Navigation mit Access Keys

 
Soudan du Sud

Prévention de la sous-alimentation chez les enfants et accès à l’eau

La guerre et la violence conjuguées à la sécheresse ont des effets dévastateurs : une grave pénurie de nourriture frappe plus de six millions de personnes, dont plus d’un million d’enfants de moins de 5 ans qui souffrent de sous-alimentation. Plus de la moitié de la population sud-soudanaise n’a en outre pas suffisamment accès à l’eau et aux installations sanitaires. Caritas répare des puits dans six villages et installe de nouvelles pompes manuelles. Les enfants en bas âge atteints de sous-alimentation reçoivent une assistance médicale et les mères apprennent à cultiver et à préparer des légumes riches en vitamines dans le cadre d’une formation. 

 

Pays / région / lieu
Ikwoto, Geria et Kidepo Valley dans la province d’Imatong, région d’Équatoria-Oriental, Soudan du Sud 


Groupe cible
Environ 20'000 personnes, surtout des mères et des enfants des régions rurales en proie à l’insécurité alimentaire et à la pénurie d’eau 


Budget nécessaire
178'359 francs suisses


Durée du projet
Du 1.10.2018 au 31.05.2019


Numéro du projet
P180061


Objectif du projet
Réduire l’ampleur de la sous-alimentation chez les enfants et garantir l’accès à l’eau dans les villages touchés par la sécheresse et par la guerre


Responsable du projet
Pamela Stathakis, Tél : 041 419 22 88, pstathakis@caritas.ch


Département
Aide humanitaire

 
 

De quoi s’agit-il?

Depuis décembre 2013, des combats armés opposent les partisans du président et ceux du vice-président destitué précédemment, précipitant le Soudan du Sud dans de graves troubles politiques et sociaux. Malgré la signature d’un nouveau traité de paix en septembre 2018, le pays n’est de loin pas encore stabilisé ni pacifié. La population civile a été très affectée par l’insécurité générale et les combats, ce qui s’est traduit par une augmentation fulgurante du nombre de personnes déplacées.

À cause du conflit, beaucoup de paysans ont eu peur de cultiver leurs champs. Du fait du manque de récoltes et de l’insécurité politique, les marchés locaux ne sont plus approvisionnés en denrées alimentaires. Dans la région du projet, beaucoup de stands sont vides, les commerces sont fermés. La crise économique et la perte de valeur de la livre sud-soudanaise ont contribué à rendre les denrées alimentaires hors de prix. La population ne peut donc pas compenser les pertes de récoltes et assurer ses besoins de base. Selon des analyses datant de mars 2018, moins de la moitié de la population est en mesure de produire ou d’acheter la nourriture dont elle a besoin. Plus de six millions de personnes sont touchées par une pénurie aiguë de denrées alimentaires et plus d’un million d’enfants de moins de 5 ans souffrent de sous-alimentation.

Dans la région du projet, le manque d’accès à l’eau pose également problème. Les femmes des régions rurales doivent effectuer chaque jour trois à cinq heures de marche pour aller chercher une eau sale. Parmi les puits et systèmes d’approvisionnement en eau actuels, beaucoup sont vétustes et ne fonctionnent plus. D’après les statistiques officielles, plus de la moitié de la population sud-soudanaise (plus de six millions de personnes) n’a pas suffisamment accès à l’eau et aux installations sanitaires. On part du principe que c’est le cas de plus de 90 000 personnes dans la région du projet. Avec la crise économique, les autorités ne sont plus non plus en mesure d’entretenir les infrastructures, surtout dans les régions rurales. Les enfants en particulier sont de ce fait davantage exposés à des maladies causées par le manque d’eau et d’hygiène, telles que le choléra.

 

Que faisons-nous?

Caritas Suisse est active au Soudan du Sud depuis plus de 40 ans. Depuis 1999, les activités se concentrent sur le développement et l’aide d’urgence dans la région d’Équatoria-Oriental. Un projet d’aide d’urgence a été réalisé au cours des mois précédents, dans le but d’améliorer l’accès à l’eau potable et la sécurité alimentaire dans la région d’Ikwoto (Équatoria-Oriental) en proie à la sécheresse et à la guerre. Ce projet s’est achevé fin septembre 2018. Mais comme beaucoup de villages n’ont toujours pas suffisamment de raccordements d’eau et que le court laps de temps ne suffisait pas pour les activités de prévention de la sous-alimentation des enfants des régions rurales, Caritas aimerait poursuivre les efforts visant à améliorer l’approvisionnement en eau et à diminuer la sous-alimentation.

Ce projet vise donc à réparer les puits qui ne fonctionnent plus et à installer de nouvelles pompes manuelles dans six villages. Les puits sont administrés au niveau communal par des comités locaux en charge de l’eau. Afin de garantir une manutention correcte, des cours pratiques sont dispensés à tous les membres de ces comités qui apprennent ainsi à utiliser correctement les installations et à les entretenir. Ces mesures doivent garantir l’accès à l’eau potable.

Des activités de lutte contre la sous-alimentation doivent en outre être menées dans 50 villages. Des bénévoles formés pour surveiller la croissance y examineront régulièrement les enfants en bas âge, enregistreront les signes de sous-alimentation et, si nécessaire, emmèneront à l’hôpital ceux qui souffrent de sous-alimentation aiguë ou entreprendront les démarches nécessaires pour que les enfants obtiennent le bon traitement. Les enfants en bas âge atteints de malnutrition à un stade moins avancé recevront des compléments alimentaires. Des Village Child Days seront aussi organisés dans tous les villages. Ils consistent à sensibiliser sur un mode ludique les mères et les enfants à la diététique, ainsi qu’aux diverses mesures de prévention de la malnutrition et de la sous-alimentation. Des mères dites Lead Mothers suivent une formation de conseillères en nutrition, afin de pouvoir surveiller l’alimentation des mères et des enfants de leur village et signaler aux autres mères les bonnes manières de nourrir leurs enfants et de préparer les repas. Une composante supplémentaire du projet consiste à aménager des jardins potagers dans les villages et à distribuer des semis aux mères qui apprennent ainsi à cultiver, à récolter et à préparer correctement diverses sortes de légumes riches en vitamines.

 

Votre don

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS