Navigation mit Access Keys

 

Les dessins d’enfants syriens

Les dessins d’enfants syriens témoignent des violences qu’ils subissent, montrent que la guerre laisse en eux des traces profondes. L’équipe de soutien psychologique de Caritas Syrie encourage ces enfants à exprimer leurs émotions par des jeux, des travaux manuels et des dessins.

Il y a de cela deux mois, une artiste peintre française me demandait de lui envoyer quelques dessins faits par des enfants syriens, qu’elle voulait présenter à l’occasion de son exposition annuelle sur les enfants vivant en situation de guerre. J’ai alors décidé d’appeler à l’aide notre équipe de soutien psychologique.

Le personnel de Caritas Syrie a commencé à travailler en février 2015 dans quatre écoles situées à Jaramana, une banlieue de Damas. Cette zone a été la cible de lourds bombardements au mortier dès le début de la crise. Elle comporte aussi beaucoup de familles qui ont été forcées de quitter leur domicile dans des zones chaudes comme le Camp El-Yarmouk, Daraya, Jobar et Ghouta.

Notre équipe visite ces écoles trois fois par semaine. Elle soigne les traumatismes et travaille à l’aide de films et de marionnettes à la consolidation de la paix. Les enfants ont beaucoup d’activités, comme par exemple des jeux, des travaux manuels, et du dessin, pour exprimer leurs émotions. Caritas essaie de créer un espace pour l’enfant où exprimer émotionnellement ses sentiments.

Ce que j’ai demandé à l’équipe, ce n’était pas des images de guerre, mais simplement des images de ce dont les enfants avaient le plus peur. Quand j’ai reçu les dessins, j’ai eu un choc. Je pensais que je devrais parcourir les dessins pour en trouver un ou deux parlant de guerre, à envoyer à la peintre française. Mais au lieu de cela, je n’en ai pas trouvé un seul sans images de guerre.

Le recours au rouge des enfants, pour dépeindre le sang et la violence, m’a aussi beaucoup troublée. Certains de ces enfants viennent de zones chaudes directement touchées par la guerre, d’autres non, mais tous dépeignent la guerre avec la même violence. Les dessins, sanglants et brutaux, ont été faits dans une classe composée seulement de filles.

Après avoir vu ces dessins, que puis-je dire sur les enfants de mon pays ? Ils sont certainement les plus faibles dans cette guerre. Ils sont comme des éponges, qui absorbent toutes les saletés de la guerre et les emmagasinent. Les tueries, la destruction, la dévastation, la peur et la perte d’êtres chers laissent des traces profondes dans leurs cœurs innocents.

Qu’est-ce que ces monstres cachés en eux deviendront plus tard ? Ces petits qui sont devenus des adultes dans des corps d’enfants, de quoi sera fait leur lendemain ? C’est toute une génération qui a été détruite de l’intérieur sous les coups de butoir d’une atroce guerre. Comment est-ce que ces enfants reconstruiront un pays lui aussi détruit par la guerre ?

Texte: Sandra Awad, Caritas Syrie / Photo: Sandra Awad, Caritas Syrie

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS