Liban

Aide après l'explosion de Beyrouth

L'explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth a laissé des centaines de milliers de personnes sans abri et anéanti des existences. La catastrophe touche un pays qui est déjà au bord de l'effondrement économique et social, et cela en pleine pandémie de coronavirus. Caritas fournit son aide à la population.

 

Le 4 août 2020 peu avant 18h, une terrible explosion a dévasté le port de Beyrouth. Elle a provoqué plus de 175 morts et plusieurs milliers de blessés. L'explosion a laissé la capitale libanaise dévastée. L’onde de choc a détruit ou gravement endommagé d’innombrables bâtiments dans un rayon d’un kilomètre. Sur plusieurs kilomètres carrés, les fenêtres ont été brisées et les portes arrachées. 300'000 personnes ont perdu leur toit, des existences ont été ravagées.

 

Aide d'urgence

Caritas Suisse, qui est active au Liban depuis 2012 dans le cadre de son aide aux victimes de la crise syrienne, a collaboré immédiatement avec son organisation partenaire de longue date, Caritas Liban, pour apporter son aide. Elle a tout d'abord fourni une assistance médicale aux personnes blessées que les hôpitaux surpeuplés ne pouvaient pas accueillir et distribué des médicaments. Dans les rues, Caritas a servi des repas chauds et distribué des colis alimentaires aux familles. Les équipes de Caritas ont aidé aux travaux de déblaiement et apporté un soutien psychologique. Fin août 2020, cette aide d'urgence avait atteint 50 000 personnes.

Un refuge pour les familles dans le besoin et de bonnes possibilités d'apprentissage pour les enfants

Caritas reste aux côtés des sinistrés aussi durant l'hiver. Des centaines de milliers de personnes ont tout perdu. Les familles particulièrement vulnérables reçoivent actuellement des montants en espèces pour couvrir leurs dépenses quotidiennes et pour réparer elles-mêmes les dommages causés à leurs appartements et maisons. Elles peuvent ainsi rester dans leur logement tout en étant protégées du vent et des intempéries. Nous offrons par ailleurs une prise en charge psychologique. 

L'explosion a endommagé ou détruit 160 écoles publiques et privées. En collaboration avec la Direction du développement et de la coopération (DDC), Caritas Suisse contribue à ce que les élèves puissent réapprendre aussi bien et aussi vite que possible. Alors que la DDC reconstruit des écoles, nous facilitons l'enseignement à distance dans sept écoles avec des organisations partenaires locales, Ana Aqra, Caritas Liban et Seenaryo. De cette manière, les enfants peuvent recevoir un enseignement malgré les écoles endommagées. Grâce à l'aide aux devoirs, à la formation des enseignants, au soutien psychosocial et aux versements en espèces aux familles gravement touchées, nous améliorons également l'accès à une éducation de qualité dans ces écoles - y compris pour les enfants particulièrement vulnérables. 

 

L’histoire de Taima et Abbas

Le soir du 4 août, Taima Khaltoum s’active en cuisine dans son minuscule appartement de Beyrouth. Les enfants jouent à côté. Taima est en train de préparer le souper quand une panne d'électricité l’interrompt. Au Liban, cela se produit plusieurs fois par jour. Son mari Abbas vient vérifier que tout est en ordre à la cuisine. C’est là qu’une terrible explosion fait trembler la maison. Instinctivement, Taima pousse ses enfants contre le mur et les protège de ses bras. Des éclats de verre, des planches et des pierres pleuvent sur le petit groupe. Deux des quatre filles sont blessées. Les portes et les fenêtres éclatent, la cuisine et la salle de bains ne sont plus qu’un champ de ruines.

C'est déjà la deuxième fois que Taima et Abbas subissent la destruction de leur maison. Ils ont déjà vécu cela en 2015, pendant la guerre en Syrie. La famille s’est ensuite réfugiée au Liban, Abbas ayant réussi de justesse à leur faire passer la frontière. Mais depuis la crise financière, il a de moins en moins de travail. La pan émie de coronavirus aggrave encore la situation. Abbas s’inquiète beaucoup à l’idée qu’il ne pourra bientôt plus nourrir sa famille. Taima apprend maintenant à coudre, mais cela ne lui rapporte pour l’instant aucun revenu. Toute la famille est très reconnaissante à Caritas de la soutenir en ces temps difficiles.

 

Les crises se succèdent

L'aide est d'autant plus urgente que les forces et les ressources des personnes les plus pauvres du Liban, en particulier, sont épuisées depuis longtemps. Le pays, structurellement affaibli, qui a accueilli plus de 1,5 million de réfugiés syriens depuis le début de la guerre en Syrie, est au bord de la faillite. Les infrastructures sont désespérément surchargées. De plus en plus de personnes perdent leur emploi et sombrent dans la pauvreté. Les tensions entre réfugiés et communautés d’accueil se multiplient. Et la communauté internationale oublie le Liban.

Le système de santé souffre également énormément de la crise économique. De très nombreuses personnes n'ont pas accès aux soins médicaux nécessaires ou insuffisamment. La crise du coronavirus, qui a durement touché le Liban, a encore aggravé la situation. Le soir de l’explosion, Beyrouth était confinée pour la deuxième fois. Et l'explosion dans la capitale, où se trouvent les hôpitaux les plus importants du pays, a également endommagé des hôpitaux. Des membres du personnel médical ont été tués. La population du Liban a maintenant plus que jamais besoin de notre aide.

 

Votre don

 

08.08.2020 - L'aide de Caritas au journal de la RTS

 

*Le nom de la bénéficiaire a été modifié

 
 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS