La fracture numérique

Le manque de compétences exclut et affecte les chances d’entrer sur le marché du travail - Service de presse 04/2021

L’évolution numérique est une avancée qui facilite en principe la vie de tous. La crise du coronavirus a montré par exemple combien nous dépendons des technologies de l’information et de la communication (TIC).   Mais tout le monde n’est pas encore en mesure de bénéficier de ces facilitations. Certains sont laissés de côté et un fossé numérique s’est creusé dans notre société.  

Blog: La fracture numériqueQuels que soient les domaines, les compétences numériques sont de plus en plus nécessaires pour mener à bien notre vie quotidienne. Les compétences numériques sont indispensables, en particulier dans le monde d’aujourd’hui, où l’on se réunit parfois en famille par vidéoconférence, où l’on travaille à domicile, où l’éducation et la formation, ou encore les achats se font de plus en plus en ligne. L’utilisation et la maîtrise de ces technologies sont encore loin de bénéficier à l’ensemble de la population. Selon des enquêtes de l’Office fédéral de la statistique, environ un quart de la population suisse n’a pas ou peu de compétences numériques de base. Une grande partie de ces personnes ont un faible niveau d’éducation et gagnent un revenu bas. C’est ainsi, par exemple, que seulement 60 % des personnes gagnant moins de 4000 francs par mois utilisent Internet régulièrement. Et un tiers des ménages à faible revenu ne possèdent pas d’ordinateur à la maison.

Exclusion sociale

Ces personnes sont de fait exclues de certains pans de la société. Par exemple, si je ne dispose pas de l’application des CFF, je n’ai pas accès aux billets dégriffés. Si je ne sais pas comment m’inscrire en ligne, je n’ai pas accès à la vente d’un billet de concert.

Notre réalité est de plus en plus marquée par le monde numérique : un nombre croissant de prestations et services ne sont proposés qu’en ligne. Et les prestations proposées en réel coûtent souvent plus cher que les mêmes en ligne. Conséquence : de nombreuses personnes sont mises de côté et renoncent à certaines offres et certains services. Cette évolution qui s’accélère a pour conséquence que certaines personnes ont de plus en plus de peine à rattraper leur retard ; elles perdent l’espoir et la motivation de se former, et de s’adapter à ce monde numérique. Et le fossé social se creuse un peu plus.

Inaptes au marché du travail

Avec la transformation numérique, les personnes dont les compétences en matière de TIC sont faibles ou inexistantes risquent non seulement d’être socialement exclues, mais aussi de ne plus pouvoir répondre à des exigences professionnelles quotidiennes. Elles ont de plus en plus de mal à trouver un emploi. La recherche d’emploi en ligne représente déjà un obstacle infranchissable. Pour beaucoup, établir un dossier de candidature en ligne et l’envoyer par mail ou par formulaire en ligne est inimaginable. Pourtant, cette manière de faire est de plus en plus souvent la seule procédure admise.

En outre, certaines compétences numériques sont une condition préalable pour rester sur le marché de l’emploi. Pratiquement chaque entreprise utilise des processus numérisés, et rédiger un e-mail, procéder à des transactions de paiement en ligne ou même simplement enregistrer ses heures de travail en ligne est monnaie courante. Même des secteurs à bas salaire ne demandant qu’un faible niveau de qualifications, par exemple les professions de la gastronomie et du nettoyage, utilisent des applications numériques.

Combler le fossé ensemble

Notre société fondée sur la solidarité ne peut pas permettre que les personnes concernées prennent davantage de retard. Caritas considère donc que contrer cette évolution et contribuer à combler ce fossé fait partie de sa mission de base.

Tout un chacun devrait disposer des mêmes possibilités et des mêmes conditions de participation au monde numérique. Caritas, en collaboration avec l’entreprise Sunrise UPC, souhaite donc donner à tous les moyens de profiter des possibilités offertes par cette évolution et d’utiliser activement les applications techniques. Grâce à cette collaboration, nous espérons redonner aux personnes concernées une certaine indépendance et, par conséquent, une certaine confiance en elles. La collaboration avec Sunrise UPC est un exemple de la manière dont différents acteurs de la société civile et du monde des affaires peuvent travailler ensemble pour renforcer l’autonomie des personnes en situation de pauvreté et faire avancer la société.

Photo : Thomas Plain
 

Le projet pilote de Sunrise en collaboration avec Caritas Suisse

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des impôts.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS