Navigation mit Access Keys

 

Notre travail porte ses fruits

Lors de la planification et de la construction des bâtiments, des obstacles se dressent constamment. C’est évidemment le cas autour du projet de reconstruction des écoles au Népal. Il est d’autant plus réjouissant pour nous de contempler enfin de nos propres yeux les résultats et les effets positifs de notre travail.

Notre véhicule avance lentement entre les nombreux nids-de-poule qui criblent ces routes de montagne. Nous sommes sur la route de Melamchi, un village qui a servi de base pour nos constructeurs. Les collaborateurs accompagnent sur place la reconstruction de treize bâtiments scolaires ravagés par le tremblement de terre de 2015. Nous faisons une première halte sur le versant d’une profonde vallée. La vue devrait être à couper le souffle, mais les conditions météo qui prévalent nous donnent l’impression de flotter dans l’un de ces smoothies à la banane que l’on peut acheter ici à des petits marchands des rues.

Sur notre chemin, malgré le mauvais état de la route, nous croisons sans cesse des camions surchargés de gravier patinant sur la route boueuse. Le gravier sera employé dans le béton qui servira à construire les bâtiments de Katmandou.

Lorsque nous finissons par rejoindre notre équipe à Melamchi, il fait déjà presque nuit. Mais nous entamons tout de même une partie endiablée de tennis de table qui nous laisse transpirants après quelques minutes. Il faut dire qu’il fait 30 degrés par 95 % d’humidité. Comme la journée de demain sera longue, nous allons bientôt nous coucher.

Et voici les nouveaux bâtiments !
Après un bon petit déjeuner dans une baraque voisine — le restaurant détruit par le tremblement de terre n’est pas encore reconstruit — nous continuons notre route avec notre véhicule 4X4. L’objectif, outre d’aller voir les trois bâtiments, est aussi de découvrir le bâtiment fraîchement terminé de l’école secondaire de Mahendra. À mi-route, une pelle-excavatrice barre la route, si bien que nous devons continuer à pied. Et nous arrivons à un point de vue époustouflant qui nous fait oublier les journées étouffantes et poussiéreuses de la capitale. Nous marchons entre les rizières sur les murs de pierres sèches qui forment des terrassements. Nous longeons un ravin, traversons un pont suspendu métallique, montons encore et tout à coup, nous sommes devant le bâtiment scolaire.

Voir le bâtiment en vrai et non plus seulement sur plans est un vrai plaisir qui nous fait oublier les complications qui nous ont accompagnés. Nous constatons aussi que pour la construction des bâtiments voisins, on a repris certaines idées qui avaient été appliquées lors de la reconstruction de l’école. Le projet a donc imprimé sa marque, et cela dépasse la simple remise de bâtiments clés en main. Nous sommes heureux de voir que notre travail porte des fruits qui déploieront des effets à long terme.

Texte et photos : Raphael Disler. Raphael Disler est engagé comme civiliste par Caritas Suisse au Népal. Cet architecte aide l’équipe sur place depuis juin 2017 à dessiner les plans de construction des écoles. 

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS