Navigation mit Access Keys

 
Soudan du Sud

Aide d’urgence pour les familles touchées par la sécheresse

Une combinaison dévastatrice de guerre, de violence et de sécheresse a forcé des millions de personnes du Soudan du Sud à fuir. Près de la moitié de la population n’a pas assez de nourriture. Caritas Suisse distribue des semences et de la nourriture aux personnes touchées par la sécheresse et la guerre. Elle répare également les puits et forages, et construit de grands réservoirs d’eau, ce qui permet de stocker plus d’eau pendant la saison des pluies. Les comités locaux de l’eau apprennent à bien utiliser et entretenir les forages et les réservoirs.

 

Pays / région / lieu
Ikwoto, Geria et Kidepo Valley dans la province d’Imatong, région d’Équatoria-Oriental, Soudan du Sud 


Groupe cible
Quelque 70 000 personnes des régions rurales touchées par l’insécurité alimentaire et la pénurie d’eau 


Budget nécessaire
740 080 francs


Durée du projet
Du 1.11.2017 au 30.4.2018 (6 mois)


Numéro du projet
P170064


Objectif du projet
Améliorer l’approvisionnement alimentaire et garantir l’accès à l’eau potable pour la population dans les zones touchées par la sécheresse et la guerre


Responsable du projet
Pamela Stathakis, Tél : 041 419 22 88, pstathakis@caritas.ch


Département
Aide en cas de catastrophe, étranger

 
 

De quoi s’agit-il?

Depuis que des combats armés ont éclaté en décembre 2013 entre les partisans du président et l’ancien vice-président destitué, le Soudan du Sud a été touché par d’importants troubles politiques et sociaux. Bien que deux accords de cessez-le-feu aient été signés en 2014, les combats se poursuivent sans relâche dans certaines régions du pays. La population civile est gravement touchée par ces hostilités, ce qui se traduit par un nombre croissant de personnes déplacées à l’intérieur du pays. En mai 2017, plus de 5,5 millions de personnes avaient besoin d’aide humanitaire.

La combinaison dévastatrice de la guerre, de la violence et de la sécheresse a forcé plus de 3,8 millions de personnes à fuir, dont beaucoup vers les pays voisins. Le manque de précipitations en 2016 et 2017 a encore contribué à la détérioration de la situation et de plus en plus de personnes ne mangent pas à leur faim. En raison du conflit, de nombreux agriculteurs craignent de labourer leurs champs ; les marchés locaux ne sont plus approvisionnés en vivres à cause du manque de récoltes et de l’insécurité politique. Dans la zone du projet, de nombreux stands du marché sont vides ; les magasins sont fermés. La crise économique et la dévaluation de la livre du Soudan du Sud ont contribué à l’incapacité de la population à se procurer des denrées alimentaires pour compenser la perte de récoltes et ainsi sauvegarder des besoins essentiels. En février 2017, selon l’ONU, un million de personnes du Soudan du Sud étaient proches de la famine et le nombre d’enfants et d’adultes souffrant de malnutrition atteignait des sommets. Dans certaines régions du pays, le gouvernement a même déclaré la famine. Près de la moitié de la population est touchée par la pénurie alimentaire et à peine capable de se procurer sa propre nourriture. De nombreuses familles d’agriculteurs ont même commencé à manger les semences distribuées, compromettant ainsi le stock de semences pour la prochaine saison de plantation.

Outre les pénuries alimentaires, le manque d’accès à l’eau est également un problème majeur dans la zone du projet. Beaucoup de femmes doivent marcher entre 3 et 5 heures par jour pour obtenir de l’eau à peine potable. De nombreux forages et systèmes d’approvisionnement en eau sont obsolètes et ne fonctionnent plus. Certains villages ont des bassins de collecte des eaux pluviales construits par Caritas Suisse, mais il leur manque souvent un deuxième réservoir pour assurer l’approvisionnement en eau de toute la population.

 

Que faisons-nous?

Caritas Suisse est active au Soudan du Sud depuis plus de 40 ans. Depuis 1999, les activités de développement et d’aide d’urgence se sont concentrées sur la région de l’Equatoria-Oriental. L’objectif de ce projet d’aide d’urgence est d’améliorer l’accès à l’eau potable et la sécurité alimentaire pour les populations affectées par la sécheresse et la guerre dans l’État d’Imatong, en Equatoria-Oriental.

Afin de faciliter l’accès à l’eau potable dans les zones rurales, une vingtaine de forages obsolètes seront réparés et de nouvelles pompes manuelles seront installées dans différents villages. Deux forages seront également équipés d’une pompe électrique alimentée à l’énergie solaire afin de garantir qu’une quantité suffisante d’eau puisse être pompée à la surface pour répondre à la forte demande de la population. En outre, des réservoirs d’eau de 150 mètres cubes doivent être construits dans deux villages, de sorte que pendant la saison des pluies, davantage d’eau puisse être collectée et stockée dans les bassins de captage des eaux pluviales déjà construits (bassins de captage dans la roche). Les travaux de réparation des forages et des pompes manuelles sont coordonnés et exécutés par des experts du département local de l’eau. Les forages et réservoirs sont administrés par les comités de l’eau locaux au niveau des communes. Afin d’assurer un traitement adéquat, tous les membres de ces comités suivent une séance de formation de cinq jours. En plus de l’utilisation et de l’entretien corrects de l’équipement, ils apprennent à appliquer les bonnes pratiques d’hygiène dans la vie quotidienne. En plus de ces activités, le département local de l’eau recevra des outils, du matériel et un soutien technique pour réparer et entretenir le système local d’approvisionnement en eau de la ville d’Ikwoto et des villages environnants. Les mesures susmentionnées amélioreront les infrastructures d’approvisionnement en eau de la population et permettront à celle-ci d’avoir accès à l’eau potable.

Afin d’améliorer la sécurité alimentaire dans les zones du projet, le projet prévoit de distribuer des semences à 2000 familles pour qu’elles puissent reprendre leurs activités agricoles et retrouver leur production lors de la récolte d’avril/mai prochain. Si nécessaire, du matériel agricole est également distribué aux agriculteurs. Afin d’éviter que les bénéficiaires n’utilisent les semences directement comme denrées alimentaires, environ 1200 familles recevront aussi de la nourriture. Par exemple, les familles qui participent aux travaux sur les nouveaux réservoirs d’eau seront indemnisées avec des denrées alimentaires (arachide et sorgho) (nourriture contre travail). Environ 500 familles de la région d’Ikwoto doivent également être payées avec de la nourriture contre un travail d’utilité publique. Pour deux semaines de travail, chaque famille reçoit de la nourriture pendant deux mois. Une attention particulière devrait être accordée aux familles pauvres et vulnérables. Comme les marchés locaux ne fonctionnent que dans une mesure limitée, Caritas Suisse distribue directement les denrées alimentaires aux familles, ce qui peut avoir un effet immédiat.

 

Votre don

Contenu de replacement