Navigation mit Access Keys

 

Une seconde chance pour Krishna

Alors qu’à leur âge, les enfants devraient pouvoir jouer sans souci, Krishna, 12 ans, et sa sœur Renuka, 9 ans, ont appris très tôt combien la vie est dure. Mais aujourd’hui, ils peuvent retourner à l’école.

Tous les matins, Krishna va chercher du fourrage pour les vaches, et sa petite sœur Renuka prépare le petit déjeuner. Ils se lèvent tôt tous les deux, car ensuite, ils vont à l’école.

Cela n’a pas toujours été ainsi. Mais voilà deux ans, leur mère a abandonné sa famille dans ce petit village du district de Sindhupalchok, et deux mois après son départ, leur grand-mère est morte. Depuis lors, Krishna et Renuka, ainsi que leur grand frère Raju (14 ans), leur père et leur grand-père ont dû mettre les bouchées doubles pour que la famille tourne. La situation s’est encore aggravée avec le tremblement de terre, qui a détruit tout ce que la famille possédait, et tué la plupart de leurs bêtes. Krishna se souvient : « Nous étions désespérés, nous pensions que nous ne pourrions plus jamais vivre comme avant. J’ai cru que je ne pourrais jamais retourner à l’école, ce qui me rendait très triste. » 

Après le tremblement de terre, c’est le père des enfants qui a quitté la maison pour s’engager comme journalier. Leur frère Raju a trouvé un emploi dans un hôtel. Aujourd’hui, seuls Krishna, Renuka et leur grand-père Bahahdur vivent encore dans la cabane de tôle. Ils ne savent pas s’ils auront de nouveau une vraie maison un jour. Le grand-père travaille aux champs, malgré ses 72 ans. Renuka a repris l’école trois mois après le tremblement de terre, mais Krishna a dû rester à la maison pour s’occuper du ménage et des bêtes qui n’étaient pas mortes.

De quoi écrire et un uniforme scolaire pour Krishna

Caritas Suisse a entendu parler de l’histoire de Krishna par les anciens enseignants du jeune garçon à l’école primaire de Sarbodaya. Elle a averti son partenaire sur place, l’organisation MANK, qui a effectué une visite à la famille.

Indra, coordinatrice de programme pour MANK, a expliqué au grand-père de Krishna à quel point il était important que son petit-fils puisse continuer sa scolarité, et que même un simple certificat de fin d’études primaires lui permettrait d’avoir de meilleures perspectives d’avenir. Le grand-père de Krishna n’a pas été difficile à convaincre, car il veut ce qu’il y a de mieux pour ses petits-enfants. Il a commencé à pleurer et a déclaré qu’il n’avait pas les moyens d’offrir de quoi écrire à Krishna, sans même parler de l’uniforme. L’équipe de MANK a discuté de la situation avec le directeur de l’école et Krishna a eu la permission de venir à l’école pendant quelques semaines sans l’uniforme obligatoire, en attendant que Caritas Suisse lui trouve un uniforme et un sac d’école. Aujourd’hui, Krishna et sa sœur Renuka se rendent chaque jour à l’école. Krishna peut rêver d’un avenir meilleur.  

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS