Navigation mit Access Keys

 
Ukraine

Secours d’hiver pour les personnes victimes de conflit à l’est de l’Ukraine

À l’écart de l’attention internationale, 4.4 millions de personnes sont touchées par un conflit armé qui n’est pas près de s’apaiser en Ukraine. Caritas Suisse appuie les actions de secours d’urgence de Caritas Ukraine dans la zone tampon à Donetsk et Luhansk. Elle aide à couvrir les besoins de base et à donner aux gens accès à des habitations appropriées qui les protègent contre le froid, les mettent à l’abri et leur garantissent une sphère privée.

 

Pays / région / lieu
Oblast Donetsk, Luhansk, Ukraine


Groupe cible
Personnes vulnérables et victimes de conflit dans la zone tampon à l’est de l’Ukraine


Budget nécessaire
69'124 francs suisses


Durée du projet
Du 15.04.2018 au 31.12.2018


Numéro du projet
P180052


Objectif du projet
Habiliter les personnes vulnérables et les victimes du conflit à mieux surmonter le prochain hiver dans la zone tampon à l’est de l’Ukraine


Responsable du projet
Lukas Fiechter, Tél : 041 419 22 44, lfiechterto make life hard for spam bots@to make life hard for spam botscaritasto make life hard for spam bots.ch


Département
Secours d’urgence à l’étranger

 
 

De quoi s’agit-il?

À l’écart de l’attention internationale, 4.4 millions de personnes sont touchées par un conflit armé qui n’est pas près de s’apaiser en Ukraine. Elles sont 3.8 millions à dépendre d’une aide humanitaire visant spécialement à leur assurer des moyens de subsistance. Les opérations de combat se poursuivent malgré plusieurs promesses d’accord de cessez-le-feu des deux parties. Sur les plus de 10'000 morts, 2'000 sont des victimes civiles. Des maisons, des écoles et des hôpitaux restent endommagés et continuent à subir des dégâts.

Il est difficile pour les habitant-e-s des régions contrôlées par le gouvernement et surtout pour ceux des régions qui échappent à son contrôle, de réclamer des prestations telles que des rentes. Sans compter que ces personnes n’ont pas suffisamment accès aux marchés et aux prestations. Les besoins de la population victime de conflits s’amplifient toujours pendant les mois d’hiver. D’après les ONG qui s’occupent des conditions de logement de la population, les besoins en matière de combustibles sont moins bien couverts que les années précédentes.

Les années précédentes, Caritas Suisse a soutenu Caritas Ukraine dans la réalisation des projets de secours d’urgence. Mais ces projets n’ont pu être menés à bien que dans les régions contrôlées par le gouvernement et dans la zone tampon entre les parties du conflit. Si les victimes du conflit sont mieux soutenues du côté du gouvernement, il est généralement impossible d’accéder aux régions qui échappent à son contrôle.

 

Que faisons-nous?

Caritas Suisse épaule Caritas Ukraine dans la mise en œuvre des actions de secours d’urgence pour les victimes du conflit dans la zone tampon entre les régions de l’est de l’Ukraine contrôlées par le gouvernement et celles qui échappent à son contrôle. Le soutien cible les personnes qui en ont le plus besoin pour l’hiver à venir.

Il s’agit principalement de couvrir les besoins de base et de procurer aux intéressés des logements adaptés qui les protègent du froid, leur offrent une sécurité et leur garantissent une sphère privée. Ces mesures renforcent la résistance des personnes les plus touchées. Les bénéficiaires sont sélectionnés en collaboration avec d’autres acteurs de l’humanitaire mobilisés dans la région de sorte à éviter que certaines personnes reçoivent l’aide à double et que d’autres soient négligées.

Voici les objectifs concrets que le projet s’est fixé :

  • 150 ménages victimes du conflit ont accès à des matériaux de construction pour réparer leurs maisons.
  • 450 familles victimes du conflit ont accès à des combustibles avant les mois d’hiver.
  • 900 victimes du conflit ont accès à de l’eau potable.

Caritas Suisse soutient la population concernée en Ukraine par des secours d’urgence, car le conflit ne semble pas près de s’acheminer vers un règlement pacifique pour l’instant. Elle va continuer à observer l’évolution de la situation en Ukraine et à déterminer d’autres mesures de soutien qui peuvent être nécessaires à la population concernée.

 

Un reportage sur notre visite sur place en avril 2018

Contenu de replacement