Navigation mit Access Keys

 

Quand on veut, on trouve un moyen

La Grèce peine à suivre avec l’enregistrement, la prise en charge et l’approvisionnement des réfugiés. De ce fait, les personnes en quête de protection doivent parfois vivre dans des conditions extrêmement difficiles. Malgré ces circonstances contraires, il y a des gens qui ont conservé leur optimisme et leur foi en une vie meilleure. Parmi eux Mustafa, 16 ans.

Mustafa a fui en Grèce sans ses proches. À son arrivée, l’adolescent a été placé dans le camp d’Oinofyta, à 60 kilomètres d’Athènes et donc bien loin du centre social où Caritas Grèce propose soutien, conseil et formation aux réfugiés. Comme aucun cours de grec n’était dispensé dans le camp, Mustafa s’est inscrit dans une classe du centre social. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) exploitait alors une ligne de bus entre Oinofyta et la capitale. Mustafa a pu en profiter ; les horaires des bus correspondaient bien à son programme d’études.

Au début, Mustafa osait à peine prendre la parole pendant les cours. Ça lui était désagréable, en raison des difficultés qu’il avait à s’exprimer. Mais il était fermement déterminé à apprendre la langue. Au point qu’il a continué à suivre les cours même lorsque l’OIM a interrompu le service de bus. À partir de ce moment, Mustafa a emprunté le train pour se rendre à Athènes. Mais comme il ne pouvait pas se payer de billet, il a régulièrement été expulsé par le contrôleur et a souvent dû rentrer à pied jusqu’au camp. Puis il a heureusement fini par être placé dans une structure d’hébergement à Athènes.

Depuis, Mustafa maîtrise tellement bien la langue du pays que les employés de la structure d’hébergement l’emmènent avec eux pour servir d’interprète lors des transports de malades. Dans un discours poignant qu’il a tenu en grec lors de la remise des certificats de fin d’études, il a remercié Caritas Grèce de lui avoir donné la chance « de ne pas devoir être sourd et muet dans le pays qui l’héberge ».

 

Texte : Caritas Grèce, rédigé par Caritas Suisse / Photo : Caritas Grèce 

 

Partager cet article

Contenu de replacement