Palestine

Les enfants apprennent à faire face à la guerre

Dans la bande de Gaza, beaucoup d’enfants grandissent au milieu de la guerre, de la violence et dans l’absence de perspectives. Souvent, cela les marque au point de les rendre apathiques, ou au contraire agressifs, et ils perdent leurs capacités d’apprentissage et leur motivation. Grâce à un programme de douze semaines, Caritas les aide à faire face à ces conditions difficiles, à acquérir une force de vie pour affronter le quotidien et à renforcer leur désir d’apprentissage et de motivation pour reprendre pied dans leur scolarité.

 

Pays / région / lieu
Palestine/Gaza


Groupe cible
Des enfants de 6 à 12 ans, et leurs parents


Budget nécessaire
Environ 747 000 francs suisses par an


Durée du projet
Parrainage d’enfants à long terme


Numéro du projet
P190032


Objectif du projetLes enfants de la bande de Gaza surmontent les obstacles à l’apprentissage et améliorent leurs résultats scolaires. Ils apprennent à gérer les effets de leur situation de vie difficile due au blocus israélien en cours, aux conflits intrapalestiniens, à la peur d’une nouvelle guerre, un environnement surpeuplé et un système éducatif mal équipé. Un programme éducatif extrascolaire leur permet d’apprendre en fonction de leur niveau et de leurs besoins et de réintégrer ainsi leur flux d’apprentissage.


Responsable du projet
Caritas Suisse, infonot shown@caritasto make life hard for spam bots.ch

 
 

De quoi s’agit-il?

Les conditions de vie des deux millions d’habitants de la bande de Gaza, considérée comme l’une des zones les plus surpeuplées au monde, sont caractérisées par une situation politique et socio-économique instable et en constante détérioration. Le blocus actuel d’Israël, mais aussi de l’Égypte, et les effets des trois dernières guerres ont causé tellement de dommages à l’économie et aux infrastructures que l’approvisionnement de base de la population n’est pas possible. Les conflits intrapalestiniens empêchent le bon fonctionnement de l’administration publique et aggravent les problèmes existants — le chômage, l’augmentation de la pauvreté et les crises dans les secteurs de l’eau potable et de l’électricité. En plus de la situation économique précaire et de l’insécurité politique, de nombreux habitants de Gaza craignent la survenue d’une nouvelle guerre. La crise humanitaire et la situation instable provoquent un sentiment croissant de désespoir au sein de la population.

Les enfants sont le groupe le plus vulnérable — ils souffrent de traumatismes et de stress, de la situation humanitaire désastreuse, et ils manquent aussi d’espaces sûrs pour jouer et, de manière générale, d’un environnement sain et sûr. Les enfants de Gaza grandissent avec un profond sentiment de désespoir et d’incertitude quant à leur avenir. La plupart n’ont jamais pu quitter les 365 km2 de la bande de Gaza et ont connu trois escalades militaires au cours des dix dernières années. Ils fréquentent par roulement des écoles surpeuplées et, dans certains cas, sont soumis à des châtiments corporels de la part des enseignants et des parents. Les enfants de Gaza ont vécu des expériences traumatisantes à des degrés divers. Cela affecte leur capacité à absorber et à traiter l’apprentissage. Ils souffrent à des degrés divers de troubles psychosociaux, de régression du développement et d’une capacité de résilience diminuée. 

Les enfants qui grandissent dans un environnement stressant sont souvent physiquement et émotionnellement handicapés. Leurs capacités psychomotrices, leurs sens et leurs émotions « se referment » comme un processus de défense contre de nouvelles expériences négatives. Les enfants se replient sur eux-mêmes, restent à la maison, deviennent apathiques, ne montrent aucune empathie envers les autres et perdent tout intérêt et toute motivation à apprendre. Certains deviennent agressifs et ont de la peine à se concentrer. Les expériences traumatisantes et le stress négatif persistant affectent le système nerveux et réduisent encore la capacité et la volonté d’apprendre. Les enfants prennent du retard dans leur développement et n’arrivent plus à répondre aux attentes du système scolaire. Cela augmente encore leur frustration et leur stress. Le système scolaire de Gaza n’est pas en mesure de répondre à cette situation, car le personnel enseignant n’a ni la formation nécessaire ni la capacité d’aider les enfants individuellement. Les parents sont eux aussi impuissants et ils font usage de châtiments corporels, ce qui péjore encore la situation. Les enfants de Gaza ont besoin d’aide pour faire face à ce stress psychosocial. Ils ont besoin de réapprivoiser leurs compétences sensorielles et émotionnelles, c’est une condition préalable à renforcer leur capacité d’apprentissage.

 

Que faisons-nous?

On estime que 300 000 enfants de Gaza ont besoin d’un soutien psychosocial alors que leurs familles luttent pour assurer leur survie et que le personnel enseignant, qui a souvent lui-même vécu des expériences traumatisantes, est débordé. 

Cette nécessité de soutenir les enfants ayant des difficultés d’apprentissage est particulièrement évidente depuis le dernier conflit armé de 2014. Caritas Suisse, avec l’aide de son partenaire local Youth Empowerment Center (YEC), a adapté sa méthode d’apprentissage « Essence of Learning » aux conditions locales et l’utilise à Gaza depuis 2014. Le projet est conçu pour les enfants entre 6-9 et 9-12 ans et il consiste en un cours de douze semaines, cinq fois par semaine, donné par des éducateurs spécialement formés. La phase actuelle du projet sera mise en œuvre dans six centres mobiles dans la ville de Gaza et dans le sud et le nord de Gaza, près des régions frontalières, afin que les enfants et leurs parents vivant dans des zones difficiles d’accès puissent suivre le programme.

La méthode utilisée est centrée sur l’enfant, allie des composantes éducatives et psychosociales et aborde des problèmes tels que la peur, l’anxiété, l’insécurité, la colère et le repli sur soi. Les filles et les garçons peuvent se rencontrer dans un environnement sûr, jouer, apprendre et réaliser diverses activités du programme, sous l’égide d’un personnel enseignant spécialement formé. On a développé cette approche pour aider les enfants traumatisés et souffrant de difficultés d’apprentissage à retrouver leur capacité d’apprentissage et à renforcer leur résilience afin qu’ils puissent retrouver un niveau de performance scolaire adapté à leur âge. Le programme (ré) active la perception sensorielle et la conscience corporelle des enfants par le biais de diverses activités sensorielles, de la peinture et de la narration d’histoires. Les activités du programme (peinture, jeux de rôle, modelage et jeux de mouvement) portent chacune sur un thème hebdomadaire et recoupent aussi les matières scolaires. Les enfants sont encouragés à s’exprimer sur ce qu’ils ont vécu et à retrouver ainsi leur mémoire refoulée et le contrôle sur celle-ci. Les supports utilisés pour le jeu, l’apprentissage et les tâches créatives sont constitués de matériaux naturels et recyclés provenant de l’environnement des enfants. L’utilisation de ces matériaux s’avère très utile puisqu’on les trouve partout et qu’ils peuvent être utilisés sans frais supplémentaires. Cela stimule la créativité des enfants et favorise leur autonomie et leur sens de l’organisation, renforce leur résilience et les aide à reconstruire et conforter leur conscience de soi. Durant les douze semaines du programme, on ajuste les exigences et la complexité des tâches en fonction du niveau d’apprentissage de l’enfant jusqu’à ce qu’il retrouve son niveau normal.

L’expérience des projets précédents montre qu’au moins 85 % des enfants qui y ont participé ont amélioré leur capacité d’apprentissage et leur résilience. Et si ce n’est pas le cas, ils peuvent rester plus longtemps dans le programme ou ils sont orientés vers des spécialistes thérapeutiques. Le programme renforce également la capacité des parents à soutenir leurs enfants en leur fournissant des connaissances sur le développement de la petite enfance et le flux d’apprentissage. Les parents apprennent à utiliser des matériaux recyclés pour produire du matériel de jeu et d’apprentissage et à créer un environnement positif pour leurs enfants. En plus de ces formations, nous organisons des visites à domicile et dans les familles. 

En raison de la précarité de la situation alimentaire à Gaza, le projet fournit aux enfants participants des repas sains pendant les activités ainsi que des petits paniers de fruits et de légumes qu’ils peuvent emporter chez eux deux jours par semaine pour les partager avec leur famille.

 

Votre parrainage

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS