Navigation mit Access Keys

 

Un centre pour tous

Des salles d’entretien bien équipées, une salle de jeux et le libre accès à tout le monde : bienvenue dans le nouveau centre social des réfugiés ouvert par Caritas Hellas à Athènes !

Cette mère seule syrienne est bouleversée. Elle est à Athènes depuis quelques semaines et elle necomprend pas le processus d’asile. Dans une pièce lumineuse, un juriste lui explique ce qu’elle doit faire. Elle n’a pas besoin de se faire du souci pour ses trois enfants : ils jouent tranquillement avec des enfants du même âge dans la salle de jeu à côté. C’est le nouveau centre social des réfugiés et migrants que Caritas Hellas, notre organisation partenaire en Grèce, a pu ouvrir en juin à Athènes.

Dans ce centre, on aide les réfugiés à mieux comprendre la Grèce, on leur offre un soutien moral et on les conseille pour les procédures d’asile grecques, le regroupement familial ou l’installation dans d’autres États de l’UE. Les réfugiés peuvent obtenir des informations juridiques, suivre des cours de langue ou des cours pratiques leur permettant d’apprendre à mieux connaitre la vie quotidienne en Grèce. Parfois, les gens ont seulement besoin d’une personne à qui parler, pour échanger leur vécu ou partager les inquiétudes concernant les membres de la famille restés au pays.

Le centre emploie des assistantes et assistants sociaux, des juristes, des psychologues, des traducteurs et des jardinières d’enfants. Tout le monde est très content que le centre social existe, ce qui permet d’aider les migrants de manière plus professionnelle et plus efficace.

« Ce centre social était absolument nécessaire », explique Mandy Zeckra, responsable de projet pour la crise syrienne auprès de Caritas Suisse. Auparavant, les services sociaux de Caritas étaient dispersés un peu partout entre les centres d’hébergement des réfugiés à Athènes. C’étaient les mêmes locaux qui servaient pour dormir, vivre et faire les consultations. Ce n’était pas simple à gérer, surtout pour les familles. Les enfants ne peuvent pas suivre leur scolarité tant que l’État grec n’a pas créé les capacités nécessaires dans les écoles. Ils tournent comme des lions en cage entre les mêmes quatre murs des journées durant. Pour cela aussi, le centre social propose un changement bienvenu. Il est ouvert à toute personne qui a besoin d’un soutien. « Avec ce nouveau centre social, un plus grand nombre de migrants et réfugiés peuvent bénéficier de l’offre des services sociaux, indépendamment de leur statut juridique et de l’endroit où ils logent », explique Mandy Zeckra. C’est une nouvelle pierre pour le traitement digne à long terme des personnes fuyant la guerre qui arrivent en Grèce dont le destin dépend entièrement de décisions politiques sur lesquelles elles n’ont aucune influence. 

 

Partager cet article

Contenu de replacement