Navigation mit Access Keys

 
Syrie

Renforcement de la population touchée par la guerre à Homs

Caritas aide les familles touchées par la guerre à Homs, l’une des villes de Syrie les plus durement touchées, à faire face à leurs besoins quotidiens. Les personnes déplacées, tout comme les familles démunies vivant sur place, bénéficient d’un soutien. L’aide est adaptée à la situation individuelle des familles et comprend des bons électroniques pour l’achat d’aliments et d’articles d’hygiène, ou une participation aux coûts médicaux et de logement. De plus, le projet soutient 60 microentreprises en leur fournissant du matériel, des outils et des formations continues, pour leur permettre d’accéder au marché local.

 

Pays / région / lieu
Homs, Syrie


Groupe cible
Personnes déplacées et communautés locales touchées par le conflit


Budget nécessaire
577 302 francs suisses


Durée du projet
Du 01.10.2018 au 30.09.2019


Numéro du projet
P180047


Objectif du projet
Couvrir les besoins de base de 1485 familles, promouvoir les revenus de 60 microentreprises ; promouvoir des méthodes d’aide humanitaire innovantes (bons électroniques et versement d’argent liquide).


Responsable du projet
Richard Asbeck, Tél.: 041 419 22 29, rasbecknot shown@caritasto make life hard for spam bots.ch


Département
Aide humanitaire

 
 

De quoi s’agit-il ?

Après la défaite de l’organisation État islamique en 2017, le gouvernement syrien, avec l’aide de ses alliés, a étendu son contrôle à de grandes parties du pays en 2018. Cela a engendré de nouvelles expulsions et déplacements, dont la fin n’est pas encore en vue. Après la défaite des groupes d’opposition à Afrin, dans la Ghouta orientale et à Dara'a, de nombreux Syriens nouvellement déplacés ou réexpulsés sont arrivés dans ces trois régions au premier semestre 2018. Le conflit persistant entre le gouvernement et l’opposition laisse présager de nouveaux déplacements, avec les charges qui en résulteront pour les infrastructures publiques.

En même temps, le nombre de personnes retournant prudemment dans leurs villes et villages d’origine après la diminution de la violence militaire s’accroît lentement. Il s’agit encore de retours volontaires, essentiellement de personnes qui ont été déplacées au sein même de la Syrie. Et en parallèle, les pays voisins sont de moins en moins prêts à héberger un grand nombre de Syriens réfugiés. Les autorités de sécurité intérieure libanaises, par exemple, ont déjà commencé à créer des centres de retour forcé des réfugiés syriens.

Beaucoup de déplacés internes et de volontaires au retour s’efforcent de rejoindre Homs. Depuis le début du conflit, Homs, la troisième plus grande ville de Syrie, a été le théâtre de batailles acharnées entre les troupes gouvernementales syriennes et l’opposition. C’est aujourd’hui l’une des villes de Syrie les plus profondément détruites. La ville qui comptait 1,4 million d’habitants avant la guerre a perdu plus de la moitié de ses habitants qui ont été tués ou déplacés. On estime que plus de 83 % des bâtiments sont entièrement ou partiellement détruits. Les familles qui sont revenues peupler la vieille ville à la fin des hostilités ont tout perdu et vivent dans une extrême pauvreté et dans des conditions très difficiles. De petits commerces ont rouvert dans les ruines. Mais la crise économique empêche un retour à la normale.

Et l’aide humanitaire reste indispensable — la situation est précaire partout. Selon les estimations actuelles, 43 % des habitants de Homs dépendent de l’aide alimentaire et 63 % n’arrivent pas à payer leur loyer mensuel. Les trois quarts des personnes souffrant de maladies respiratoires sont des enfants de moins de 5 ans. Les trois quarts des femmes enceintes souffrent de maladies liées à la grossesse. La plupart des ménages ne peuvent pas s’offrir de savon et de produits d’hygiène. Les gens n’ont plus d’économies, et pas de revenus qui permettraient de satisfaire même aux simples besoins fondamentaux, et ils doivent donc mettre en place des stratégies négatives telles que le travail des enfants et la réduction de la consommation alimentaire.

Depuis le début de la guerre, Caritas a fourni une aide humanitaire en Syrie et soutenu les groupes de population les plus vulnérables. L’œuvre d’entraide a aidé jusqu’ici plus de 500 000 personnes touchées par le conflit. À Homs, Caritas prévoit de poursuivre son aide d’urgence et de la compléter par des soutiens aux microentreprises.

 

Que faisons-nous ?

Depuis le début de la crise syrienne, Caritas Suisse, en collaboration avec ses partenaires sur place, apporte une aide d’urgence aux réfugiés syriens dans les pays voisins ainsi qu’en Syrie même. À Homs et dans les villages environnants, Caritas aide les familles qui en ont besoin à subvenir à leurs besoins essentiels. On aide les personnes déplacées, mais aussi les familles démunies vivant sur place.

En outre, Caritas Suisse encourage la capacité de Caritas Syrie à accroître l’efficacité, la transparence, l’impact et la satisfaction des bénéficiaires par l’utilisation de méthodes innovantes. C’est possible notamment grâce à l’utilisation de bons électroniques qui sont distribués via une plate-forme de données moderne basée sur le cloud. La prestation d’aide peut ainsi être adaptée en fonction des aides d’autres donateurs par synchronisation des données. En outre, l’utilisation de bons d’achat donne aux bénéficiaires une plus grande autonomie dans leurs choix de consommation.

Après huit ans de guerre, et avec le début d’un lent et prudent retour à Homs des réfugiés et des personnes déplacées à l’interne, Caritas Suisse adapte ses interventions à l’évolution de la situation et commence à promouvoir des mesures en faveur de l’emploi.   Ce projet appuie 60 microentreprises en leur fournissant du matériel, des outils et une formation pour faciliter leur accès aux marchés locaux. Les entreprises sont sélectionnées sur la base d’un appel d’offres et après une présentation de la base commerciale et l’élaboration conjointe d’un plan d’entreprise.

Cependant, l’aide d’urgence reste le centre de l’intervention dans ce projet. L’aide est adaptée à la situation individuelle des ménages et couvre un large éventail de besoins.

  • Les besoins de base de 1 545 ménages sont couverts pendant un an par des bons électroniques pour des produits alimentaires et d’hygiène. Ces bons sont acceptés par des magasins sélectionnés et répondent aux besoins de base individualisés des familles. Ils sont distribués régulièrement par le biais de smartcards. Les familles peuvent ainsi choisir les aliments qu’elles souhaitent se procurer.
  • En raison de la destruction massive des bâtiments, les logements adéquats et abordables sont rares, certaines personnes vivent dehors ou dans des écoles inutilisées. Afin de pouvoir leur permettre un logement convenable, on aide 200 familles dans le paiement de leurs coûts de logement pendant un an.
  • 1 045 ménages dont un membre de la famille est malade ou blessé reçoivent de l’aide pour payer leurs frais de traitement. Les frais de traitement sont remboursés directement aux hôpitaux traitants après examen et évaluation des besoins.

Par ses activités, Caritas vise à améliorer les conditions de vie des familles particulièrement démunies de Homs et de ses environs. Des travailleurs sociaux expérimentés atteignent ces familles grâce à un travail d’information publique dans la ville et les communautés environnantes. On peut ainsi s’assurer que l’aide est fournie là où elle est nécessaire. La destruction, la situation sécuritaire instable et la difficulté de se rendre dans d’autres parties de la ville rendent le travail de Caritas à Homs très difficile. Par conséquent, une partie importante du projet consiste pour Caritas Suisse à soutenir et à renforcer les Caritas locales par des mesures ciblées de promotion et de formation.

 

Votre don

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS