La nouvelle loi sur le CO2 : un pas vers la justice climatique

Votation du 13 juin - Service de presse 05/2021

Nous voterons le 13 juin sur la loi sur le CO2. Elle constitue un pas majeur vers une Suisse respectueuse du climat. Et c’est une contribution nécessaire pour limiter la hausse des températures mondiales à un niveau supportable de 1,5°C. Une meilleure protection du climat et une durabilité accrue profitent à la Suisse, mais aussi aux populations des pays en développement déjà sévèrement touchés par la crise climatique. Caritas dit oui à la nouvelle « loi sur le climat ».

La nouvelle loi sur le CO2 sera soumise au peuple dans un peu plus de deux semaines. Elle jette les bases de la future politique climatique de la Suisse. Soucieux du principe de causalité et socialement responsable, le projet inscrit dans la loi des étapes importantes vers une Suisse respectueuse du climat et de la planète.

La « loi sur le climat » mise sur les énergies renouvelables. Des objectifs ambitieux en matière d'émissions pour les nouvelles voitures et de réduction de CO2 pour les bâtiments font tout autant partie du projet de loi que les investissements dans le développement et l'application de nouvelles technologies ne nuisant pas au climat. La loi révisée sur le CO2 formule enfin des engagements pour des secteurs qui pour l’heure ne sont pas tenus de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre : le transport aérien et la place financière.

La nouvelle loi sur le CO2 ne va certes pas assez loin vu le réchauffement progressif de la planète. Il n'en reste pas moins qu'elle fixe le bon cap pour que la Suisse puisse mettre en œuvre l'accord de Paris et limite la hausse des températures mondiales à 1,5°C. La refuser ne résoudrait rien par ailleurs. Au contraire, son rejet mettrait en péril les progrès accomplis en matière de protection du climat et bloquerait la politique climatique suisse dans les années à venir.

De nombreuses raisons de voter oui

Plusieurs raisons plaident en faveur du oui à la nouvelle loi sur le CO2 :

  • La Suisse n'a réduit ses émissions de gaz à effet de serre que de 14 % depuis 1990 mais entend les diviser par deux d'ici 2030 dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat. La nouvelle loi fédérale sur le CO2 prévoit des mesures concrètes et efficaces de protection du climat. La Suisse s'est engagée à agir dans ce sens. Mais elle sera aussi largement gagnante si la communauté internationale parvient à appliquer la stratégie arrêtée à Paris et à limiter le changement climatique.
  • La planète et la Suisse ne sont pas encore sur la bonne voie. Les mesures mondiales actuelles nous mènent vers un périlleux réchauffement planétaire de 3°C d'ici 2100. Chez nous aussi, les répercussions seraient dramatiques : l’intensification des vagues de chaleur aurait un impact toujours plus marqué  sur l'environnement et la santé humaine. Les précipitations plus intenses multiplient les dangereux glissements de terrain et les inondations ruineuses.
  • L'objectif de zéro net d’ici 2050 décidé par le Conseil fédéral ne pourra être atteint que si le pétrole et le charbon sont systématiquement et durablement remplacés par des énergies renouvelables basées sur l'eau, le vent et le soleil. La loi sur le CO2 jette les bases d’une restructuration urgemment nécessaire de l'approvisionnement énergétique de la Suisse.
  • En se dotant de la loi sur le CO2, notre pays renforce sa propre économie et crée des emplois intéressants dans le secteur durable et prometteur des technologies propres. Une plus grande partie de la valeur ajoutée reste de cette manière en Suisse : des milliards ne prennent plus le chemin des pays exportateurs de pétrole.
  • Socialement supportable, la loi sur le CO2 respecte le principe de causalité. Elle prend pour cible les plus gros « pollueurs » nationaux : les trafics automobile et aérien, ainsi que les bâtiments et les systèmes de chauffage. Plus de la moitié des sommes provenant de la taxe sur le CO2 et les billets d'avion sera redistribuée à la population. Le reste sera versé dans un fonds climatique permettant de soutenir des investissements climatiquement neutres et les entreprises innovantes. Quiconque se déplace en voiture, prend l’avion et chauffe moins ou de manière plus respectueuse du climat profitera de la redistribution des taxes sur les combustibles fossiles.
  • La loi sur le CO2 est un premier pas vers la justice climatique mondiale. Aujourd'hui déjà, les plus pauvres de l’hémisphère sud pâtissent énormément des conséquences dévastatrices du réchauffement climatique. Ce n'est que si la communauté internationale tient ses engagements en matière de préservation du climat que la hausse des températures pourra être encore limitée. Chaque dixième de degré compte. Les coûts de l'inaction dépassent de loin ceux de la protection du climat.

Il est évident pour Caritas Suisse que c’est un oui clair et résolu à la nouvelle loi sur le CO2 qu’il faut jeter le 13 juin dans l’urne.
 

Notre action : Ensemble pour la justice climatique

L'engagement de Caritas : Adaptation au changement climatique et efficacité énergétique