Haiti

Aide en Haïti après le séisme d’août 2021

Un tremblement de terre de magnitude 7,2 a frappé Haïti le 14 août 2021. Plus de 2200 personnes ont perdu la vie et 12 000 ont été blessées. Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans abri. Caritas Suisse a apporté une aide d'urgence immédiate après le séisme et aide maintenant à la remise en état des écoles.

 

La catastrophe du 14 août 2021 a une fois de plus plongé Haïti dans une situation de crise. La zone sinistrée se trouve à l'ouest d'Haïti. Les zones autour des Cayes et de Jérémie ont été durement touchées. L'ouragan Matthew avait déjà causé de graves destructions en 2016 dans cette région qui ne s'en était pas encore complètement remise.

Sans abri, sans moyens de subsistance

Le bilan de la catastrophe s'est élevé à plus de 2200 morts et plus de 12 000 blessés. Le séisme a causé de graves dommages à l'ensemble des infrastructures et a détruit ou endommagé au total environ 130'000 bâtiments - maisons, écoles et hôpitaux. Des dizaines de milliers de personnes, dont certaines vivaient dans ces maisons depuis 40 ou 50 ans, ont tout perdu. Les fortes pluies qui se sont abattues dans les jours qui ont suivi le séisme ont encore aggravé la situation. Des glissements de terrain et des éboulements ont détruit des champs, laissant des ménages jusque-là autosuffisants sans récolte et donc sans nourriture. 

 
 

Immédiatement après le séisme, la Caritas locale a commencé à fournir une aide d’urgence à 1400 familles particulièrement vulnérables aux Cayes, à Jérémie et aux Nippes, en distribuant des colis alimentaires, du savon, des masques et de l'eau, et a distribué des médicaments à quinze centres communaux. Avec ses partenaires locales Caritas Cayes et Ahaames, Caritas Suisse a soutenu financièrement jusqu'en novembre 2021 quelque 2000 familles démunies, avec la participation de la Chaîne du Bonheur. Grâce à un montant unique d'environ 100 francs, les bénéficiaires ont pu acheter de la nourriture et d'autres biens de consommation courante sur les marchés locaux en fonction de leurs besoins les plus urgents, ou couvrir leurs frais médicaux, par exemple.

Un environnement sûr pour les écoliers
Plus de six mois après le tremblement de terre, les besoins restent importants. Les infrastructures, les sources de revenus et les services publics tels que les soins de santé ne sont toujours pas entièrement rétablis. Le secteur de l'éducation, notamment, est concerné.
En avril 2021, Caritas Suisse a donc lancé un nouveau projet avec ses partenaires Caritas Cayes et Ahaames. L'objectif est de permettre aux enfants de retourner à l'école dans un environnement sûr et d'éviter les conséquences à long terme de l'interruption de leur scolarité. Ainsi, Caritas répare des bâtiments scolaires dans le département du Sud et les équipe d'installations sanitaires et d'un bon accès à l'eau. De plus, nous formons les enfants et les enseignants aux pratiques d'hygiène adéquates et leur transmettons des connaissances sur les comportements à adopter en cas de catastrophe naturelle. D'ici fin 2022, ce projet bénéficiera à 960 écoliers et 60 membres du personnel scolaire de Maniche et Camp-Perrin.

 

Maisons détruites : destins brisés à Camp-Perrin et Maniche, automne 2021

Armelin Fano et Marie Vécilla doivent dormir dehors avec leur famille. Quand il pleut, ils se réfugient chez les voisins. Ils ont peur d'un autre tremblement de terre.
Angela Jean, photographiée avec sa petite-fille et sa fille, a été blessée à la jambe lorsque sa maison s'est effondrée.
La mère et une sœur de Constant Toni Lucien sont mortes dans le séisme. La maison de cette famille de six personnes est détruite. Ils vivent dans cette cabane.
Il ne reste que deux pans de mur de la maison dans laquelle Diove Carlen vivait avec son mari et leurs deux enfants.
Il ne reste que le toit de la maison d'Elise Marie Leni.
Chérival Jean et tous ses enfants étaient hors de la maison quand la terre a tremblé. Mais sa femme, alitée, a été tuée. La famille vivait dans cette maison depuis 1977.
Il ne reste rien de la maison d'Osman Moan et de sa famille.
Fabienne Pérrin a vécu dans cette maison avec son mari et son enfant. Photos : Pamela Stathakis
1 / 8
Armelin Fano et Marie Vécilla doivent dormir dehors avec leur famille. Quand il pleut, ils se réfugient chez les voisins. Ils ont peur d'un autre tremblement de terre.
Angela Jean, photographiée avec sa petite-fille et sa fille, a été blessée à la jambe lorsque sa maison s'est effondrée.
La mère et une sœur de Constant Toni Lucien sont mortes dans le séisme. La maison de cette famille de six personnes est détruite. Ils vivent dans cette cabane.
Il ne reste que deux pans de mur de la maison dans laquelle Diove Carlen vivait avec son mari et leurs deux enfants.
Il ne reste que le toit de la maison d'Elise Marie Leni.
Chérival Jean et tous ses enfants étaient hors de la maison quand la terre a tremblé. Mais sa femme, alitée, a été tuée. La famille vivait dans cette maison depuis 1977.
Il ne reste rien de la maison d'Osman Moan et de sa famille.
Fabienne Pérrin a vécu dans cette maison avec son mari et son enfant. Photos : Pamela Stathakis
 

Votre don

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des impôts.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS