Navigation mit Access Keys

 

Un cadre pour la coordination globale de la migration

Conférence sur le Pacte mondial pour la migration, vendredi 10 novembre 2017 - Service de presse 9/2017

Le processus lancé par l’ONU en automne 2016 qui doit aboutir à un pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière vise à installer plus de solidarité et de cohérence. Les positions des États et de la société civile ont été longuement discutées lors du Global Forum on Migration and Development (GFMD) de 2017 à Berlin. Il n’y a pas de consensus, sauf sur un point : la migration est un élément incontournable à prendre en compte pour atteindre les objectifs de l’Agenda 2030 et la question de la migration ne peut être évitée dans un monde globalisé. La première conférence nationale de la Plateforme de la société civile suisse sur la migration et le développement (mdplatform.ch) qui a lieu le 10 novembre à Berne, se penche sur ce thème.

La question de la migration est de plus en plus présente ces dernières années dans l’agenda de la communauté internationale. Sur le plan international, l’Agenda 2030 des objectifs de développement durable (ODD) parle expressément de la contribution de la migration pour atteindre les objectifs de développement. En 2016, lors du Sommet des Nations Unies à New York, les États sont parvenus à un consensus pour élaborer une déclaration pour les réfugiés et les migrants. Les questions de gouvernance en matière de migration ont été ramenées au centre des préoccupations de la communauté internationale et de l’opinion publique. La Déclaration promeut un accord global sur la migration et pose des principes et critères cohérents pour un traitement de la migration basé plus fortement sur la solidarité et tenant mieux compte des droits de l’homme. L’enjeu est de garantir la protection et la dignité des migrants partout dans le monde. Depuis le printemps, les consultations sur ce thème se suivent entre États, organisations internationales et sociétés civiles. Dès cet automne, la Suisse et le Mexique vont modérer conjointement les négociations entre les États membres de l’ONU pour aboutir en septembre 2018 à l’adoption d’un Pacte global sur les réfugiés et la migration (Global Compact on Migration). On attend beaucoup de ce pacte, et des intérêts divergents se font jour. Les États souhaitent un accord permettant l’accès aux marchés du travail, réglementant éventuellement leur cloisonnement au plan local, et favorisant le pilotage de la migration.

Les revendications de la société civile

Les acteurs de la société civile ont échangé leurs expériences et soumis leurs attentes lors du GFMD de Berlin au début de l’été. Il en ressort nettement que l’absence d’une gouvernance internationale dans le domaine de la migration a provoqué une dégradation de la situation des migrantes et migrants, qui sont souvent soumis à des conditions-cadres indignes. La société civile se focalise sur les droits de l’homme, la protection du travail et le rôle positif des migrantes et migrants en tant qu’acteurs du développement durable. Elle encourage la mise en œuvre et l’utilisation des accords existants au plan national, notamment en matière de protection des droits de la migration pour les enfants, de décriminalisation, d’utilisation des droits du travail existants et de mécanismes de recrutement éthiques, de mécanismes de retour volontaire, de mesures d’intégration et de lutte contre la xénophobie et surtout de lutte contre les causes de la migration forcée.

En Suisse aussi, la contribution de la migration pour atteindre les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 exige des mesures concrètes. La plateforme de la société civile suisse sur la migration et le développement (mdplatform.ch) participe à la discussion internationale et incite au débat à l’intérieur du pays. Ses membres ont acquis une grande expérience par le biais de leurs projets, les actions et leurs stratégies.

10 novembre 2017 : rencontre sur le thème « migration et développement »

Sous le titre « Migration et développement : initiatives suisses et débat international », la rencontre du 10 novembre veut mettre en lumière les liens existant entre la migration et le développement et leur importance à venir pour la Suisse. On y présentera les priorités et les expériences de la société civile sur le thème de la migration et du développement au plan local et international. La rencontre sera un lieu d’échange et reflétera le rôle des migrantes et migrants en tant qu’acteurs du développement sur différents plans (international et local). Une table ronde illustrera les défis de la gouvernance globale en la matière et leurs conséquences pour la Suisse. La conférence doit permettre d’engager la discussion sur la cohérence en la matière.

Plateforme sur la migration et le développement (mdplatform.ch)

La plateforme de la société civile suisse sur la migration et le développement propose un espace d’échange d’informations et d’expériences pour les groupes d’intérêt de la société civile qui se penchent sur la question de la migration et du développement (ONG, organisations des diasporas et institutions de recherche et de formation, etc.). Elle est ouverte aux acteurs de la société civile qui s’intéressent à la question de la migration et qui souhaitent prendre part au débat et à l’échange d’expériences au plan national et international. La plateforme est dirigée par Caritas Suisse et Helvetas Swiss Intercooperation sur la base d’un mandat financé par la Direction du développement et de la coopération (DDC) et elle existe depuis le printemps 2016. 

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS