Navigation mit Access Keys

 
Mali

Réhabiliter la zone humide autour du lac Wegnia et permettre un développement économique durable

Quelque 12 000 personnes dépendent directement du lac Wegnia, situé au nord de Bamako, pour leur alimentation et leur revenu. Mais sous l’influence du changement climatique, ce lac est de plus en plus petit. Caritas soutient les personnes qui doivent s’adapter au changement de conditions et les aide à refaire du lac Wegnia un espace de vie fertile et à poursuivre son développement économique. Nous travaillons à des plans de réhabilitation, transmettons des connaissances sur une action durable et renforçons les structures participatives.

 

Pays / région / lieu
Mali, région de Koulikoro, arrondissement de Kolokani, commune de Guihoyo


Groupe cible
3 500 personnes des villages de Wegnia et de Kononi Sirakoro (bénéficiaires directs), et 12 000 personnes des régions plus éloignées autour du lac Wegnia


Budget nécessaire
594 884 francs


Durée du projet
Du 01.10.2017 au 30.09.2018


Numéro du projet
P170079


Objectif du projet
Renforcer l’équilibre dans le lien « Eau - Alimentation - Énergie » afin d’accroître la résilience de la population locale du district de Kolokani face aux conséquences des catastrophes naturelles.


Responsable du projet
Sabine Schild, Tél. : 041 419 23 48 , sschildto make life hard for spam bots@to make life hard for spam botscaritasto make life hard for spam bots.ch


Département
Afrique / Amérique latine

 
 

De quoi s’agit-il?

Le Mali, un pays enchâssé dans la zone du Sahel sans débouchés sur la mer, est structurellement vulnérable en matière d’insécurité alimentaire et de malnutrition. En 2016, le Human Development Index du programme de développement des Nations Unies le classait en 175e position sur 188 dans le classement des pays les plus pauvres de la planète. On estime que 50 % de la population vit au-dessous du seuil absolu de pauvreté. Les plus touchés sont les femmes et les enfants des régions rurales. Les conditions de vie dans les campagnes sont extrêmement difficiles, notamment à cause de la crise sociale et politique qui sévit au Mali depuis 2012.

L’économie dépend fortement du secteur primaire : 68 % des actifs travaillent dans l’agriculture et l’élevage. Dans les régions rurales, les méthodes agricoles sont la plupart du temps restées traditionnelles et l’accès à un conseil agricole adapté est difficile. Ces méthodes traditionnelles sont souvent peu adaptées aux nouvelles conditions qui règnent à cause du rapide changement climatique (notamment les sécheresses de plus en plus fréquentes), la population locale s’appauvrit de plus en plus. Les revenus en baisse provoquent souvent une accélération des abus des ressources naturelles puisque les personnes touchées cherchent à trouver des alternatives à leur revenu en baisse notamment en collectant et vendant du bois à brûler.

Le lac Wegnia est situé dans la commune rurale de Guihoyo (arrondissement de Kolokani, région de Koulikoro), à 120 km au nord de Bamako. Quelque 12 000 personnes dépendent directement du lac pour leur nourriture et leurs activités économiques (pèche, élevage et agriculture). Le lac est situé dans une zone humide selon le classement international Ramsar, et c’est le premier producteur de légumes de l’arrondissement de Kolokani. Les environs du lac possèdent un véritable potentiel de développement économique, mais la région doit faire face à la baisse constante du niveau du lac et le risque de sa disparition. Les méthodes agricoles traditionnelles et les changements climatiques sont en train d’avoir raison des ressources naturelles (érosion des rives, baisse du niveau du lac, déforestation, etc.) et la biodiversité du lac est sérieusement menacée. Aujourd’hui, les conditions de vie dans la région sont notablement plus difficiles que par le passé. Cela, et les possibilités économiques restreintes, ainsi que la difficulté d’accès aux services de base provoquent une migration de plus en plus importante vers la ville.

Caritas Suisse s’engage au Mali depuis plus de 40 ans. Après avoir travaillé principalement dans le domaine humanitaire dans les années 70, elle s’est de plus en plus impliquée dans la coopération au développement dans les années 80. Caritas Suisse a ainsi pris une place importante auprès de ses partenaires locaux en tant que partenaire technique dans les domaines de l’agriculture, de la gestion de l’eau et du changement climatique. Les interventions de Caritas Suisse dans les zones rurales sont toutes basées sur deux approches centrales : la promotion de l’utilisation durable des ressources naturelles et l’importance du développement économique local. 

 

Que faisons-nous?

L’objectif du projet est de créer un équilibre dans le lien « Eau - Alimentation - Énergie » afin d’augmenter la résilience de la population locale dans le district de Kolokani et de leur permettre de résister aux conséquences des catastrophes naturelles.

Les ressources naturelles en eau (eaux de surface et souterraines) doivent être protégées et stabilisées grâce à des approches écologiques visant à réduire les catastrophes et à s’adapter au changement climatique. Un premier pas vers la réalisation de cet objectif consiste à élaborer, piloter puis mettre en œuvre un plan de réhabilitation et de gestion pour la région du lac Wegnia en collaboration avec des représentants de la population (conseils locaux, conseils régionaux, etc.) et d’autres acteurs locaux.

Le projet promeut également des méthodes de production qui contribuent non seulement à des rendements plus élevés, mais aussi, en particulier, à une utilisation plus durable des ressources naturelles. Entre autres choses, le projet réalise un jardin potager pilote pour l’agriculture irriguée, qui est principalement exploité par des femmes. On les aide à s’organiser en coopératives qui leur permettront d’obtenir de meilleures conditions sur le marché. Les compétences des femmes sont renforcées par la formation à l’agriculture irriguée, au stockage et à la préservation de leurs produits et à l’alphabétisation fonctionnelle.

En outre, l’efficacité des habitants des villages de Wegnia et Kononi Sirakoro en matière énergétique sera améliorée. Le point de départ est une étude KAP (Connaissances, Attitudes, Pratiques), qui enregistre les connaissances, attitudes et comportements de la population locale en relation avec le lien « Eau - Alimentation - Énergie ». Entre autres choses, cela fournit au projet des données sur les tendances actuelles de l’utilisation de l’énergie pour les besoins des ménages, la production agricole et le conditionnement. Ces données peuvent ensuite être utilisées pour introduire des technologies améliorées et plus efficaces pour la cuisson, la production, le traitement et/ou le stockage des marchandises. L’objectif est de permettre aux habitants de Wegnia et de Kononi Sirakoro d’accéder à des technologies plus efficaces et de réduire ainsi la pression sur le bois, ressource naturelle, et donc sur l’écosystème du lac Wegnia.

Le projet vise à la bonne gouvernance, avec au centre de la démarche l’implication de la population locale et ses droits et obligations dans l’utilisation des ressources naturelles. Le projet renforce ainsi les structures étatiques d’une part et les citoyens d’autre part dans leurs rôles et responsabilités respectifs. Dans ce contexte, le projet analyse le cadre juridique en matière de droit foncier et d’utilisation des terres et étudie comment celui-ci peut et doit être influencé afin de mieux protéger les utilisateurs des terres.

La base du projet a été la demande de la population locale de recevoir de l’aide pour relever les défis écologiques et économiques dans la région du lac Wegnia. Un aspect important du projet est donc le soutien technique que Caritas Suisse apporte en collaboration avec divers partenaires locaux. Parmi ces partenaires figurent le district de Kolokani et la municipalité de Guihoyo, et le projet fait partie du nouveau plan de développement social, économique et culturel de la municipalité (Plan de Développement Social, Economique et Culturel, PDSEC). La municipalité est donc l’autorité de surveillance du projet. Caritas Bamako, partenaire de longue date de Caritas Suisse, participe également à la mise en œuvre du projet, qui implique également la Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF), un acteur important dans le système de protection de l’environnement du Mali.

 

Votre don

Contenu de replacement