Colombie

Réfugiés et rapatriés améliorent leurs conditions de vie

Suite à un très long conflit interne, la Colombie est un des pays au monde qui comptent le plus de personnes déplacées à l’intérieur de ses frontières. En parallèle, fuyant la sévère crise d’approvisionnement dans leur pays, des centaines de milliers de Vénézuéliens migrent en Colombie ; des Colombiens exilés reviennent du Venezuela. La situation des migrants est souvent déplorable. Avec ce projet, Caritas Suisse contribue à l'intégration sociale de migrants et de personnes et familles déplacées internes. L'organisation partenaire FAMIG apporte un soutien psychosocial, encourage des activités génératrices de revenus, renforce les droits des concernés et leur fournit une aide d'urgence.

 

Pays / région / lieu
Bogota, Colombie


Groupe cible
15 930 réfugiés vénézuéliens et rapatriés colombiens arrivés en Colombie du fait de la crise qui perdure au Venezuela 


Budget nécessaire
505 067 francs suisses


Durée du projet
Du 01.06.2018 au 31.05.2021 (36 mois) 


Numéro du projet
P180044


Objectif du projet
Contribution à l'intégration sociale de réfugiés vénézuéliens et de rapatriés colombiens à Bogota moyennant une aide d'urgence, un soutien psychosocial et une aide à la création d’activités génératrices de revenus


Responsable du projet
Janne Christ, Tél : 041 419 22 55, jchristnot shown@caritasto make life hard for spam bots.ch

 
 

De quoi s’agit-il?

La Colombie reste un des pays qui comptent le plus grand nombre de personnes déplacées internes. Cela s’explique par des décennies de conflit entre le gouvernement et divers groupes rebelles, un conflit qui a officiellement pris fin en décembre 2016 avec la signature d’un traité de paix. C’est l'un des conflits les plus longs et les plus violents à l’échelle de la planète : il a causé la mort de plus de 200 000 personnes, fait des milliers de disparus et déplacé quelque sept millions de personnes au sein de leur propre pays. Du fait des affrontements, de nombreux Colombiens ont également émigré vers les pays voisins, dont le Venezuela. Même après la signature du traité de paix, il faudra encore des années à la population colombienne pour éliminer les conséquences économiques, sociales et politiques du conflit et reconstruire les structures du pays.

La situation actuelle est aggravée par une détérioration significative des relations avec le Venezuela en crise, qui a entraîné la fermeture des frontières normalement ouvertes, l'expulsion de Colombiens vivant au Venezuela, l'immigration ou la fuite massive de Vénézuéliens et le retour au pays de Colombiens en exil. Plus de 750 000 Vénézuéliens ont franchi légalement la frontière colombienne en 2017 ; selon les estimations de Migración Colombia, le nombre des cas non notifiés devrait être sensiblement plus élevé. 

Le plus souvent, le premier lieu de résidence de ces personnes est la capitale Bogota. La situation des nouveaux arrivants y est effrayante : habituellement, ils ne possèdent pas plus que leurs propres vêtements, sont traumatisés, n'ont pas d’idée précise de ce qui les attend en Colombie et dans la capitale Bogota et ignorent les lois et les procédures d'immigration. De surcroît, ils ne sont souvent pas conscients de leurs droits à une aide de l'État. Dans la plupart des cas, ils ont du mal à trouver leurs repères et à s’informer dans leur nouvel environnement. Les quartiers où ils s'installent sont généralement marqués par la pauvreté, la violence et le chômage. Un grand nombre des migrants et des personnes déplacées à l'intérieur du pays viennent de zones rurales et ont des connaissances de l’agriculture, des compétences qui ne sont pas adaptées au marché du travail urbain de Bogota. Le risque de tomber dans une spirale de pauvreté est donc élevé  

Notre partenaire FAMIG est une fondation de l'Église catholique et du diocèse de Bogota. Depuis 1995, FAMIG ne ménage pas ses efforts pour améliorer les conditions de vie des personnes récemment déplacées et des migrants dans la capitale colombienne. En coopération avec des services étatiques et municipaux, FAMIG assure une aide d'urgence efficace et l'intégration durable des personnes déplacées internes et des migrants dans l'environnement urbain. 

 

Que faisons-nous?

Avec ce projet, Caritas Suisse soutient son organisation partenaire FAMIG en vue de contribuer à l'intégration sociale de migrants et de personnes et familles déplacées internes. Dans ce contexte, FAMIG poursuit une approche holistique en fournissant un soutien psychosocial, en proposant des activités génératrices de revenus et des conseils juridiques ainsi qu'une aide d'urgence aiguë.

Composante 1 : couverture des besoins fondamentaux des migrants dans le besoin

Comme les personnes touchées arrivent souvent à Bogota sans leurs propres biens et sans point de contact personnel, leurs besoins fondamentaux sont une préoccupation centrale pour notre partenaire FAMIG. Ces derniers comprennent un approvisionnement urgent en nourriture, la fourniture de douches et de vêtements ainsi que de billets de transports publics. Un hébergement d'urgence est mis temporairement à la disposition des migrants particulièrement nécessiteux. FAMIG soutient les premiers pas des familles qui décident de rester à Bogota et d’y bâtir un nouvel avenir. 

Composante 2 : intégration sociale et soutien psychosocial

FAMIG s'investit pour informer les personnes concernées de leurs droits et devoirs. Elles doivent connaître les structures étatiques pertinentes, ainsi que leurs procédures, si elles entendent faire valoir leurs droits de manière efficace. De plus, la fondation offre un soutien psychosocial aux personnes nécessiteuses qui la consultent. Ces dernières sont traumatisées et peinent à s'adapter à la nouvelle situation et à ses défis. L'encadrement est volontaire et adapté aux divers besoins des migrants et des rapatriés.

Composante 3 : promotion d’activités génératrices de revenus 

La formation et le perfectionnement professionnels sont essentiels pour assurer le plus vite possible l'indépendance économique des personnes concernées. Des programmes de formation professionnelle sont donc proposés dans les domaines de la boulangerie / confiserie, de la couture, de la coiffure, de la cosmétique et de l'informatique. Ils sont adaptés au marché du travail de Bogota et permettent de trouver un emploi salarié ou indépendant. Les personnes en formation sont également aidées à établir des contacts avec des employeurs potentiels. 

Composante 4 : travail de sensibilisation

Il est important de donner un visage à la vague de migration. Derrière chaque personne se cache une histoire de vie personnelle. Afin de sensibiliser la population aux épreuves et au besoin d'assistance des réfugiés vénézuéliens, la fondation FAMIG est formée au travail de communication, à la représentation publique des intérêts et à rendre accessible le vécu des personnes touchées. 

Caritas Suisse soutient également FAMIG dans la réalisation de mesures de renforcement des capacités du personnel de la fondation dans les domaines de la gestion financière, de la gestion des connaissances, du suivi et de l'évaluation. Cette approche est cruciale pour renforcer les structures et contribuer à la pérennité du travail de FAMIG.

 

Votre don

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS