Navigation mit Access Keys

 

Les oubliés à l’est de l’Ukraine

À l’écart de l’attention internationale, plus de quatre millions de personnes font les frais d’un conflit armé à l’est de l’Ukraine. Caritas Ukraine leur prodigue des secours d’urgence. Depuis 2015, elle peut compter sur l’appui continu de Caritas Suisse. Mandy Zeckra, responsable de l’aide humanitaire chez Caritas Suisse, s’est rendue sur place en avril. Elle dépeint la situation actuelle.

Wohnhaus notdürftig von Kriegsschaeden repariertNous pénétrons dans une petite maison sombre à l’est de l’Ukraine. C’est là que Galina (84 ans) et sa fille Ludmilla (48 ans) ont passé toute leur vie. Jamais dans l’insouciance à cause du handicap de Ludmilla, mais à l’abri du besoin, notamment grâce au petit jardin équipé d’un puits. Mais c’était avant que la guerre éclate à l’est de l’Ukraine.

Maintenant, la maison a déjà dû subir plusieurs réparations provisoires ; il a fallu plâtrer quelques trous dans le mur et changer une fenêtre endommagée par les impacts des tirs de missiles à proximité. Mais les profondes fissures dans la paroi et au plafond semblent indiquer que la sécurité dans cette petite maison de deux pièces est largement illusoire. 


Blog: Die Vergessenen der OstukrainePas d’abri sûr, pas de revenu – et pas moyen de partir

Galina nous explique en larmes qu’elles ne pourraient pas survivre avec sa rente mensuelle de 40 euros sans le soutien des organisations d’entraide. Il en va de même des voisins : près de la moitié sont restés, pour l’essentiel des personnes âgées et malades qui ne pourraient pas se payer le loyer d’un logement en dehors de la zone dangereuse. Comble de malheur, l’eau souterraine de la région est maintenant chargée de métaux lourds. Car les nombreuses mines désaffectées depuis des années se remplissent lentement d’eau et génèrent une pollution à large échelle.

La maison de Galina et Ludmilla est située dans la petite ville de Marjinka, à 500 mètres à peine de la ligne de front. « Maintenant, c’est calme la journée, parce que les observateurs de l’OSCE sont dans la région. Mais le soir, une fois qu’ils ont tous disparu, les opérations de combat reprennent et les habitants ne peuvent qu’espérer que leur maison sera épargnée » nous explique Gregory, le responsable de l’aide humanitaire chez Caritas Ukraine.

 

Blog: Die Vergessenen der OstukraineL’aide disponible est de plus en plus juste

Le conflit ne semble pas seulement gelé, mais aussi presque oublié. Il attire de moins en moins l’attention du public, de sorte que les moyens financiers des organisations d’entraide diminuent aussi. Toujours plus d’organisations se retirent ou doivent réduire leurs mesures d’aide. Pour le prochain hiver, Caritas Suisse peut poursuivre son soutien en unissant les forces du réseau Caritas. Il sera ainsi possible de financer l’achat de fours et de combustibles, la réparation des maisons et l’approvisionnement en eau potable, mais pour combien de temps encore ?

 

Texte et photos : Mandy Zeckra, responsable de l’aide humanitaire chez Caritas Suisse

 

Plus d’informations sur l’aide en Ukraine

 

Partager cet article

Contenu de replacement