Un encadrement efficace de réfugiés vulnérables

Intégration des familles syriennes dans le canton de Fribourg - Service de presse 10/2019

Originaire de Syrie, la famille Khalil* est arrivée en Suisse en 2018, dans le cadre du programme de réinstallation du HCR prévu pour les réfugiés les plus vulnérables. Après quelques mois, grâce à un encadrement permanent des collaborateurs de la Maison de formation et d’intégration de Caritas à Matran (FR), la famille s’intègre de mieux en mieux et gagne peu à peu son indépendance.

En 2018, la famille Khalil qui avait perdu sa maison en Syrie et qui a vécu dans la précarité et l’insécurité au Liban, arrive à Bâle, parmi d’autres familles syriennes victimes de la guerre. La famille Khalil, comme les autres familles, est accueillie en Suisse dans le cadre du programme de réinstallation (resettlement) mis en œuvre entre le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et la Suisse. Ce projet incorpore un programme spécifique qui vise l’intégration professionnelle plus aisée des réfugiés.

Les familles choisies sont particulièrement démunies et vulnérables. Toutefois, chacune d’elles possède un potentiel et une volonté d’intégration. Elles restent au Centre d’enregistrement et de procédure (CEP) le temps de recevoir quelques informations et d’effectuer un examen médical approfondi. Ensuite, elles sont conduites dans un canton suisse.

Blog : Un encadrement efficace de réfugiés vulnérablesLogement collectif durant six mois

Selon le programme d’intégration mis en place dans le canton de Fribourg, les familles sont hébergées dans une maison collective durant six mois, avant de gagner leur logement privé. La Maison de formation et d’intégration (MFI) à Matran, fondée et dirigée par Caritas Suisse, constitue ainsi leur première résidence. La MFI leur assure un séjour calme et sécurisant, une préscolarisation pour les enfants et les soins médicaux nécessaires. De surcroît, elle offre des modules d’informations, pratiques et théoriques, destinés à couvrir plusieurs aspects de la vie en Suisse. Ainsi, les réfugiés sont renseignés sur les magasins, le transport, le système médical et scolaire avant d’aborder le système politique, les coutumes, l’histoire et la géographie suisses.

Deux coaches, parlant l’arabe et issus du même milieu culturel, sont désignés pour accompagner et conseiller les familles dans leur processus d’intégration. Les coaches coordonnent leur travail avec les assistants sociaux et les conseillers d’intégration de Caritas Suisse. Ils tissent un lien de confiance avec les familles et les assistent dans cinq domaines : santé, école, tâches administratives, travail et logement. De plus, les coaches dressent un Plan d’intégration individuel (PII) pour chaque personne afin d’assurer le suivi par les autorités (monitoring), mais aussi afin de tracer, pour les réfugiés concernés, des lignes directrices et prévoir des objectifs à atteindre pour la suite du processus.

Encadrement permanent

Quelque temps après leur arrivée à Matran, les familles ont un programme régulier : les parents suivent un cours de langue, les enfants en âge scolaire sont à l’école et les petits enfants peuvent rester à la garderie lorsque les parents sont en formation.

La vie dans une maison commune réduit l’autonomie et exige des compromis. Des conflits peuvent surgir entre les familles qui doivent apprendre à vivre ensemble. En revanche, la maison collective permet aux spécialistes un encadrement permanent et permet aux réfugiés de se familiariser avec la vie en Suisse. De plus, les familles commencent à s’ouvrir et à nouer des contacts avec des personnes de toutes provenances.

Attentes et réalité

Les attentes des familles syriennes sont très élevées à tous les niveaux. Le processus de la réinstallation peut leur donner le sentiment d’être des invités privilégiés de la Suisse. Toutefois, le long apprentissage linguistique, les difficultés à trouver un logement et un travail atténuent les attentes irréalistes. Ainsi, la famille Khalil a dû visiter dix appartements et formuler sept demandes de location avant d’obtenir un logement correct. Elle a réalisé qu’il était difficile d’obtenir un travail sans un niveau acceptable d’une langue nationale suisse.

La famille Khalil, à l’instar des autres familles syriennes, est maintenant dans son propre appartement. Ses membres se sentent bien acceptés et ils connaissent le mode de vie en Suisse. Leur niveau de français s’est bien amélioré. Leur dépendance vis-à-vis de leur coach diminue constamment. Mme Khalil fait un stage dans un salon de coiffure. Le fils aîné suit une formation à l’école professionnelle, les autres enfants sont à l’école et le père suit un cours de langue le matin et travaille dans un restaurant oriental le soir.

*nom modifié pour des raisons de protection de la personnalité 

Photo : La Maison de formation et d’intégration à Matran, Fribourg. (c) Fabian Biasio

Engagement de Caritas pour les réfugiés et leur intégration dans le canton de Fribourg

 

Partager cet article

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS