Projet McPhee : aide entre mamans réfugiées

L’insertion sociale et professionnelle des mamans réfugiées est souvent compliquée, car elles peuvent difficilement faire garder leurs enfants. En même temps, garder des enfants est souvent une première étape d’intégration professionnelle pour d’autres réfugiés. Le Département Fribourg a donc mis sur pied le projet McPhee, qui rassemble cette offre et cette demande.

 

Le Département Fribourg de Caritas Suisse a constaté qu’il est plus facile d’intégrer professionnellement les hommes et les femmes sans enfants que les mères de famille, qui restent très souvent à la maison pour s’occuper des enfants. Le coût élevé de la garde des enfants dans les structures extrafamiliales (sans subvention communale dans le cas des réfugiés statutaires, dépendant des cantons) est un frein à l’intégration professionnelle.

Le nom de ce projet s’est inspiré de l’héroïne de deux films pour enfants « Nanny McPhee ». C’est l’histoire d’une nounou peu conventionnelle, qui vient en aide à un veuf, père de sept enfants, ainsi qu’à une femme dont le mari est parti à la guerre. Cette histoire reflète bien l’esprit du projet.

Tandems

Le projet McPhee veut offrir un service de garde de qualité, rassurant et stimulant pour les enfants confiés. Une formation de base prépare les parents d’accueil McPhee à accueillir des enfants à domicile et de les sensibiliser aux besoins de l’enfant. Pour les participantes, ce cours est un premier pas pour se former dans ce domaine.

Suite au cours, des duos sont formés entre une mère qui a besoin de garde pour ses enfants et un parent McPhee qui a suivi la formation de base et est prêt à garder des enfants à domicile. Une professionnelle de l’éducation assure la coordination et le suivi des placements. Elle accompagne les parents McPhee dans leur tâche au quotidien, tout en stimulant l’intégration dans le réseau social et culturel de la région, en proposant des rencontres et des sorties.

Par ailleurs en octobre 2018, le projet McPhee a connu un nouveau développement avec l’ouverture d’un espace enfants à la Maison de formation et d’intégration (MFI) de Matran qui accueille des familles de réfugiés statutaires. Cette garderie permet aux deux parents, père et mère, de suivre en même temps les cours d’intégration.

Double bénéfice

Le projet McPhee a permis jusqu’ici une intégration sociale et professionnelle à plus 50 dames réfugiées. Non seulement les coûts de garderie sont moins importants, mais cette mesure a surtout facilité l’intégration socio-professionnelle des femmes réfugiées avec enfants : les mamans plaçantes peuvent suivre des cours ou des stages sans inquiétude pour leurs enfants. De leur côté, les mamans McPhee formées jusqu’ici sont valorisées par cette expérience, qui éveille leur désir de faire des stages par la suite. À noter que Caritas Neuchâtel s’est inspirée du modèle de Caritas Suisse et a mis en place également un projet McPhee.

 

Votre don