Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire

Le coronavirus tient le monde en haleine. Plusieurs pays où Caritas mène des projets sont touchés. Les conséquences économiques et sociales de la crise sont terribles pour les personnes les plus pauvres dans les pays en développement. Des mesures d'hygiène, un soutien médical et une aide humanitaire d'urgence sont nécessaires pour protéger les personnes les plus vulnérables. La crise sanitaire et économique mondiale a donné une nouvelle urgence à la lutte contre la pauvreté.

 

Dans de nombreux pays en développement d'Amérique latine et d'Asie, le nombre d'infections est actuellement en forte hausse. En Afrique également, quelque 200'000 personnes ont été contaminées par le coronavirus. Comme peu de tests y sont faits, le nombre réel de personnes infectées pourrait être bien plus élevé.

Une alimentation déficiente et l’absence d’installations sanitaires de base rendent déjà très précaire l’état de santé des populations les plus pauvres. Le nombre de personnes qui sont affaiblies par une maladie chronique y est assez élevé. Même lorsqu’il n’y a pas d’épidémie, les systèmes de santé publique des pays en développement sont déjà débordés.

L'absence de systèmes sociaux publics et de soutien de l'État dans de nombreux endroits signifie que les personnes les plus pauvres des pays en développement sont confrontées à des difficultés existentielles. Avant même la crise sanitaire, la faim dans le monde avait déjà augmenté. Mais maintenant, avec le virus, la situation va s'aggraver considérablement. L'ONU craint déjà que le nombre de personnes souffrant de la faim ne double d'ici la fin de l'année.


Mesures de Caritas Suisse dans les pays de ses projets

Dans une première phase, Caritas Suisse renforce les mesures d’hygiène dans les pays de ses projets, sensibilise les populations et fournit une aide à la survie. Caritas Suisse engage trois millions de francs pour cette aide.

  • Ainsi, nous lançons en Haïti un projet basé sur l’expérience acquise dans la lutte contre le choléra. La population à risque est sensibilisée à la nécessité de respecter les mesures d’hygiène et reçoit des articles essentiels, p. ex. du savon.
  • En Syrie, dans le cadre de nos projets, nous avons distribué aux écoliers et à leurs familles des nécessaires d’hygiène avec du savon, des essuie-mains et du désinfectant. Et avant la fermeture des écoles ordonnée par le gouvernement, nous avons mené des campagnes d’information et des formations à l’hygiène auprès des enfants. 
  • En Indonésie, nous informons la population dans la zone de nos projets sur les dangers du coronavirus et sur la manière dont elle peut se protéger de la contamination par des mesures d'hygiène et des règles de conduite simples (distanciation sociale). Nous distribuons également aux familles des kits d'hygiène comprenant du savon et des produits désinfectants.
  • En Bosnie-Herzégovine, Caritas Suisse va apporter son soutien à 6000 personnes de groupes particulièrement vulnérables au cours des trois prochains mois. Il s’agit notamment de familles qui ont perdu leurs revenus en raison de la crise, ainsi que de familles monoparentales, de personnes âgées et/ou malades et de personnes handicapées. Ces personnes reçoivent des biens de première nécessité, denrées alimentaires et articles d’hygiène, ou des bons d’achat avec lesquels elles peuvent couvrir leurs besoins de base en se rendant dans les magasins locaux.

  • En Bolivie, dans les villes de La Paz/El Alto, Cochabamba, Santa Cruz et d'autres localités, ainsi qu'au Pérou, à la frontière avec la Bolivie, Caritas Suisse a lancé des mesures d’aide d’urgence au début du mois d’avril. Elle distribue des denrées alimentaires et des bons d’achat, des articles d’hygiène et du matériel de protection à 200 familles réfugiées vénézuéliennes et à 1545 Boliviens particulièrement vulnérables qui ne peuvent plus gagner d’argent à cause de l’interdiction de sortir. On met également des logements à leur disposition.

  • Au Soudan du Sud, Caritas Suisse collabore avec la task-force Covid-19 de l’État d’Équatoria-Oriental. Sa tâche est d’informer la population des risques et des mesures de prévention. Des émissions de radio et des messages par des haut-parleurs installés sur les véhicules permettent de diffuser ces messages dans les villages éloignés. De plus, 3000 familles recevront des seaux équipés d’un robinet d’écoulement ainsi que du savon. Sept forages sont à nouveau opérationnels et permettent d’améliorer l’accès des habitants à l’eau potable et à l’hygiène personnelle. 30 promoteurs d’hygiène de Caritas Suisse effectuent des visites à domicile pour informer les gens sur le coronavirus et les mesures d’hygiène qu’il faut prendre.

  • Au Tadjikistan, nous fournissons jusqu'à fin juin à 1350 écoles du savon et du désinfectant pour une bonne hygiène des mains.

  • Au Mali, nous soutenons les autorités locales dans la prévention du coronavirus, entre autres par des émissions de radio qui touchent plus de 2 millions de personnes. Et 3600 personnes particulièrement touchées dans 31 villages reçoivent une aide alimentaire.

  • Au Burkina Faso, nous renforçons la résistance des populations particulièrement vulnérables des zones rurales, par la prévention sanitaire et la distribution de nourriture. Plus de 60 000 personnes en bénéficient.

  • Dans le nord-est du Brésil, région dont les structures sont faibles et où vivent plus d'un tiers des personnes infectées par le Covid-19 dans le pays, les familles défavorisées reçoivent des colis alimentaires. La nourriture est achetée auprès des producteurs locaux afin d'atténuer les conséquences économiques de la crise du coronavirus pour eux. Nous distribuons des kits d'hygiène et fournissons des informations sur les mesures d'hygiène et de prévention par les canaux de communication numériques, la radio locale et des documents imprimés. Les collaborateurs et les bénévoles de l'organisation partenaire, ainsi que la population locale, reçoivent des équipements et des vêtements de protection.

  • En Jordanie, plus de 750 familles reçoivent une aide d’urgence sous forme de transferts d’argent, ce qui les aide à assurer leurs besoins fondamentaux.

Une immense majorité de personnes dans les pays où Caritas a des projets vivent au jour le jour, travaillent irrégulièrement et dans des conditions précaires, et ne disposent pas de sécurité financière par le biais d’un système de sécurité sociale. Les gens ressentent très durement les mesures prises à cause du coronavirus, les couvre-feux ou les fermetures de frontières. L’économie informelle se disloque, le commerce est de plus en plus difficile, ou même impossible. On s’attend à ce que la pauvreté et la faim augmentent de façon spectaculaire. Les femmes et les enfants en seront les premiers touchés. Caritas Suisse va s’engager à atténuer les conséquences dévastatrices de l’épidémie pour les personnes les plus vulnérables de la société.

La solidarité par-delà les frontières

Nous appelons la Suisse à regarder au-delà de ses propres problèmes. « Pour éviter que la crise du coronavirus ne devienne une crise mondiale du développement, la solidarité ne doit pas s’arrêter aux frontières nationales. C’est précisément dans une crise sanitaire mondiale que l’engagement de la Suisse dans la coopération internationale envers les pays les plus pauvres prend toute son importance et sa valeur », rappelle Patrik Berlinger, responsable des questions de politique du développement à Caritas Suisse.

Le travail de Caritas Suisse est touché

Dans une vingtaine de pays où Caritas Suisse mène des projets, la pandémie du coronavirus constitue également un défi organisationnel majeur. Nous sommes en effet touchés par les restrictions de voyage en vigueur. Cependant, nous avons des collaborateurs et collaboratrices de longue date et des organisations partenaires sur le terrain qui fournissent une aide d'urgence aux personnes touchées. « Dans la mesure du possible, nous poursuivons notre travail pour la population touchée, nous essayons de réagir rapidement aux nouveaux besoins de la population et de fournir une aide d’urgence », explique Franziska Koller, responsable du Secteur Coopération internationale de Caritas Suisse.

Pour mener à bien ces projets, Caritas Suisse reste tributaire des dons.

 

L'aide sur place

 
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Bolivie. (c) Caritas Suisse
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Bolivie. (c) Caritas Suisse
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Bolivie. (c) Caritas Suisse
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Coronavirus : notre solidarité avec les pays pauvres est nécessaire
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
1 / 8
Aide en Bolivie. (c) Caritas Suisse
Aide en Bolivie. (c) Caritas Suisse
Aide en Bolivie. (c) Caritas Suisse
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
Aide en Indonésie. (c) Yayasan Pusaka Indonesia
 

Votre don

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS