablement la sécurité alimentaire des bénéficiaires du projet, mais aussi de créer de nouvelles sources de revenus.

Quels sont les changements ou les succès observés dans les projets ?

En Ouganda par exemple, Caritas Suisse a créé l’entreprise sociale Roots of the Nile en collaboration avec une organisation partenaire locale et mis en place une chaîne de valeur pour le moringa. En accord avec la durabilité sociale, écologique et économique, les habitants du village isolé d’Awach produisent et transforment le moringa. Cela permet de créer des emplois et d’améliorer les conditions de vie et la sécurité alimentaire de la population locale. Les projets dans le domaine du climat, de l’agriculture et de l’alimentation apportent une contribution précieuse à plusieurs niveaux : ils encouragent l’autonomie des agricultrices et agriculteurs et leur assurent une meilleure sécurité alimentaire et des revenus plus élevés. Ils soutiennent des structures stables de petits paysans et rendent l’agriculture et l’alimentation plus résistantes aux crises et plus résilientes. Enfin, nos projets contribuent aux efforts mondiaux en matière de réduction des gaz à effet de serre et de protection du climat.

 

Download

  • Une alimentation équitable et respectueuse du climat
    Format de fichier: pdf / 194 Ko
    «Le modèle agricole et alimentaire actuel est non seulement incapable de nourrir tous les individus de manière suffisante et saine, mais il provoque également d’immenses dégâts environnementaux et climatiques. » (Septembre 2021) Download