Navigation mit Access Keys

 

Une imposante machine agricole, du savoir-faire et des pommes de terre pour promouvoir les revenus

Aucun pays dans le monde n’accueille autant de réfugiés par habitant que le Liban. Plus cette situation perdure, plus il est vital de venir durablement en aide aux Syriennes et aux Syriens en fuite et à la population locale. Durant l’automne 2018, main dans la main avec l’organisation syndicale des ouvriers agricoles libanais, Caritas Suisse a lancé un nouveau projet dans la vallée de la Bekaa. Il s’articule autour d’une imposante machine agricole, d’un transfert de connaissances – et de pommes de terre.

Blog Syrien: Mit einer grossen Landwirtschaftsmaschine, Know-how und Kartoffeln zu einem besseren EinkommenQuand on arrive un chaud dimanche après-midi dans le village de Ghazze dans la région de la Bekaa, on est plutôt surpris de voir un attroupement de villageoises et de villageois réunis sous un toit improvisé. Mais en ce dimanche 16 septembre 2018, des villageois et des représentants de plusieurs ministères, syndicats, communes et coopératives se sont donné rendez-vous sur une place. Tout ce beau monde est venu inaugurer une ligne de lavage, de tri et d’emballage de pommes de terre, un engin destiné aux familles paysannes et aux ouvriers agricoles de Ghazze et des villages environnants. Même les médias étaient accourus !

Blog Syrien: Mit einer grossen Landwirtschaftsmaschine, Know-how und Kartoffeln zu einem besseren EinkommenUtiliser au mieux les terres fertiles de la vallée de la Bekaa

En réalité, il n’est pas vraiment étonnant que tant de personnes se soient intéressées à cette installation de traitement post-récolte. Les familles paysannes et les ouvriers agricoles de la Bekaa n’ont pas la vie facile. Cette région compte parmi les plus pauvres et les moins bien desservies du Liban. Elle héberge 36,1 % de tous les réfugiés syriens dans le pays, ce qui accroît la pression sur les familles paysannes déjà démunies et luttant pour leur survie. Les sols fertiles et les deux fleuves coulant dans la plaine de la Bekaa (le Litani au sud et l’Oronte – Al Aasi – au nord) font de la région la première zone agricole du Liban. Elle offre des conditions propices à des projets de développement agricoles, dans la culture des pommes de terre notamment. Mais les soutiens à l’agriculture coûtent cher, les infrastructures pour les activités précédant et suivant la récolte sont dérisoires, des réglementations et le savoir-faire font défaut. À ces écueils s’ajoutent une difficulté d’accès aux marchés locaux, une faible qualité de la production et la mainmise d’intermédiaires dans le secteur. 

Possibilités de revenus pour les réfugiés syriens et les ouvriers agricoles libanais vulnérables

Caritas Suisse a tiré parti de l’arrivée de la machine à laver et trier les pommes de terre financée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et s’est jointe au syndicat des ouvriers agricoles libanais en vue d’améliorer la productivité et le savoir-faire des paysans, ainsi que la valeur de leurs produits. Cette approche doit permettre aux réfugiés syriens vulnérables d’obtenir des possibilités de revenus à court terme. De la main-d’œuvre fixe et temporaire est effectivement nécessaire pour faire fonctionner l’installation et garantir son bon fonctionnement durant la saison des pommes de terre. Le projet crée en outre des emplois pour des Libanais. De la main-d’œuvre autochtone est en effet recrutée pour la réalisation des différentes activités.

Blog Syrien: Mit einer grossen Landwirtschaftsmaschine, Know-how und Kartoffeln zu einem besseren EinkommenÀ long terme, le projet doit en outre promouvoir la qualité des récoltes et la productivité des cultivateurs de pommes de terre en augmentant la prise de conscience et les connaissances techniques en lien avec la fumure, le recours aux produits phytosanitaires, l’irrigation, la gestion agricole et les processus pré-récolte et post-récolte. 
L’inauguration du 16 septembre a été l’occasion de faire la démonstration du fonctionnement de l’engin en question. Le représentant du ministère de l’agriculture, le président de l’association des communes de la vallée occidentale de la Bekaa, le président du syndicat des ouvriers agricoles et Markus Koth, responsable du programme auprès de Caritas Suisse, ont prononcé des discours solennels.

Tous les orateurs ont souligné l’importance de projets comparables pour les personnes vulnérables au Liban et la nécessité de soutenir le secteur agricole en général et les paysans et ouvriers agricoles en particulier. « Nous nous réjouissons d’une collaboration, espérons-le, fructueuse et durable », a conclu Markus Koth. Formulons des vœux pour un avenir plus radieux pour les familles paysannes et les ouvriers agricoles de la vallée de la Bekaa.


Texte et photo : Sarah Omrane, collaboratrice du programme au Liban et en Syrie, Beyrouth

Photo tout en haut à gauche :  le 16 septembre 2018, des habitants de Ghazze ainsi que des membres de l’organisation syndicale et leurs familles ont pris part à la cérémonie inaugurale du projet de promotion des revenus pour des familles paysannes et des ouvriers agricoles au Liban.
Photo en haut à droite : Markus Koth (responsable du programme Syrie et Liban auprès de Caritas Suisse), M. Akl du ministère de l’agriculture et M. Majzoub de l’association des communes de la Bekaa occidentale inaugurent solennellement l’installation de traitement post-récolte.
Photo en bas : Des paysans, des membres du syndicat et des représentants des médias photographient l’installation en plein travail. Des gens radieux et enthousiastes observent le triage des pommes de terre tout juste lavées.

 

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS