Navigation mit Access Keys

 

Les centres Caritas en Jordanie : des centres d’accueil pour les réfugiés et la population locale

En Jordanie, Caritas Suisse collabore étroitement avec Caritas Jordanie, l’organisation Caritas locale. L’organisation existe depuis de nombreuses années et ses centres accueillent des personnes dans la détresse partout dans le pays. Cette année, Caritas Jordanie fête ses 50 ans.

Caritas Jordanie a été créée en 1967, au moment de la guerre des Six Jours. Sa première tâche a été d’aider les Palestiniennes et Palestiniens qui avaient fui vers la Jordanie après l’occupation de la Cisjordanie. Depuis, Caritas Jordanie est devenue un centre important pour les Jordaniennes et Jordaniens sans ressources ainsi que pour les réfugiés des pays voisins, la Syrie et l’Irak. Dans douze centres répartis sur tout le territoire jordanien, ils bénéficient des conseils et du soutien de Caritas.

Le centre Caritas Al-Huson se trouve dans un quartier périphérique de la ville d’Irbid, dans le nord du pays. La maison est ancienne, massive, avec de larges murs de pierre. À l’intérieur, la moindre place à disposition est occupée. Tables et chaises se marchent dessus, et derrière la maison, on a construit des baraques pour gagner des places de travail supplémentaires et installer une salle d’attente. Le nombre important de réfugiés syriens a fait exploser la demande au centre Al-Huson et il a fallu créer des places pour les nouveaux travailleurs sociaux et les bénévoles.

Écouter, adoucir la douleur

En ce jour d’été, vers neuf heures trente déjà, l’air tremble de chaleur. D’ici midi, il fera 40 degrés. Dans la cour intérieure du centre, les murs et de petits arbres dispensent un semblant de fraîcheur. Partout, des chaises en plastique blanc, des gens assis qui attendent : des femmes voilées de toutes les couleurs, ou complètement vêtues de noir, de vieux messieurs avec des tuniques à longues manches et portant le keffieh, turban traditionnel dans cette région, de jeunes femmes en jeans et t-shirts, des adolescents aux coiffures stylées et des enfants de tous âges qui jouent entre les chaises.

Tout au fond de la cour, une collaboratrice de Caritas enregistre les visiteuses et visiteurs sur son ordinateur. Elle leur demande leurs documents et les écoute exposer les problèmes qui les ont poussés à venir demander l’aide de Caritas. Chaque personne qui se présente pour la première fois au centre passe un entretien avec des collaborateurs de Caritas permettant à ces derniers de comprendre au mieux la situation de vie et les besoins actuels des demandeurs.  

Les gens qui arrivent jusqu’ici sont souvent désespérés. Ils ont des angoisses très profondes, des dettes, n’ont plus de toit ou ont un urgent besoin d’un traitement médical qu’ils ne peuvent se payer. Beaucoup sont des réfugiés traumatisés par la guerre. Une jeune collaboratrice de Caritas raconte : « Le plus important est de laisser les personnes parler et de juste les écouter. » Elle aime ce travail qui lui permet d’aider les autres.

À Al-Huson, il y a un médecin et un dentiste qui travaillent gratuitement. Les familles obtiennent un soutien financier qui leur permet de manger, de se loger ou de payer l’écolage de leurs enfants. Caritas participe aux rénovations les plus urgentes des logements des réfugiés, qui vivent dans des espaces non sécurisés, en chantier, crasseux et insalubres. Souvent, on organise des jeux l’après-midi pour les enfants des familles aux relations tendues et difficiles. Les personnes âgées ou malades ne doivent pas se déplacer jusqu’au centre, on va leur rendre visite là où elles se trouvent.

Toutes les portes sont ouvertes

Les collaborateurs de Caritas sont en contact permanent avec les personnes en détresse, parfois durant des mois ou même des années. Ils en ont beaucoup vu, et ont des tas de choses à raconter : cette immense famille de 34 membres qui a pu trouver un logement et le payer grâce à Caritas Suisse. Ce Jordanien atteint d’une maladie des yeux qui menaçait de le rendre aveugle et pour qui Caritas a trouvé un traitement salvateur. Ou encore ce père de famille si heureux de pouvoir intégrer un projet de Caritas en balayant les rues, ce qui lui permet de subvenir aux besoins de toute sa famille.

Lorsqu’on demande aux collaborateurs ou aux bénévoles du centre leurs motivations de travailler ici, la réponse est souvent la même : « Caritas is love ». Et, on le souligne encore et encore : ici, on accueille son prochain, c’est-à-dire toute personne qui se présente à la porte, qu’elle soit chrétienne, ou musulmane, qu’il s’agisse de femmes ou d’hommes, de Jordaniens, d’Irakiens, de Syriens ou de Palestiniens.

Texte et images : Michèle Renaud, responsable de projet, Caritas Suisse, bureau régional de la crise syrienne, Amman 

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS