La solidarité avec les pays pauvres est nécessaire

Crise du coronavirus : les projets de Caritas dans le monde - Service de presse 04/2020

Le coronavirus touche le monde entier. Plusieurs pays où Caritas mène des projets sont pour le moment moins touchés que la Suisse. Il faut absolument adopter les mesures d’hygiène requises pour endiguer la propagation de la maladie dans toute la mesure du possible. La lutte contre la pauvreté devient plus urgente que jamais.

Blog: Solidarität mit armen Ländern ist gefordertUne alimentation déficiente et l’absence d’installations sanitaires de base rendent déjà très précaire l’état de santé des populations les plus pauvres. Le nombre de personnes qui sont affaiblies par une maladie chronique y est assez élevé. Même lorsqu’il n’y a pas d’épidémie, les systèmes de santé publique des pays en développement sont déjà débordés.

Dans une première phase, Caritas Suisse renforce les mesures d’hygiène dans les pays de ses projets, sensibilise les populations et fournit une aide à la survie.

  • Ainsi, Caritas Suisse lance en Haïti un projet basé sur l’expérience acquise dans la lutte contre le choléra. La population à risque est sensibilisée à la nécessité de respecter les mesures d’hygiène et reçoit des articles essentiels, p. ex. du savon.
  • En Syrie, Caritas a distribué aux écoliers et à leurs familles des nécessaires d’hygiène avec du savon, des essuie-mains et du désinfectant. Des campagnes d’information et des formations à l’hygiène auprès des enfants ont été menées avant la fermeture des écoles ordonnée par le gouvernement. 
  • En Indonésie, Caritas informe la population sur les dangers du coronavirus et sur la manière dont elle peut se protéger de la contamination par des mesures d'hygiène et des règles de conduite simples (distanciation sociale). Les familles reçoivent également des kits d'hygiène comprenant du savon et des produits désinfectants.
  • En Bosnie-Herzégovine, Caritas Suisse apporte son soutien à 6000 personnes de groupes particulièrement vulnérables au cours des trois prochains mois. Il s’agit notamment de familles qui ont perdu leurs revenus en raison de la crise, ainsi que de familles monoparentales, de personnes âgées et/ou malades et de personnes handicapées. Ces personnes reçoivent des biens de première nécessité, denrées alimentaires et articles d’hygiène, ou des bons d’achat avec lesquels elles peuvent couvrir leurs besoins de base en se rendant dans les magasins locaux.
  • En Bolivie, dans les villes de La Paz/El Alto, Cochabamba, Santa Cruz et d'autres localités, ainsi qu'au Pérou, à la frontière avec la Bolivie, Caritas Suisse a lancé des mesures d’aide d’urgence au début du mois d’avril. Elle distribue des denrées alimentaires et des bons d’achat, des articles d’hygiène et du matériel de protection à 200 familles réfugiées vénézuéliennes et à 1545 Boliviens particulièrement vulnérables qui ne peuvent plus gagner d’argent à cause de l’interdiction de sortir. Des logements sont également mis à leur disposition.
  • Au Soudan du Sud, Caritas Suisse collabore avec la task-force Covid-19 de l’État d’Équatoria-Oriental. Sa tâche est d’informer la population des risques et des mesures de prévention. Des émissions de radio et des messages par des haut-parleurs installés sur les véhicules permettent de diffuser ces messages dans les villages éloignés. De plus, 3000 familles recevront des seaux équipés d’un robinet d’écoulement ainsi que du savon. Des forages sont à nouveau opérationnels et permettent d’améliorer l’accès des habitants à l’eau potable et à l’hygiène personnelle. 30 promoteurs d’hygiène de Caritas Suisse effectuent des visites à domicile pour informer les gens sur le coronavirus et les mesures d’hygiène qu’il faut prendre.
  • Au Tadjikistan, Caritas fournit jusqu'à fin juin à 1350 écoles du savon et du désinfectant pour une bonne hygiène des mains.

Une immense majorité de personnes dans les pays où Caritas a des projets vivent au jour le jour, travaillent irrégulièrement et dans des conditions précaires, et ne disposent pas de sécurité financière par le biais d’un système de sécurité sociale. Les gens ressentent très durement les mesures prises à cause du coronavirus, les couvre-feux ou les fermetures de frontières. L’économie informelle se disloque, le commerce est de plus en plus difficile, ou même impossible. On s’attend à ce que la pauvreté et la faim augmentent de façon spectaculaire. Les femmes et les enfants en seront les premiers touchés. Caritas Suisse va s’engager à atténuer les conséquences dévastatrices de l’épidémie pour les personnes les plus vulnérables de la société.

Photo : Bogotà, Colombie 2019. (c) Luca Zanetti

Notre engagement : le coronavirus touche le monde entier