Navigation mit Access Keys

 

«Nous avions de plus en plus peur»

Nous rencontrons la famille Basheer dans un camp de réfugiés en Serbie. La famille a fui la Syrie. Leur maison a été détruite par une bombe. Ils espèrent maintenant trouver refuge en Allemagne.

La famille Basheer a fui la Syrie après qu’une bombe a détruit leur maison, par chance sans blesser personne, ni le père, Khaled Basheer, ni sa femme, ni leurs trois enfants.

« Pouvons-nous dire que nous avons eu de la chance ? », dit Khaled. « Depuis lors, nous avons vécu sous une tente à Alep. Pendant plus d’un an. Et nous avons eu peur, à chaque instant, minute par minute, jour et nuit. Peur des bombes, des explosions et des coups de feu, chaque jour un peu plus proches. Nous avions aussi très peur de l’État islamique. Des histoires atroces circulent sur la manière dont ils assassinent les innocents, violent les femmes et les jeunes filles. »

La famille se trouve aujourd’hui dans un camp de réfugiés en Serbie. Elle espère pouvoir s’établir en Allemagne. « Papa nous a promis qu’on aurait de nouveau une maison», explique la jeune Omama, huit ans, qui ajoute : « il dit que là-bas en Allemagne, les gens sont gentils. »

En Syrie, Khaled était maçon. Il a travaillé dur, dit-il, et il est prêt à travailler plus encore pour pouvoir offrir un nouveau chez-soi à sa famille.

Omama a parfois le mal du pays. Son père la console alors en lui disant qu’il ne faut pas qu’elle regrette un pays qui n’existe plus.

Texte et photo: CRS

 

Partager cet article

Contenu de replacement