Tadjikistan

Réduire les risques de catastrophes naturelles grâce à une revalorisation arboricole durable

Le Tadjikistan est le pays le plus pauvre d’Asie centrale. La situation difficile d’une population qui vit en grande partie de l’agriculture et de l’élevage est encore aggravée par le changement climatique : les événements inattendus, comme de fortes pluies survenant en même temps que la fonte des neiges, ou encore des canicules estivales, sont de plus en plus fréquents. Ce projet doit améliorer la situation des habitants en réduisant les risques de catastrophes, en augmentant les surfaces arborées et en établissant des chaînes de valeur.

 

Pays / région
Khatlon, districts de Muminabad, Khovaling et Shamsiddin Shohin


Groupe cible
91 350 habitants (accent mis sur la population féminine)


Budget nécessaire
1 235 966 francs suisses


Durée du projet
Du 01.07.2019 au 30.06.2022


Numéro du projet
P190009


Objectif du projet
Améliorer la situation des habitants en réduisant les risques liés aux catastrophes naturelles, augmenter les surfaces arborées et créer des chaînes de valeur par la promotion économique dans les régions du projet.


Responsable du projet
Martina Weber, tél. : 041 419 24 56, mwebernot shown@caritasto make life hard for spam bots.ch

 
 

De quoi s’agit-il?

La République du Tadjikistan, située en Asie centrale, compte environ 8,6 millions d’habitants sur une superficie de 143 100 km². Le pays a des frontières avec l’Afghanistan au sud, l’Ouzbékistan à l’ouest, le Kirghizistan au nord et la Chine à l’est.

Selon l’Indicateur de Développement Humain 2018, le Tadjikistan, avec son 127e rang sur 189, est considéré comme un pays moyennement développé. Malgré ce classement, c’est le pays le plus pauvre des Républiques d’Asie centrale.

Les causes et les conséquences de la pauvreté sont étroitement liées et forment un cercle vicieux dont les gens, dans la plupart des cas, ne peuvent pas sortir. L’économie, le revenu et la santé dépendent mutuellement les uns des autres.

Et cette situation est encore aggravée par le changement climatique qui se fait désormais nettement sentir. Les fortes précipitations survenant en même temps que la fonte des neiges, l’augmentation des températures pendant les mois secs de l’été exigent des mesures supplémentaires pour réduire les risques de catastrophes par le reboisement et l’introduction de plantes fourragères à racines profondes.

 

Que faisons-nous?

Le projet vise à réduire la pauvreté et à permettre aux populations de mieux faire face aux risques de catastrophes dans les trois districts de Muminabad, Shamsidin Shohin et Khovaling dans la province du Khatlon oriental ; il s’agit de réduire la vulnérabilité de la population vis-à-vis des événements naturels extrêmes de manière à ce que, même lorsque de tels événements se produisent, la population soit en mesure de maîtriser la situation. On ne peut empêcher une catastrophe naturelle, mais on peut atténuer significativement son impact.

L’accent est mis sur les mesures de réduction de la pauvreté, les approches écologiques visant à réduire la vulnérabilité et les risques de catastrophes et des mesures permettant d’améliorer la résilience de la population.

Les activités du projet comprennent :

  • Élaboration et mise en œuvre de modèles commerciaux viables pour les pépinières et la production de semences fourragères ; appui à un système durable de fourniture de plants d’arbres et de semences fourragères de haute qualité et rentables pour les zones exposées aux aléas naturels.
  • Identification des zones particulièrement vulnérables par les communautés et les instances gouvernementales ; conversion de ces zones en agroforesterie/plantations polyvalentes pour établir une utilisation rentable et diversifiée des terres et des ressources tout en réduisant le risque de catastrophes.
  • Capitalisation du savoir et dissémination des approches développées, des expériences, des succès, etc., y compris les initiatives qui n’ont pas entièrement réussi.

Le projet s’adresse à tous les niveaux de la population, aux autorités du district, aux services régionaux et nationaux. 91 350 personnes bénéficient directement du projet et le double de personnes bénéficiera à plus long terme d’une atténuation des risques dus aux catastrophes. En outre, pendant la période du projet, 250 000 jeunes plants doivent être produits, vendus et plantés dans des zones vulnérables identifiées. Et 500 000 jeunes plants supplémentaires doivent être produits, vendus et plantés durant les cinq ans qui suivront la fin du projet.

En plantant des plantes à racines profondes comme la luzerne, une plante fourragère supportant la sécheresse, et des plants pour les vergers et les potagers, on renforce la résilience de la population et on réduit le risque de catastrophes telles que les coulées de boue et les crues subites.
On renforce aussi la chaîne de valeur en faisant en sorte de produire dans les villages des semences et des plants de bonne qualité et en développant localement les connaissances techniques et le savoir-faire. Cela permet de sensibiliser les membres de la communauté et de promouvoir la responsabilité commune pour une utilisation durable des terres.

L’objectif à long terme est d’accroître la biodiversité, la sécurité alimentaire et de subsistance et la santé des écosystèmes dans la province du Khatlon oriental.

 

Votre don

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS